sommeil-enfant

Cododo ou notre dortoir familial

Cododo, Cosleeping, sommeil partagé, …. Il existe de nombreuses façons de nommer le fait de dormir « ensemble ». Ensemble avec ses enfant. Même si chaque terme à ses nuances (cododo : dans le même lit / Co-sleeping ou sommeil partagé : dans la même chambre mais chacun son lit), la finalité est bien de dormir « ensemble ».

Pour que le cododo se passe bien, qu’il soit réalisé en toute sécurité et surtout, qu’il soit profitable à tous, je t’invite à consulter cet article que j’ai écrit « Cododo : 10 règles de sécurité à respecter« .

Un cododo en toute simplicité

Avant la naissance d’Arthur je n’avais jamais songé une seule seconde au cododo. Pour moi c’était évident: « chacun dans son coin jusqu’au petit matin ! »

chambre-bebe

Mais lorsqu’il est arrivé, impossible de me résigner à le laisser seul dans sa chambre. Lui qui était si petit et semblait si fragile. Il avait autant besoin de moi que j’avais besoin de lui. Alors c’est tout naturellement que son berceau fut transféré dans notre chambre, et ce, dès notre première nuit à la maison.

Et puis je trouvais cela pratique lors des réveils nocturnes. Je n’avais pas besoin de me lever pour aller le chercher dans sa chambre. Au fil des nuits, Arthur s’est retrouvé à passer plus de temps dans notre lit, tout contre moi, que dans son berceau. Et la raison en était toute simple : je me rendormais pendant sa tétée. C’était ainsi, chaque soir, il s’endormait dans son berceau et à chaque premier réveil il arrivait dans notre lit. Nous avons agi de cette manière pendant plusieurs mois.

Un cododo pas si facile à assumer !

Lorsqu’il est devenu trop grand pour son petit berceau de nouveau-né, nous avons fait pareil avec son lit à barreaux. Nous l’avons installé dans notre chambre, à la place du berceau. Mais en réalité il n’y allait que quelques heures par nuit. Il passait la plus grande partie de sa nuit avec nous.

lit-a-barreaux

Mais notre entourage ne voyait pas d’un œil très positif le fait que nous dormions tous les 3 dans le même lit. Nous avions le droit à de nombreuses remarques et mêmes à quelques avertissements… Alors, nous laissions son lit dans notre chambre afin de paraitre plus « normal » et si on nous en demandait plus, nous évoquions le fait qu’il venait téter dans notre lit, puis retournait dans son lit.

C’est avec l’arrivée d’Arthur que nous avons commencé à lire de nombreuses choses sur la parentalité et plus particulièrement « L’enfant » de Maria Montessori. Très vite, nous en sommes arrivés à la conclusion que le lit a barreaux n’était pas adapté à notre bébé. Au bout de quelques semaines, nous l’avons donc retiré et assumé pleinement notre cododo tous les 3. Nous avions assez d’arguments et de connaissances pour vivre notre choix au grand jour.

La fin du cododo ?

A 9 mois, il a fait ses nuits. Nous l’avons transféré dans sa chambre. Il a pris place dans un lit au sol (sur un sommier sans pieds) de 120cm x 180cm. Nous avons choisi ces dimensions pour le confort que cela lui procurait, mais également pour la simple et bonne raison que je pouvais m’installer confortablement auprès de lui pour l’accompagner dans son endormissement et lors de ses éventuelles phases de réveils nocturnes.

Sommeil de l'enfant - Méthode Montessori

La vie à suivi son cours et cette organisation nous convenait bien. Au fil du temps, Arthur est parvenu à venir tout seul nous retrouver dans notre lit au petit matin. Un moment que j’affectionnais particulièrement car il venait pour sa tétée matinale et se rendormait tout contre moi. Nous profitions ainsi de nos dernières heures de sommeil blottit l’un contre l’autre.

Des évènements perturbants

Et puis nous avons déménagé. Arthur avait 22 mois. La configuration de la maison était sensiblement la même (une maison de plein pied dans laquelle nos chambres étaient juxtaposées). Nous nous sommes donc réinstallés de la même manière. Chacun sa chambre. Mais immédiatement, nous avons connu de très nombreux réveils nocturnes. Alors qu’il faisait ses nuits depuis ses 9 mois, voilà que le déménagement le perturbait. Au bout de plusieurs semaines à faire des allers/retours dans sa chambre en pleine nuit, je me suis sentie vraiment épuisée. C’est aussi à ce moment que j’ai vécu ma  fausse couche à 1 mois 1/2 de grossesse. Le besoin de me reposer se faisait sentir.

Nous avons envisagé des solutions et la meilleur que nous ayons trouvé fut de rapatrier son lit dans notre chambre, à côté du notre. Depuis le déménagement, notre lit aussi est constitué d’un matelas posé au sol sur un sommier à lattes. Et comme pour arranger le tout, les deux matelas posés au sol l’un près de l’autre sont à la même hauteur ! Ce fut parfait. Ainsi, au bout de quelques semaines, Arthur a retrouvé un sommeil paisible.

Une nouvelle forme de cododo

Quelques semaines plus tard, j’étais enceinte à nouveau. Ce bébé que nous allions accueillir dormirait de toute évidence en cododo avec nous. Et cette fois ci, pas de berceau ni de lit à barreaux (qui étaient revendus de toute façon). Non, avec ce bébé nous étions prêt à assumer pleinement notre cododo et ce, dès sa naissance. Nous avions à présent assez de connaissances sur le sujet pour savoir que notre choix était tout à fait sain et complètement adapté aux besoins de notre bébé, et des miens 😉

Mais alors, nous avons eu affaire à un dilemme de taille ? Arthur avait retrouvé un rythme de nuits calmes et apaisées. Devions nous le réintégrer dans sa chambre ?

Nous avons pesé les « pour » et les « contre ». Au final, beaucoup de « pour » selon nous, et qui résonnaient avec nos lectures :

  • Un enfant rassuré. Jusqu’à 5-6 ans le sommeil de l’enfant peut être une source d’angoisse et les réveils nocturnes fréquents. Cette organisation en cododo nous offrait l’avantage de ne pas avoir à nous lever la nuit en cas de réveil.
  • L’arrivée du bébé que je portais n’insinuait pas pour lui une mise à l’écart de notre part. Nous renforcions ainsi sa confiance en nous et l’esprit de fratrie que nous souhaitions créer.
  • Cododo oui, mais à présent chacun son lit (co-sleeping)! Donc finalement, une situation très confortable pour tous.
  • Petit plus : une seule chambre et donc une pièce qui se libère pour créer un espace de vie pour les enfants !

Les « contre » sont venus par la suite, lorsque notre entourage à eu connaissance de notre installation. Les premières réactions ont été des petites remarques « Il va dormir avec vous jusqu’à sa majorité? », « Vous ne parvenez pas à « couper le cordon » ! », « Il va être de plus en plus collé et dépendant de vous! », « Vous n’aurez plus d’intimité! »…

Un cododo familial assumé

Tant pis, on ne peut pas faire l’unanimité ! Nous vivons avant tout pour nous. Nous nous sentons bien avec cette organisation. Les nuits, mêmes les plus agitées, sont plus reposantes pour moi que si je devais faire d’innombrables « navettes » d’une chambre à l’autre.

Dans quelques mois, nous accueillerons notre troisième petit cœur, et c’est tout naturellement qu’il viendra trouver sa place dans notre grande et belle organisation nocturne en cododo.

cododo-en-famillePrends soin de toi et de tes enfants.

Amélie

Découvrez ma méthode pour endormir mes enfants:
- rapidement et dans le calme. Fini les crises au moment du coucher
- sans réveils noctunes. Fini les yeux qui piquent au réveil
- n'importe où chez des amis ou la famille. Vous allez retrouver des soirées calmes

Je vous présente ma méthode en cliquant sur ce lien

About Amelie Blot

Je me rappelle étant petite que je disais à ma maman : "quand je serai grande je ne punirai pas mes enfants !". Les années ont passé, je suis devenue maman et ce principe qui "était" en moi est plus fort que jamais. Je me forme au quotidien, à travers mes lectures enrichissantes et auprès de mon petit Arthur, à une méthode d'éducation respectueuse et bienveillante. J'espère pouvoir vous transmettre le goût de vivre la fabuleuse aventure de la parentalité tout en préservant l'épanouissement familiale si nécessaire au bonheur.

25 25 commentaires

  1. Bonjour et merci pour cet article très intéressant, je pratique moi même le cododo depuis la naissance de mon fils qui a aujourd’hui 20 mois, il dort toujours dans notre chambre, son lit collé au notre, et ma fille d’un mois dort avec moi dans notre lit.
    Mais le fait de n’avoir qu’une chambre pose un « problème »: je ne peux pas coucher ma fille avant moi. Premièrement de peur qu’elle ne se réveil et réveil son frère, et ensuite par mesure de sécurité (de peur que le grand ne se réveil et ne vienne lui monter dessus ou la faire tomber).
    Je couche donc mon fils a 20h, et ma fille quand à elle, reste avec moi toute la soirée..
    J’aurais aimé votre expérience à ce sujet ou celle d’autres lecteurs ayant vécu la même situation.
    Merci beaucoup pour vos articles et vidéos toujours très enrichissantes!

  2. Bonsoir, Fabien, Amélie, Vous êtes des parents formidable remplis de bienveillance envers vos enfants. C’est admirable…
    J’ai particulièrement apprécié votre article sur le co-dodo.

    En effet je l’ai moi même pratiquée avec mes deux filles agés aujourd’hui de 5 et 7 ans. Je continues d’ailleurs à dormir avec ma dernière agée elle de 2 ans que j’allaites encore.

    En effet avec l’allaitement cela simplifiait grandement les choses et me permettait d’etre plus en forme également.

    Je peux vous dire que cette proximité n’a que des avantages…
    Mes filles sont trés matures pour leurs âges, sociables et pleines de vie…

    Cette société dans laquelle nous vivons est en decalage avec ces coutumes…

    Mais avec le temps cela deviendra une evidence pour beaucoup de parents que le co-dodo est une pratique qui porte de merveilleux fruits autant pour les parents que les enfants…

    Beaucoup de pratique importées ( portage, emmaillotage, allaitement…) ont longtemps été critiquées mais qui aujourd’hui sont largement acceptées.

    Je penses que ce sera la même chose pour le co-dodo.

    A très bientôt

  3. Merci pour cette article, je me sens moins seule et surtout ça me permet de déculpabiliser. A la naissance de notre deuxième enfant j’étais très embêtée pour notre fils de 2 ans qui s’est retrouvé un peu mis à l’écart la nuit puisque seul dans sa chambre en haut alors que nous dormions à 3 dans un lit en bas, et là evidemment il y a eu beaucoup mais beaucoup de réveils nocturnes et je me suis dit que pour notre santé mentale il vallait mieux qu’on dorme tous dans la même chambre. Mais evidemment s’est dur d’assumer avec les proches…

  4. Je fais cododo Avec ma 17 mois et Mon grand arthur de 4 et demi je m endors avec lui dans son lit jusqu’a ce qu’il s endorme et je rejoins Mon lit par la suite .
    J aimerais tellement faire comme vous , ça serait meme naturel pour moi un grand lit familial mais Mon conjoint à beaucoup de mal déjà avec le cododo à 3 , alors à 4 . Pfff quel chance vous avez d allez dans le même sens Avec votre mari .
    Encore merci pour toutes vos vidéos !!

  5. Bonsoir, j’ai lu votre dernier post sur le cododo avec attention car je suis justement en pleine interrogation sur le cododo. J’ai récemment mis bébé dans sa chambre, elle faisait ses nuits, a 6 mois et depuis lors..catastrophe reveils sur reveils. Je pense depuis longtemps au cododo mais mon mari trouve étrange, compliqué et impossible la vie intime et sexuelle du couple et le cododo. Et effectivement je ne sais pas trop qu’en penser moi-même?..Pourriez-vous aborder ce sujet (je sais que c’est délicat comme question mais elle reste néanmoins légitime car la relation intime entre les parents est bien censée n’appartenir qu’aux parents?) en vous remerciant.

    • N’avoir que des moments intimes dans un lit le soir après s’être couché s’est aussi une histoire de coutume française…. trouver un autre moment, un autre endroit pour en avoir. Après avoir couché les enfants, vous n’êtes pas obligé de rester près d’eux jusqu’au matin… faire preuve d’imagination concernant ces moments donnera encore plus de complicité à votre couple. Bon cododo 🙂

      • Merci Anie de votre intérêt pour mon message 🙂 j’ai beaucoup lu de commentaires similaires au votre sur internet et vraiment ça ne colle pas avec notre quotidien et nos personnalités! Je ne me vois pas chercher tous les jours des stratagèmes pour faire l’amour en dehors de notre lit! Oui nous le faisons un peu comme tous couple mais de là à ne plus pouvoir faire l’ amour au quotidien dans son lit..le lit c’est quand même super confort, chaud et pratique!! Donc ma question reste en suspend..comment faire pour associer vie sexuelle quotidienne et cododo en respectant et son couple et ses enfants?

  6. Bonjour, pour les familles n’optant pas pour cette configuration je recommanderais le lit à barreau ikéa dont l’on peut enlever l’une des barrières. Cela crée un prolongement du lit parental pour moins de 100 euros. J’avais aussi le cocoonababy qui est très utile si on ne veut vraiment pas de lit à barreau. Surélevé le bébé ne risque « aucun » étouffement. Je préfère amplement l’idée de mettre bébé dans son berceau non pas à cause du regard des autres mais parce que je trouve stressant de dormir avec bébé dans le lit (je me réveillai souvent en sursaut craignant d’être endormi sur bébé ou qu’il soit étouffé par une couverture ou un oreiller ( les fameuses statistiques sur la MSN sont toujours assez flippantes!).

  7. Bravo pour vos choix ! Et merci pour ce partage d’expérience. Je vous souhaite beaucoup de bonheur en famille 🙂

  8. Mon rêve! On dort tellement bien avec son bébé ( ou grand bébé… Le mien a 3ans). Il est rassuré et moi aussi. Mais papa n’est pas d’accord alors nous avons juste trouvé un compromis : il a sa chambre mais on ne lui interdit pas de nous rejoindre… Du coup c’est presque chaque nuit ( plutôt le matin ). Il râle mais adore ca aussi. Il pense que ça ne l’aide pas a devenir autonome, à prendre confiance en lui. Je pense tout le contraire… Mais nous sommes deux et son opinion compte aussi alors on gère ca comme ca… ! En tout cas bravo d’assumer votre choix de vie! Vous m’impressionnez!!
    Erika

  9. Super article, justement je me posais cette question depuis un bon moment … j’ai essayé de mettre dans la même chambre mon 11 mois et 26 mois, mais pas toujours facile (mon 11 mois fait pas de nuit complète (réveil entre 2 et 3 fois minimum la nuit *à partir du moment où je vais me coucher), et donc obliger de me lever. Quelques fois ça réveil son frère également … donc bonjour les super nuits … je suis donc épuisé, et mon épuisement se fait ressentir sur ma bienveillance et je me sens maltraitante (pas de maîtrise de moi).
    Ils ont tous les deux le lits au sol, l’aîné un futon en 90×200 et le second les matelas de lit à barreau. Les lits sont côté à côté.
    Mais 2 interrogations se posent, comment faites vous pour les coucher en même temps (les deux ont besoins de s’endormir au sein), et comment aller se coucher dans les réveiller.
    Deuxième points, la vie sexuelle comment cela se passe t’il ? Plus de câlin nocturne ou matinal ? Uniquement en journée, moins romantique sans lumière tamisé?
    Merci encore,
    Gaëlle

  10. C’est vrai que le plus difficile c’est d’avoir le courage de l’assumer…

  11. Félicitations!!! ♥

  12. Levy bencheton anna

    Super article! Notre compromis à nous c’est début de nuit dans son lit pas loin du notre ou nous accompagnons son sommeil ( ce qui est parfois long très long, mais bon on fait avec) et il nous rejoint ensuite toutesur les nuits vers 3 4 h… il a presque 3 ans. Ça nous permet de démarrer la nuit tranquillement parce qu’après on a parfois un pied dans l’oeil! J’attends mon 2 e donc ce sera petit lit à barreaux colle au notre au début, nous avons un lit en 160…. et ensuite on verra.
    Mais j’ai peur de plusieurs choses: que le petit réveillé le grand ds la nuit, ou que le grand l’écrasement qu1nd nous serons tous dans le même lit… Comment faire??

    • Bonjour Anna,
      On est +/- dans la situation que vous décrivez ci-dessus 🙂 On endort notre fils de 3 ans dans sa chambre et, 1 nuit sur 3, il nous rejoint dans notre lit au milieu de la nuit ou au petit matin. Il bouge énormément. Son papa est ok avec le fait qu’il nous rejoigne, mais pour des questions de confort, il migre parfois dans le canapé. Actuellement, je suis enceinte de 6 mois du 2è, nous allons faire du co-dodo (petit lit side-car accroché au nôtre). Mes craintes sont similaires aux vôtres:
      – le petit risque-t-il de réveiller le grand?
      – le grand risque-t-il d’écraser le petit? (je sais que, même si le petit sera dans un lit side-car, il finira chaque nuit dans notre lit, puisque je l’allaiterai allongée… et m’endormirai probablement en même temps! :p )
      – 1m60 pour 4, on risque d’être serrés… L’idée de faire un dortoir au sol pour toute la famille n’enchante pas du tout le papa…
      Si vous avez accouché depuis votre message, vous pouvez me dire comment ça se passe?? 🙂
      Merci!

  13. Merci pour cette article,
    Au retour de la maternité, ma fille dormait dans sa chambre (dormait 6h sans se réveiller), puis panne de radiateur donc on l a mise dans notre chambre et … ne l a jamais quitté!
    Elle va avoir 5 mois, je l allaite toujours.
    Elle a vite quitté le berceau, nous avons mis le lit à barreaux  »pour la forme », nous avons enlevé une longueur et c est moi qui dort à moitié dedans la nuit lol.
    C’est un bébé pleine de vie, en bonne santé, très souriante!
    Souci : monsieur se sent à l ecart donc j essaie de m améliorer au quotidien pour m occuper de tout mon petit monde 🙂

  14. Chère Amélie,
    Bravo pour votre article !!

    J’ai quelques questions :
    – comment se passe le coucher des parents ? nous nous couchons plus tard que notre fille et j’ai peur de la réveiller. avez-vous déjà vécu cela ?
    – et pour le lever ? car nous ne nous levons pas tous à la même heure, cela pose-t-il problème ?
    – le réveil d’un des enfants ne réveille-t-il pas l’autre ? (je pense à notre futur nouvelle née qui risque de réveiller sa grande sœur quand elle voudra téter la nuit ou l’inverse, la grande sœur qui perd sa tétine et qui réveille la petite sœur que j’aurai peut être enfin réussi à endormir…)

    Je suis enceinte de mon deuxième et ma première qui aura 2 ans en mars ne fait que très rarement des nuits complètes sans réveil.
    Le coucher se passe à merveille la plupart du temps, elle s’endort sans problème dans son lit jusqu’à environ 23h et se réveille très souvent entre 23h et 2h du matin pour sa tétine ou parfois même pour des terreurs nocturnes (que je pense liées à ma grossesse en cours)

    Du coup actuellement nous avons un canapé lit toujours ouvert dans sa chambre, dans lequel nous nous relayons avec le papa, mais il n’est pas hyper confortable en réalité.

    Du coup je pense à réorganiser les chambres pour essayer d’améliorer notre sommeil à tous…
    Mais encore faut-il que mon petit mari ait l’esprit ouvert et qu’il soit d’accord (ce qui n’est pas gagné – il va falloir que je trouve un max d’arguments 🙂 )
    Merci d’avance à toutes les personnes qui voudront bien me faire part de leur expérience !
    Emilie

  15. Bonjour et merci pour ce jolie partage ^^

    Nous avons la même configuration dans notre chambre hihi notre grand lit puis un lit 1 place pour ma grande de bientôt 3 ans, ma puce de 14 mois dors avec moi tout collé car je l’allaite encore. Une fois l’allaitement achevé je vais lui mettre un lit 1 place également à côté du notre et sa fera un IMMENSE LIT CODODO ))

  16. Lorsqu’un deuxième bébé arrive qui ne fait pas encore ses nuits et rejoint votre lit où dort aussi le plus grand, ses pleurs pour la tétée ou quand il fait ses dents ou est malade ou a des colliques… ne réveillent pas le plus grand? J’ai allaité 18 mois mon fils et les aller-retours d’une chambre à l’autre les premiers mois m’ont épuisés jusqu’au burn out. Alors si c’est pour revivre ça et faire subir ça à ma famille encore, je m’en moquerai du qu’en dira-t-on cette fois! J’irai dormir moi plutôt avec mon bébé dans SA chambre pour être la seule à me faire réveiller, mais gagner tout de même en qualité de sommeil. Qu’en penses tu?

  17. Bonjour Amélie, c’est drôle, à de nombreux passage de ton récit, j’ai l’impression que c’est notre histoire que tu racontes (c’est assez fréquent dans tes lettres je dois le dire, qu’il s’agisse d’allaitement, de cododo ou autre sujet ! lol). Le lit à barreau au début, mais qui en fait n’a quasiment pas servi, pour avoir bébé toujours avec toi, puis sur son matelas au sol,… puis bb2 direct en cododo bien assumé, le landau et lit à barreaux revendu… ect !!!
    Merci, c’est réconfortant de voir que l’on n’est pas seule dans ce cas (je le sais bien mais ça fait toujours du bien de lire le récit d’autres personnes 🙂 )

  18. C’est fou ce que nos expériences se ressemblent ! Alors pour nous, bébé était dans un berceau cododo collé à notre lit au retour de la maternité. Mais comme pour vous, je m’endormais pendant la tétée et il finissait la nuit dans notre lit. Quand le berceau cododo a été trop petit, on a sorti le lit à barreaux, mais pareil, il n’y restait jamais la nuit. Quand il a eu 9 mois, on l’a transféré dans sa chambre dans un matelas au sol. Mais nous, il ne faisait pas ses nuits ! On pensait le ramener dans notre lit au premier réveil. On ressentait le besoin de retrouver « notre chambre » le soir. Finalement, nos chambres étant très éloignées, le temps de le ramener dans notre lit, il était complètement réveillé et c’était la cata pour le rendormir. Alors je finissais la nuit avec lui sur son matelas au sol. Il a maintenant 22 mois, et ces derniers temps il réclamait explicitement de dormir avec nous, dans notre chambre. « dodo chambre papa maman », il ne pouvait pas être plus clair 😉 . Et je dois dire que j’étais usée de continuer à me lever toutes les nuits pour finir la nuit dans sa chambre. J’avais toujours du mal à m’endormir tant qu’il n’avait pas appelé, sachant qu’il allait le faire… Et nous trouvions triste avec le papa de passer la plus grande partie de la nuit séparés, finalement…
    Du coup, nous avons changé la configuration depuis peu : dortoir familial, comme vous ! Nous faisons à nouveau chambre commune, au sol sur des matelas posés sur des sommiers. Cela convient très bien comme ça 🙂 .
    Merci d’avoir partagé votre expérience, c’est toujours intéressant ! C’est vrai que ces choix ne sont pas toujours faciles à assumer.

    Je serais curieuse de savoir si lorsque Gaspard était tout petit, il avait tendance à réveiller Arthur la nuit ? C’est une chose qui m’inquiète un peu pour notre éventuel futur bébé…
    D’ailleurs, est-ce qu’il se réveille encore ? Mon P’tit Loup tète encore parfois la nuit, même si ce n’est pas toutes les nuits. Et surtout, il arrive parfois qu’il se réveille en criant (probablement des rêves…). Il se rendort très vite au sein la grande majorité du temps, mais si un autre bébé était là… :/
    Merci en tous cas !

  19. Bonjour Amélie,
    merci pour tes articles rassurants et bienveillants. Tout ce que tu y écris me parait si évident que je me demande pourquoi on s’acharne tant à nous prouver le contraire. Je passe souvent pour une hippie décalée quand je dis que je veux un accouchement naturel (donc sans chimie anesthésiante), que mon enfant connaisse d’abord la douceur d’une main et non la sécheresse d’un gant en latex, qu’il tète tant qu’il en ressent le besoin et qu’il soit libre de ne pas dormir s’il n’est pas fatigué… Maintenant je sais que mes intentions alors je n’hésite plus !
    Je me joins à d’autres lectrices pour te demander ton avis sur la sexualité des adultes qui dorment dans la même pièce que leurs enfants…
    Un grand merci !

  20. nous avons 3 enfants et nous avons fait du cododo ou cosleeping pour tous au début puis ils ont rejoint leurs chambres qu’ils ont investi comme ils veulent. ils nous rejoignent la nuit quand ils en ont besoin et tous les matins pour un gros calins a 5, mon moments préféres c’est la dimanche quand on ne doit pas se lever tous de suite et que tous le monde se rendort. mon derniers est en cododo il a 2 mois. par contre ma 2e n’a jamais voulu de cododo elle est incapable de dormir avec quelqu’un, ca l’énerve et ca la stress, elle aime son espace (elle a 3 ans). je pense que ca dépend aussi de la personnalité de chacun. merci beaucoup pour vos articles très inspirants et plein de bon sens

Laisser un commentaire