je-suis-maman

Je suis maman. Ce qui a changé depuis la naissance d’Arthur.

Opt In Image
Es-tu abonné à la lettre Famille Epanouie ?

Si tu n'es pas abonné à La Lettre, je t'invite à faire l’essai ci-dessous en inscrivant ton prénom et ton email. Pour démarrer, tu vas recevoir mon guide des 8 idées reçus sur l'éducation de nos enfants.

Chaque semaine, je partage mes réflexions sur la parentalité positive, le maternage proximal ou encore la pédagogie Montessori.
Je partage également les activités pédagogiques que nous réalisons à la maison 🙂

Maman. Voilà ce que je suis devenue quand Arthur s’est retrouvé sur mon ventre, quelques secondes après s’être extrait de mon corps.

Quelle émotion. Difficile d’exprimer avec de simples mots tout ce qui a pu se passer en moi à ce moment là…

Un bébé ? ok…

Au commencement, il y a notre « envie » d’enfant dont on parle en couple. Vient ensuite la période d’essais qui est semée de désillusions… Un jour pourtant, après plus ou moins longtemps d’attente, on y est ! La vie est en nous. Elle va grandir, se développer, se nourrir de nous.

Rapidement, je me suis projetée avec ce bébé. Mais plus concrètement, j’ai eu à cœur de lui offrir le plus doux des girons. Je voulais qu’il s’y sente bien et qu’il ait envie d’y rester jusqu’au bout ! Après tout, nous formions une équipe et il n’était pas question que l’un de nous deux quitte le navire en cours de route. J’ai pris soin de moi, fais attention à mon alimentation et à mes émotions. Avec Fabien, nous avons choisi de faire notre préparation à l’accouchement par le biais de l’haptonomie. C’était formidable car nous nous sentions complètement connecté à notre bébé (toutefois je tiens à préciser que dans mon cas cette préparation ne s’est pas avérée suffisante pour un accouchement physiologique. J’ai donc eu une péridurale pour mon premier accouchement).

Pendant 9 mois je me suis préparée à lui, à le rêver, à l’imaginer, à lui parler, à me projeter une vie idéale avec lui. J’ai réfléchi à mon futur rôle de mère, à ce que je pouvais lui offrir. J’ai pensé à l’organisation, à l’aménagement de la maison…. et puis…

avant-naissance

Je suis maman

Avant même d’avoir tout « checké », 9 mois se sont écoulés ! Et oui déjà !!!

Ca y est il est sur moi ! C’est du concret maintenant. Qu’est ce que je fais ? Par quoi je commence ?

Comme je voulais l’allaiter, j’ai commencé par la tétée d’accueil. Et puis en fait, tout c’est déroulé doucement mais sûrement. Il est né à 6h du matin, ce qui veut dire que peu après sa naissance il y a eu le changement d’équipe à la maternité et pour le coup on nous a laissé tranquille tous les 3 en salle de naissance. Nous avons eu un très long moment en peau à peau, puis Fabien l’a habillé. Il est revenu dans mes bras et nous sommes montés dans une chambre vers 9h. Notre vie à 3 commençait !

Nous avons conçu Arthur. Il est devenu un bébé. Il a fait de Fabien un papa, il a fait de moi une maman, il a fait de nous une famille.

je-suis-maman

Être maman, ce que cela a changé

Être maman : ce qui a changé physiquement

J’ai vécu mon accouchement (par voie basse) comme un réel passage. Les jours qui ont suivi la naissance m’ont fait prendre conscience de la beauté de la nature. J’y pense encore souvent car je trouve cela profondément fort et émouvant. Cet accouchement m’a donné plus confiance en moi, mon corps a donné la vie. Ce sentiment s’est renforcé aux naissances de Gaspard et Constance (avec un accouchement physiologique). Car en plus de faire confiance à mon corps, j’ai réalisé à quel point je pouvais ME faire confiance aussi. Avec assez de force et de conviction il m’a été possible de surmonter la douleur et d’aller là ou je voulais aller. Alors je peux le dire, la maternité m’a apporté plus de confiance en moi.

Et pourtant, cela peut paraître contradictoire car mon corps a changé. La ou il y avait fermeté et tonus… des zones plus ou moins « molles » sont arrivées et se sont installées 😉

Mais finalement, avec une alimentation saine et adaptée, une dose d’exercices physiques et une motivation à toute épreuve, on finit toujours par « se » retrouver 🙂

Être maman : ce qui a changé moralement

C’est plus à ce niveau là que les changements se sont fait « vraiment » ressentir pour moi. Être maman, c’est commencer à réfléchir selon les besoins de quelqu’un d’autres avant les siens. En tout cas c’est ainsi que je l’ai vécu. Être disponible tout de suite, tout le temps et à tous moments du jour et de la nuit… c’est une sacrée affaire et ce n’est pas toujours évident.

Certains m’ont dit de « laisser » un peu mon bébé. C’est à dire le laisser pleurer le soir, le laisser pleurer en journée, le faire garder un peu. Et puis vers 6 mois on a commencé à me parler de « couper le cordon », arrêter l’allaitement, le faire dormir dans sa chambre… Avant de le prendre comme une critique, je l’ai surtout pris comme une interrogation.

Je commençais à multiplier mes lectures sur la parentalité, et mes convictions personnelles rejoignaient les grandes idées des auteurs que je lisais. Mais surtout, mes lectures apportaient de la constance et de la consistance à ce que je ressentais au plus profond de moi.

Je ressentais le besoin de répondre à CHAQUE appel de mon bébé. Je ressentais le besoin d’être auprès de lui à chaque minute. Mon épanouissement passait par là. Et bizarrement, peu de proche le comprenait…

je-suis-maman

Être maman : ce qui a changé au sens plus large

C’est à ce moment que j’ai aussi compris que la maternité avait le pouvoir de changer le regard que l’on porte sur les autres, sur les choses, sur ce qui nous entoure. C’est un moment où je me suis remise en question. J’ai appris à faire preuve d’humilité. J’ai arrêté d’avoir des jugements hâtifs (et des jugements tout court !), j’ai compris que chacun suivait des motivations personnelles. Chacun fait comme il veut, et peut être un peu comme il peut aussi…

La maternité m’a apaisé, m’a calmé et m’a permis de me recentrer sur mon objectif principal. C’est à ce moment là qu’avec Fabien nous avons songé à changer de projet professionnel. « Reprendre » des risques et « repartir » de zéro pour se reconstruire un mode de vie compatible avec l’investissement que je souhaitais investir auprès de nos enfants… (mais ça, j’aurai l’occasion d’en reparler 😉 )

je-suis-maman

Être maman

Pour finir, je suis devenue maman et j’ai compris l’importance de prendre du recul. De ne pas se laisser envahir par des émotions négatives. Tout cela se travaille, et j’y travaille encore chaque jour au quotidien. Ne pas attacher trop d’importance à ce qui n’en a pas. Faire preuve de discernement et continuer à lire et à m’informer avec frénésie 🙂

Voilà ce qui rythme mon quotidien depuis que je suis maman. Et bien sur, mon cœur a grossi, il déborde d’amour et chaque petit cœur qui vient rejoindre notre vie le fait grossir encore plus…

je-suis-maman

Tout n’est jamais rose… mais je m’attache à rendre chaque chose plus belle, à ma façon. J’ai compris l’importance de se remettre en question, d’ouvrir vraiment les yeux, d’agir avec humilité et de se faire confiance. Tout à vraiment pu changer à partir du moment ou j’ai pris conscience que ce que je voulais était en moi. Chaque jour est une nouvelle page, et c’est moi, par mes actions, par mes pensées et par mes paroles qui en écrit les lignes principales…

Prends soin de toi et de tes enfants,
Amélie


Découvre comment je fais pour endormir mes enfants:
- rapidement et dans le calme. Je n'ai plus de crises au moment du coucher.
- avec beaucoup moins de réveils nocturnes. Je suis enfin en forme le matin.
- n'importe où chez des amis ou la famille. J'ai retrouvé des soirées calmes.
- tout cela en les respectant et sans les laisser pleurer.

Je te présente l'atelier que j'ai spécialement créé à ce sujet en cliquant sur ce lien

About Amelie Blot

Je me rappelle étant petite que je disais à ma maman : "quand je serai grande je ne punirai pas mes enfants !". Les années ont passé, je suis devenue maman et ce principe qui "était" en moi est plus fort que jamais. Je me forme au quotidien, à travers mes lectures enrichissantes et auprès de mon petit Arthur, à une méthode d'éducation respectueuse et bienveillante. J'espère pouvoir vous transmettre le goût de vivre la fabuleuse aventure de la parentalité tout en préservant l'épanouissement familiale si nécessaire au bonheur.

10 10 commentaires

  1. Bösch Stéphane

    Bonjour et Félicitations pour cette troisième naissance. J’apprécie toujours autant vos conseils, videos et lettres.
    En revanche (mais ca c’est un choix personnel) ma femme et moi avons décidé de ne pas poster de photos de nos enfants sur les réseaux sociaux. Nous considérons qu’ils ont le droit à leur image et auront tout loisir de faire des bêtises plus tard 😉

  2. Chauvat Nadège

    Merci pour se faire part pour la naissance de votre princesse Constance . Vous avez fait une merveille un petit ange parmi d’autre. Vous pouvez être fier de votre parcours. Je vous suis sur votre blog puisque je passe demain mon orale de CAP petite enfance en candida libre demain . J’avais besoin d’apprendre et comprendre les petites têtes blondes et les aider à grandir dans la bien-vaillance pour que plus tard qu’ils soient des adultes bien dans leurs peaux. Amicalement Nadège

  3. Très émouvante cette lettre merci. Je me suis sentie devenir quelqu’un, exister quand j’ai donné naissance à ma première fille ; le parcours a été semé d’embuches mais elle est née et je suis un peu née avec elle. J’ai surtout eu ce sentiment d’appartenance, appartenance et fierté d’être une femme et d’avoir ce pouvoir.
    Je t’ai beaucoup suivi au début puis moins car frustrée de ne pas être aussi bonne que tu sembles l’être… Mais me revoici après des lectures et un changement profond et je comprends de plus en plus tes choix… J’avance personnellement et avec ma famille. Merci et bravo pour votre travail

  4. je me retrouve tellement dans ce que tu dis. maman de 3 enfants (5 et 3 ans et 3 mois) j’ai choisi d’arrêter de travailler pour être chaque jour avec eux.
    par contre je n’ai jamais pû avoir d’accouchement totalement physiologique pour diverse raison et pour mon dernier Noah car il a du être déclencher donc même si je n’ai pas pris la péridurale il y avait cette perfusion qui gâchait tout. j’ai dû faire le deuil de cet accouchement physiologiue tant rêvé.
    je pense que chaque enfant est différent et a des besoins différents et que je dois y répondre car je le ressent.
    félicitations a vous pour cette jolie Constance. et bonne vie a tous les 5.
    et en effet, il faut prendre soin de soi pour pouvoir prendre soin de ces enfants

  5. Félicitation à la petite famille.

  6. Belle lettre, émouvante. Quel beau parcours, quels beaux choix de partager ton vécu et tes émotions , à travers ce blog, tu te permets d’évoluer et de te connaître. En plus, tu nous en fais part. Je te suis depuis 2 ans et je pioche quelques uns de tes conseils, en effet j’apprends des choses, je mène une réflexion et j’en tire un intérêt pour l’épanouissement de ma famille.but atteint !
    Félicitations pour votre jolie Constance!

  7. félicia buzincu

    Merci pour cette lettre très touchante et remplie de beauté, de profondeur et de vérité. Je reçois vos lettres et vos vidéos depuis plusieurs années maintenant, elles sont une ressource pour moi, même si, avec un parcours très différent du vôtre, j’ai tendance à culpabiliser en vous voyant vous, et votre famille tellement parfaite! Mais j’apprends, j’essaye en tout cas, de vivre ma vie, notre vie familiale telle qu’elle est, différente de la vôtre, de l’accepter comme elle est, belle aussi à sa façon, bien que beaucoup moins sereine et apaisée que la vôtre. Merci encore. Je souhaite la bienvenue à votre magnifique Constance, vous souhaite un réel bonheur à cinq maintenant.

  8. Très belle article… Je vous souhaite plein de bonheur pour ces nouveaux moments à +1 🙂 Sache que j’aime ta sincérité quand tu écris et ta simplicité aussi!

  9. Bienvenue à Constance, Félicitation à vous 4 pour cet accueil si chaleureux et respectueux de l’être humain. je vous souhaite une belle ligne de vie, riche en aventures, apprentissages et moments de bonheur.
    Sincèrement
    Anne

  10. Très belle lettre Amélie, comme tu as eu raison de t’écouter, tu suis ton chemin, votre cheminement sur la route de l’épanouissement. J’ai aussi 3 enfants, et malgré mon syndrome d’asperger, j’essaie de faire au mieux, pour moi vous êtes un exemple, j’évolue grâce à tes conseils sur ton blog.Comme j’aimerai discuter de vive voix avec toi…
    Mille merci..
    Joëlle

Laisser un commentaire