Maman solo ou famille monoparentale, tu élèves peut-être tes enfants seule et tu aimerais retrouver un peu de souffle dans ta vie? Je te propose 8 idées clés pour gagner en sérénité lorsque l’on est seule à s’occuper des enfants et donc garder l’esprit clair pour s’organiser. Malgré la présence de Fabien à mes côtés la plupart du temps puisque nous travaillons tous les deux depuis la maison, il m’arrive d’être seule à gérer certains aspects de la charge mentale que représente la vie de famille.

Les conseils que je te donne dans cet article sont donc issus, à la fois de mon expérience personnelle, et  aussi des retours que j’ai pu recueillir des mamans solos du Programme Maman Épanouie ou des mamans qui me suivent et me partagent leur quotidien par messages privés.

1. S’entourer et rester connectée à l’extérieur est essentiel pour une famille monoparentale

Lorsque l’on est seule à s’occuper des enfants au quotidien, on peut rapidement et facilement se retrouver débordée, épuisée et à bout de souffle. Seule à gérer notre charge mentale, sans personne à qui en parler dans la course de tous les jours. Souvent, on préfère ne pas ennuyer notre famille ou nos amis avec notre vie de maman. Après tout, tout le monde a ses problèmes, non ?

Pourtant, il est primordial de conserver un lien avec le monde extérieur pour ne pas tomber dans l’isolement lorsqu’on est une famille monoparentale. Car il est beaucoup plus difficile de relativiser et de s’aérer l’esprit si on n’a pas contact avec l’extérieur. Alors, c’est vrai, on n’en a pas toujours envie, en plus de ne pas en avoir le temps…

Aujourd’hui, internet a beau avoir ses dérives, c’est une mine d’or pour s’informer et trouver du soutien, même en ligne! Le pourcentage de familles monoparentales dans notre société est en constante progression. Tu peux facilement échanger avec d’autres mamans, rejoindre des communautés qui te ressemblent, partager ton quotidien et les difficultés que tu rencontres en quelques clics sur les réseaux sociaux. Par exemple, tu peux rejoindre le groupe Facebook dédiées aux mamans épanouies que j’anime “Je mérite de devenir une Maman Épanouie”.

2. Faire preuve d’une grande bienveillance envers soi

Le maître mot lorsqu’on est seule, c’est la bienveillance, mais envers soi avant tout. Tu n’as pas besoin de te juger. Libère-toi de la culpabilité de n’être pas parfaite, car tu es humaine. Mais surtout, tu sais que ton coeur est rempli d’amour pour tes enfants et que ta seule volonté, c’est qu’ils soient heureux. Leur bonheur est ton moteur. La seule raison qui peut engendrer une perte de contrôle de ta part, c’est le fait que tes besoins primaires ne sont plus remplis. Ce n’est donc pas de colère envers toi-même dont tu as besoin dans ce cas, mais bien d’amour et de compassion. Quoi qu’il arrive, prends toujours soin de toi, sans culpabiliser, car de ton bien-être dépend celui de tes enfants.

3. Se coucher et se lever tôt

Maman solo

Le sommeil est l’un des besoins primaires auquel il faut accorder notre priorité. En effet, il s’agit de recharger les batteries de notre métabolisme de base. Sans cela, la pression ne peut pas redescendre, ton cerveau n’est pas assez reposé pour t’envoyer les bons signaux et opérer les bonnes connexions. En accumulant un manque de sommeil, tu risques d’être sujette à davantage de stress, d’irritabilité, donc moins de bienveillance envers tes enfants mais aussi envers toi.

La perte d’énergie engendrée peut entraîner un effet boule de neige menant tout droit à l’épuisement maternel. Tu l’auras compris, il va te falloir une bonne dose de lâcher prise pour prioriser ta récupération physique.

4. Avoir une soupape de sécurité en cas de pression trop importante

Mais que faire lorsque la fatigue est déjà là et que tu sens monter la pression? Tu peux choisir de mettre en place un “sas de sécurité”, un processus qui te permet de faire redescendre la pression, telle une soupape. C’est à toi de déterminer ce qui te convient le mieux et ce qui va être le plus efficace.

Qu’est-ce qui te fait le plus de bien? Qu’est-ce qui te détend le plus? Un bain, une douche, parler à quelqu’un, à un proche, lire un livre, faire du sport (improvise une session de squats ou de yoga dans ta chambre une fois les enfants couchés), dormir, prendre l’air, appeler du renfort pour prendre le relais pendant quelques heures…?

S’il le faut, combine 2 ou 3 de ces actions de décompression et identifie le signal d’alarme en toi qui te dit que c’est le moment d’actionner cette soupape.

Idéalement, il est préférable de ne pas arriver à ce stade. Mais prise dans le tourbillon du quotidien, on y arrive parfois plus vite qu’on ne l’aurait imaginé.

5. Penser à s’aérer l’esprit et le corps

Tu en as très probablement conscience, mais ce conseil n’est pas anodin. Prends ce conseil au sérieux et applique-le sincèrement, tu verras la différence. Si on ne donne pas un peu d’oxygène frais à notre cerveau, on se fatigue plus vite. C’est aujourd’hui prouvé, la connexion à la nature a des vertus apaisantes.

Si tu as la chance d’avoir un jardin, un extérieur, un parc ou une forêt près de chez toi, fais-en une mission que d’aller t’y promener aussi souvent que possible, avec ou sans tes enfants. Tu peux faire d’une pierre deux coups, et tes enfants t’en remercieront. Les laisser se dépenser te garantira aussi des soirées plus calmes et reposantes :)

6. Alléger sa charge mentale lorsqu’on est parent solo

Se faire aider de notre meilleure amie, j’ai nommé la To Do List! Préparer la journée du lendemain lorsque les enfants sont couchés. Anticiper la semaine pendant le week-end. Planifier voire préparer les repas et les goûters à l’avance.

Tu trouveras dans cet article une façon d’organiser la gestion des repas. Je te propose aussi des idées de goûters équilibrés pour l’école ou la maison dans cet autre article.

7. Pratiquer la parentalité positive

Prendre en compte le stade de développement de tes enfants et les besoins de chaque membre de la famille est possible en pratiquant la Communication Non Violente (CNV), l’une des bases de la parentalité positive. La CNV te guide pour gérer calmement les tempêtes émotionnelles de tes enfants, leur apprendre à accueillir leurs émotions, et les accompagner dans la bienveillance pour réduire les moments de stress ou leur durée.

Si tu veux en savoir plus sur les points essentiels qui constituent la pratique concrète de la parentalité positive, je t’en explique les bases dans cet article.

8. Autonomiser au maximum : indispensable pour la famille monoparentale

L’autonomisation est l’un des piliers fondamentaux de l’éducation positive et bienveillante. Elle est indispensable pour fluidifier le quotidien d’une famille monoparentale : encourager l’autonomie et le collectif. C’est aussi un travail qui portera ces fruits plus tard, même s’il peut demander de l’énergie sans retour immédiat.

Mais garde à l’esprit que responsabiliser tes enfants va te libérer du temps tôt ou tard. Laisse-les faire seuls, s’habiller, préparer leur goûter ou leur sac pour l’école, mettre leurs chaussures, se savonner, se sécher, se laver, etc. Toute action qui mène tes enfants vers l’autonomie va te libérer du temps pour mieux t’organiser.

Responsabiliser les aînés s’ils sont volontaires pour superviser l’apprentissage de leur petit frère ou de leur petite soeur représente aussi une aide précieuse. Jouer collectif et prôner l’entraide va créer une dynamique positive et efficiente dans la gestion du temps.

 

Voilà pour ces 8 idées clés qui peuvent tout changer dans un quotidien chargé! J’espère que cet article t’aura permis de refaire le point sur les essentiels d’une vie d’une famille monoparentale sereine. Si tu es maman solo ou papa solo dans la gestion du quotidien de tes enfants, j’aimerais beaucoup que tu puisses nous partager ton expérience et des conseils pour enrichir ce thème et aider encore davantage de parents à adoucir leur quotidien, préserver leur énergie et optimiser leur organisation.

Prends soin de toi et de tes enfants,

Amélie

Amelie Blot
À propos de Amelie Blot

Je me rappelle étant petite que je disais à ma maman : “quand je serai grande je ne punirai pas mes enfants !”. Les années ont passé, je suis devenue maman et ce principe qui “était” en moi est plus fort que jamais. Je me forme au quotidien, à travers mes lectures enrichissantes et auprès de mon petit Arthur, à une méthode d’éducation respectueuse et bienveillante. J’espère pouvoir vous transmettre le goût de vivre la fabuleuse aventure de la parentalité tout en préservant l’épanouissement familiale si nécessaire au bonheur.