Ma meilleure astuce pour le coucher

Chères lectrices, chers lecteurs,

J’étais invitée sur Sud Radio pour parler de mon expérience du coucher et du sommeil. Vous savez que je prépare un atelier à ce sujet. Qu’est-ce qui vous bloque le plus avec le sommeil de votre enfant? Qu’est-ce qui bloque au moment du coucher?
J’ai mis en place ce petit sondage pour savoir de quoi vous avez besoin (2 questions rapides): Sondage sommeil de l’enfant.
Ça m’aiderait vraiment que vous y répondiez ;-)
Un grand merci !

A très vite

Amélie et Fabien

REGARDEZ LES COMMENTAIRES DE CETTE VIDÉO SUR FACEBOOK :
https://www.facebook.com/famille.epanouie/

– ABONNEZ-VOUS À LA CHAÎNE YOUTUBE :
https://www.youtube.com/famille-epanouie

– PLUS DE PHOTOS SUR INSTAGRAM :
https://www.instagram.com/famille_epanouie/

Opt In Image
Es-tu abonné à la lettre Famille Epanouie ?

Si tu n'es pas abonné à La Lettre, je t'invite à faire l’essai ci-dessous en inscrivant ton prénom et ton email. Pour démarrer, tu vas recevoir mon guide des 8 idées reçus sur l'éducation de nos enfants.

Chaque semaine, je partage mes réflexions sur la parentalité positive, le maternage proximal ou encore la pédagogie Montessori.
Je partage également les activités pédagogiques que nous réalisons à la maison 🙂

About Fabien Blot

Dès la naissance d'Arthur en octobre 2012, j'ai passé beaucoup de temps à lire et à m'informer sur tout ce qui se rapproche à la parentalité. Le fruit de tout ce travail m'a amené à choisir des valeurs de maternage maximal, d'écoute, d'empathie éducative et de négociation. Je pense que pour bien accompagner ses enfants, il faut connaître et respecter les étapes de son développement naturel. Je pense que l'éducation peut se faire sans récompense et sans punition.

4 4 commentaires

  1. Bonjour,
    Je vous rejoins complètement sur le fait que lorsqu’il y a des tensions entre le parent et l’enfant dans la journée cela se ressent lors de l’endormissement. Mon fils d’un an se réveille 3 à 4 fois par nuit et je l’accompagne à chaque fois, lorsqu’il m’arrive d’être tendue,les réveils sont plus fréquents et l’endormissement difficile.Donc à ce moment je réalise que j’ai besoin de m’offrir un petit temps de détente et je me rappelle que ma priorité est de l’accompagner dans cette phase. Et les choses sont bien plus agréables par la suite

  2. Bonjour,
    Nous à ;a maison avec mon enfant de 21 mois c’est toujours endormissement à coté de lui au sein car il est toujours allaité. Malgré cela, cela peut prendre entre 10 min et 1h !! Malgré le fait qu’il sait que je suis à coté de lui pendant la nuit, que je ne le laisse jamais pleurer, et que nous sommes bienveillants au maximum !! Parfois l’endormissement au sein est difficile et je me mets plus à distance sur mon lit (à coté tout de même) et lui caresse le dos. Il gigote un peu et a besoin de dire « maman » plusieurs fois, balbutie quelques mots, et plonge dans le sommeil. Parfois c’est son père qui l’endort (plus rarement). Donc chez nous, il n’ a pas de technique miracle à 100 %, ça change tous le temps, comme les enfants ;) Je n’ai pas encore trouvé les raisons aux endormissements difficiles, car ça peut être au contraire après une journée de week end agréable… Mystère et boule de gomme ! Si vous avez des idées ?!!

    • Bonsoir Anna,

      Je rencontre exactement les mêmes difficultés que vous quant à l’endormissement de ma petite Hanna âgée de 11 mois (elle aura 1 an à la fin du mois ).

      Je l’allaite également. J’ai souhaité la sevrer à plusieurs reprises mais je n’en ai pas trouvé le courage. C’est un moment privilégié que je souhaite encore préserver.

      Depuis sa naissance la question du sommeil est un véritable sujet d’angoisse. Elle s’endort systématiquement en têtant (au sein de préférence ), elle a toujours refusé la tétine ou les doudous.

      Inutile de vous expliquer à quel point son intégration à la crèche a été une horreur car à la crèche on n’aime pas ça les enfants qui ne s’endorment pas seuls et qui réclament les bras pour trouver le sommeil.

      Je cherche désespérément des astuces ici et là pour améliorer la qualité du sommeil de notre puce mais en vain.

      Je pratique encore le cododo, et les rares fois où je la mets dans son lit elle ne dort pas plus d’une demie heure !

      Physiquement je suis exténuée, j’ai peur de ne pas être à la hauteur la journée. Moralement je tiens le coup, mais étant fatiguée au plus haut point ce n’est pas toujours facile de garder le moral.

      Je sais que mon témoignage ne vous apportera rien, mais sachez que je compatis sincèrement et suis de tout coeur avec vous.

      Une maman en quête de sommeil.

      • Bonsoir Nadia,

        Je comprends tout à fait ce que tu vis et je compatis sincérement. Je me suis souvent poser la question du sevrage, dans des moments plus difficiles, car il y a des hauts de des bas ! Mais à chaque fois j’en viens à la conclusion que je n’ai pas envie de me priver de ces moments intenses de partage, d’amour, et de complicité, avec mon fils, que je ne revivrais plus jamais. D’autant qu’en en parlant autour de moi, je me rends compte que cela ne resout pas le problème, car c’est le sommeil de la plupart des bébés qui est comme cela !! C’est plutot notre manière de l’appréhender qui pose problème, surtout en France ! Dans d’autres pays, c’est tout à fait normal.
        C’est très important de bien comprendre qu’on est pas seules, et que c’est une période, qui passera. Même si quand on est au plus bas, on voit un peu tout en négatif, on se dit qu’on y arrivera pas, on a plus d’énergie… Et ça repart ! On trouve toujours l’énergie pour fonctionner, continuer à avancer, poussé par l’énergie magique que nos enfants nous donnent! Je n’aurais jamais pensé pouvoir aller si loin avant, et tout le monde me dit, mais comment tu fais ? Je le fais et c’est tout. Je vis au jour le jour. Le matin, c’est un peu dur au réveil, et après On y va !!
        Mais dans les moments de grande fatigue, j’ai des petites recettes : fleur de bach olive, homeopathie, cures de quinton, gelée royale, bonne alimentation, siestes à volonté avec mon fils, je me couche tous les jours tôt (en fait en même temps que lui vers 21h30), car j’ai remarqué que c’est le moment où il dort le plus grand nombre d’heures d’affilée et où je peux enchainer les heures. Après, il se reveille de plus en plus souvent au fur et à mesure de la nuit. Même si je passe moins de temps avec mon conjoint, c’est une question de srvie, et il le comprends tout à fait. Je m’entoure de mères allaitantes pour partager (ça fait du bien!), et je vais éventuellement à des réunions allaitement. Et enfin, je lis des bouquins positifs comme le très bon « être parent la nuit aussi » du Dr Sears, que je te conseille vivement! ça aide à relativiser. Ne surtout pas regarder l’heure la nuit lorsqu’on se reveille aide à ne pas prendre trop conscience des réveils et ne pas trop reflechir, ou avoir des pensées négatives du style (oh, j’ai dormi seulement tant d’h, etc). Et puis un jour, tout se règle !! (enfin j’éspère !)
        J’éspère t’avoir donné un peu de courage et quelques solutions !
        Je te souhaite de bonnes nuits ;) N’hésite pas à me donner tes p’tits trucs surtout

        et si tu penses que c’est vraiment vraiment trop difficile, demande de l’aide autour de toi car l’épuisement profond ça existe aussi, et il ne faut pas y arriver non plus (moi j’ai été voir une psychothérapeute familiale formée à la parentalité positive avec mon conjoint et mon fils, et ça m’a beaucoup aidé)

        A bientot peut être :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.