Que manger pendant la grossesse ?

Opt In Image
Es-tu abonné à la lettre Famille Epanouie ?

Si tu n'es pas abonné à La Lettre, je t'invite à faire l’essai ci-dessous en inscrivant ton prénom et ton email. Pour démarrer, tu vas recevoir mon guide des 8 idées reçus sur l'éducation de nos enfants.

Chaque semaine, je partage mes réflexions sur la parentalité positive, le maternage proximal ou encore la pédagogie Montessori.
Je partage également les activités pédagogiques que nous réalisons à la maison 🙂

Vous êtes enceinte depuis quelques jours ou quelques semaines, et vous vous posez plein de questions sur votre alimentation. Est-ce que je dois manger plus ? Est-ce que je peux tout manger ? Est-ce que je dois manger bio ?

Ce n’est pas toujours facile de s’y retrouver, et, pour y avoir été confrontée j’ai lu et entendu à peu près tout et son contraire en terme d’informations. En ce qui me concerne, je n’ai jamais adopté de régime alimentaire (et encore moins pendant ma grossesse), par contre j’apporte une grande attention à ce que je mange et j’essaie de faire le maximum de chose moi même.

Dès le début de ma grossesse j’ai voulu donner le meilleur à mon bébé, et j’ai tout de suite pensé que cela passait, dans un premier temps, par l’alimentation. Je me suis donc renseigné sur les aliments à privilégier (et pourquoi il fallait les privilégier), ceux qu’il fallait éviter (et de la même façon : pourquoi je devais les éviter) et sur la façon de manger pendant ses 9 mois magiques.

Voici la synthèse de toutes les informations utiles sur le sujet :

Tout d’abord, être enceinte n’est pas une maladie, mon médecin me l’a dit à plusieurs reprise lorsque je l’inondais de question. Cependant c’est le bon moment de prendre, de reprendre ou de continuer à avoir de bonnes habitudes alimentaires.

Je me suis posée la question de savoir si je devais manger plus pendant ma grossesse, et au final, la réponse est très logique : il ne faut pas « manger plus pour manger plus », mais il est important d’écouter son corps et de répondre à ses demandes. Par exemple, si la ration que vous vous serviez avant ne vous suffit plus, alors augmentez la tout simplement.

Si vous optez déjà pour une alimentation saine et équilibrée, il ne faut pas changer grand chose à vos habitudes. Par contre, si vous avez tendance à manger souvent des sandwichs ou des préparations industrielles (pizzas, plat préparés…), essayez d’amener des aliments qui vous apporteront les vitamines et minéraux nécessaires.

 

* Les besoins en vitamines et minéraux pendant la grossesse sont accrus car l’organisme puise dans ses réserves pour assurer le bon développement du bébé. Voici ce qu’il faut privilégier et pourquoi :

La vitamine D : elle permet d’augmenter la densité osseuse du squelette du bébé et permet l’assimilation du calcium. La vitamine D se trouve dans les poissons gras comme le saumon, le maquereaux les sardines, mais aussi dans les œufs… et l’exposition au soleil (on ne parle pas non plus de faire la crêpe toute la journée! mais 1/4 d’heure de luminosité par jour suffit à satisfaire nos besoins).

Le calcium : Comme la vitamine D, il joue un rôle sur la fabrication du squelette du bébé. Le calcium se trouve dans la plupart des fromages, mais également dans les épinards, le chou, les amandes, les noix, les noisettes, les œufs, le chocolat (une bonne raison pour déculpabiliser !).

Le fer : il y a un risque d’anémie pour la maman du fait du développement du placenta et de l’augmentation de la masse sanguine, c’est pourquoi il est important de consommer régulièrement du basilic, du persil, des lentilles, des haricots, des épinards.

L’eau : elle permet, entre autre, la constitution du liquide amniotique, de réduire les risques d’infections urinaires et de constipation.

 

* Ce à quoi il faut faire attention et pourquoi :

Les œufs doivent impérativement être consommés bien cuits car ils représentent un risque de salmonellose. (Vous pouvez dire bye bye à la mayonnaise, aux glaces et à la mousse au chocolat… pour moi ça été dur car j’adore les mousses; je me suis bien rattrapée une fois qu’Arthur est né !)

Les fromages au lait cru doivent être banni car il y a un risque de listériose. (vous pouvez continuer à manger tous les fromages au lait pasteurisé. C’est toujours indiqué sur l’étiquette)

Les fruits de mer et autres crustacés (crus) représentent des risques d’intoxications.

Le soja et autres aliments dérivés du soja car il  peut y avoir des conséquences néfastes sur la maturation des organes sexuelles de votre bébé.

La caféine car elle peut entrainer des risques de fausse couche. (Moi je suis une grande buveuse de thé, pendant ma grossesse j’ai préféré ne prendre aucun risque et ne boire que des tisanes, j’en ai trouvé de très parfumés qui sont exquises, vous pouvez aussi passer au déca si vous buvez beaucoup de café).

L’alcool, le tabac et autres drogues sont bien évidemment à arrêter car cela peut entrainer des accouchements prématurés, une malformation du bébé, des retards de croissance ou des handicaps moteurs et cérébraux graves.

 

A partir du jour ou j’ai appris ma grossesse, Fabien et moi buvons chaque matin le jus de 2 oranges et d’un demi citron que nous pressons nous même, et nous continuons toujours à ce jour.

Et vous, quelle est votre nouvelle habitude alimentaire ?

N’hésitez pas à nous raconter vos nouvelles petites habitudes alimentaires car elles seront surement sources d’inspiration pour nous tous.

A bientôt,

Amélie

About Amelie Blot

Je me rappelle étant petite que je disais à ma maman : "quand je serai grande je ne punirai pas mes enfants !". Les années ont passé, je suis devenue maman et ce principe qui "était" en moi est plus fort que jamais. Je me forme au quotidien, à travers mes lectures enrichissantes et auprès de mon petit Arthur, à une méthode d'éducation respectueuse et bienveillante. J'espère pouvoir vous transmettre le goût de vivre la fabuleuse aventure de la parentalité tout en préservant l'épanouissement familiale si nécessaire au bonheur.

6 6 commentaires

  1. Je suis enceinte de 2 mois et mon médecin m’a dit que si je ne le sentais pas, il valait mieux ne pas arrêter de fumer pendant la grossesse. Je fume depuis que j’ai 14 ans (j’ai 32 ans), je sais que pour la santé de mon bébé et la mienne, c’est mieux d’arrêter mais bon, c’est vraiment pas facile.

    • Bonjour Laura, Félicitations pour votre grossesse ! Je vois que vous fumez depuis longtemps et je comprend que cela soit vraiment dur pour vous de vous arrêter complètement. Peut être qu’au fil de votre grossesse votre envie de fumer diminuera naturellement. Il faut avant tout que vous viviez ces 9 mois sereinement et que vous soyez en harmonie avec vous même. Ne culpabilisez pas trop (vous pouvez toujours tenter de jouer la carte de la modération plutôt que celle de la privation !). Je vous souhaite une belle grossesse et au plaisir de vous lire prochainement. A bientôt, Amélie

  2. Bonjour,

    Je découvre votre blog et le trouve très intéressant, félicitation !

    Je me permets juste un petit conseil par rapport à cet article : renseignez vous bien, partout, creusez les sources d’informations alternatives pour êtres sures de vos affirmations. Les médecins allopathiques ne sont pas forcément dans le juste, et j’ai pour ma part opté pour l’indépendance en ce qui concerne ma nutrition.

    C’est en particulier les risques liés aux produits laitiers crus qui m’a interpellé. J’ai pour ma part fini par faire le contraire, me méfier des produits pasteurisés qui sont des substances mortes, et dont les « bonnes » bactéries ne sont plus là pour éviter justement les risques d’infections, pour schématiser.

    Voilà, juste un petit message pour vous donner d’autres pistes de réflexions que les grandes lignes qu’on a l’habitude d’entendre, pas toujours à raison (au même titre que la vaccination).
    Bien entendu chacun restera toujours libre de ses choix et chacun doit partir à la quête de sa propre vérité ! (mais pas forcément celle qu’on nous impose)

    Bonne continuation, moi je continue ma lecture ! :)

    • Entièrement d’accord avec toi. Pas toujours facile de connaître la « vraie » vérité. Beaucoup d’erreurs sont colportés par certains professionnels et le tri est difficile.

  3. Je suis persuadée que vous mangez très bien. Attention cependant à ne pas tomber dans le nutritionnisme. C’est à dire parler de nutriments, ce qui est réducteur. C’est malheureusement l’approche générale dans notre société. J’ai un collègue chercheur qui a mis en place les recommandations alimentaires au Brésil: on parle de non transformé, peu transformé, ultra-transformé. Les 2 premières catégories invitent à cuisiner, et tous ces aliments sont sains. La dernière catégorie ne représente aucun intérêt pour la santé (y compris l »allégé », qui peut même être pire).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.