Qui sommes-nous ?

Une maman : Amélie –  Un papa : Fabien – Un enfant : Arthur

Famille EpanouieBonjour et merci de vous être arrêté sur notre blog.

Nous avons la trentaine toute fraîche et sommes les heureux parents d’Arthur, né fin 2012, avec lequel nous mettons en pratique au quotidien tout ce que peux nous apporter le maternage proximal, la parentalité positive, la parentalité bienveillante, l’empathie éducative, l’écoute active et la méthode Montessori. Nous avons fais ce choix d’éducation car nous pensons que c’est celui qui permettra le meilleur épanouissement de notre enfant.
Vous aurez compris que nous sommes de parfaits parents débutants, et qui plus est, nous n’avons découvert l’existence de ce type d’éducation qu’à la naissance d’Arthur. Nous avons décidé de créer le blog Famille Epanouie afin de partager notre expérience, et que vous puissiez, vous lecteurs, également nous apporter votre retour d’expérience et vos connaissances sur la parentalité positive. Nous pensons que notre progression dans ce type d’éducation passe par le partage.

Pourquoi avoir fait ce choix d’éducation ?

Pendant la grossesse d’Amélie, nous avons lu de nombreux articles et livres sur le déroulement de la grossesse. Nos connaissances étant relativement… nulles, nous avons alors ressentis le besoin de nous informer.
Nous avons été dans une librairie pour choisir chacun notre premier livre. Et là, nous avons découvert qu’il existe un tas de bouquins sur la grossesse et sur l’éducation des enfants. Lequel choisir ? Nous devons vous avouer que nous avons failli repartir avec une bonne dizaine de livres chacun tant nous avions des difficultés à faire notre choix. Après une bonne heure à feuilleter quasiment tout le rayon, Amélie a choisi « Le Guide pratique des mamans débutantes » d’Anne Bacus et Fabien « Devenir papa pour les nuls » de Gérard Strouk. Nous les avons choisi un peu pour les mêmes critères : le fait que les auteurs nous prenaient pour de parfaits débutants sans aucune connaissance.  🙂

C’est au fil de nos lectures que nous avons fais notre première découverte:  l’haptonomie. Nous avons été rapidement séduit par la méthode, par son côté positif, apaisant et totalement nouveau. Pour faire simple, il s’agit d’une communication tactile qui soutient, qui accompagne dans le but d’apaiser, relaxer, et comprendre par le toucher. Cette méthode est aussi utilisée pour apaiser les personnes en fin de vie. L’haptonomie ne dirige ni ne soumet, elle accompagne. A la naissance d’Arthur, nous avons eu naturellement envie de prolonger ce type de communication avec lui, c’est ainsi que nous avons découvert le maternage proximal.

A travers ce blog Famille Epanouie, nous vous proposons de partager avec vous notre éducation positive avec Arthur. Notre éducation est différente de la plupart des autres parents. Ce n’est donc pas toujours facile à comprendre et à accepter par tous.

Voici les principales remarques que l’on peut entendre régulièrement :

« Il ne faut jamais le prendre dans votre lit, il va prendre de mauvaises habitudes »
Arthur a dormi dans notre chambre de la naissance jusqu’à ses 10 mois. Au début, il avait un petit lit à côté du nôtre afin qu’Amélie évite de se lever pour lui donner la tétée. Au fil des jours, elle l’a laissée au sein avec nous dans le lit. Il passait ainsi toutes ses nuits avec nous. Au début, nous avions l’impression d’être de mauvais parents incapables de faire face aux caprices de notre enfant. Nous avions d’ailleurs caché cela à notre entourage, par crainte d’être jugé, car nous pensions que ce n’était pas bien. Puis, nous nous sommes renseignés sur cette pratique, et nous avons jugé qu’elle était tout à fait saine et naturelle. Les mamans qui allaitent et dorment avec leur enfant sont réglées sur les mêmes cycles de sommeil que leur bébé, et c’est excellent pour la prévention de la mort subite du nourrisson.  Aujourd’hui, nous avons fais le choix qu’il dorme dans sa chambre.

« Laissez-le pleurer, cela lui apprendra à être autonome »
Pour nous, il s’agit de l’idée reçue la plus répandue sur l’éducation. Un enfant qui pleure a toujours une bonne raison de le faire. S’il pouvait gérer lui-même cette émotion, il resterait calme. Dans cette situation, la seule chose qu’il apprend est qu’il ne peut pas compter sur ses parents dans les moments de difficultés et que la communication est stérile. Ses craintes sont alors toujours présentes. Généralement, les enfants apprennent à affronter leurs peurs nocturnes en silence.

« L’éducation des enfants, ça ne s’apprend pas dans les livres et encore moins sur internet ! »
Cela s’apprend où alors ? Dans tous les domaines de la vie, on ne peut progresser qu’en se documentant ou en suivant une formation. Si vous faîtes les deux, il y a de grandes chances pour que vous deveniez un spécialiste. Pour nous, c’est exactement la même chose avec l’éducation. En entreprise, les meilleurs managers suivent des formations.

Nous espérons que vous trouverez des réponses sur notre blog Famille Epanouie vis-à-vis de notre propre expérience. N’hésitez pas à partager vos expériences avec nous !

Bonne lecture.

Amélie, Fabien et Arthur
Famille Epanouie

34 34 commentaires

  1. Et aussi vous faire confiance, faire confiance en ce que vous ressentez.
    J’avais ete une auditrice de Dolto en mon temps (la vieille qui parle lol) mais je me suis fait confiance pour porter mes enfant (le portage ne se nommer meme pas à l’époque) , je n’aurais pas allaité 9 mois chacun de mes enfants par exemple. Important de vous faire confiance. Connaissez-vous aussi la communication non violente de Marshall B. Rosenberg.
    Etre Parent c’est une aventure formidable. Jolie et longue route.

    • Bonjour Isabelle,

      Je ne connais pas encore la communication non violente de Marshall B. Rosenberg. Je vais m’empresser d’aller consulter ses livres. Ce n’est pas toujours évident de faire les bons choix de bouquins. Il y en a dont le titre donne envie, dont certains utilisent « sans cri », « sans violence » mais c’est bien souvent uniquement la violence physique qui est écartée.

      Il est parfois difficile d’admettre que l’on peut éduquer sans punition et sans récompense. Il nous faut remettre en question ce que nous savons, ou du moins, ce que nous pensions savoir. Il m’arrive bien évidemment de faire des erreurs, mais bien éduquer un enfant, c’est essayer de faire le moins d’erreurs possibles. Nous en faisons et en ferons tous !

      Fabien

  2. Bonjour! J’aime beaucoup votre démarche, dans laquelle je me reconnais un peu (allaitement -de jumeaux!, portage etc…). J’ai beaucoup lu aussi sur l’éducation, et finalement je recommande un seul livre à tout le monde: « Parler pour que les enfants écoutent; écouter pour que les enfants parlent », de Faber et Mazlish. Très agréable à lire (comme un roman!), pas du tout culpabilisant, et vraiment pratique et clair. Même s’il se réfère plus facilement à des enfants qui parlent déjà. Profitez bien de chaque étape: elles sont toutes magiques!

  3. Merci Julie-Axelle,
    Nous n’avons pas encore lu Faber et Mazlish mais cela ne saurait tarder. Ces auteurs reviennent souvent quand on parle d’accompagnement de l’enfant.

    • Bonjour,

      Le commentaire de Julie-Axelle date une peu maintenant et vous vous êtes donc peut-être renseignés davantage sur Faber et Mazlich, en tout cas après avoir longuement parcouru votre blog je peux vous assurer que vous n’allez pas apprendre grand chose en lisant F&M tant vous êtes déjà proches de cette méthode ! Bien sur, ça vaut quand même le coup d’y jeter un oeil si ce n’est pas fait, mais la méthode d’éducation positive qui vous utilisez quotidiennement avec votre enfant est très très proche !
      Merci pour ce blog

      • Bonjour Gabrielle et merci pour votre message qui fait plaisir 😉
        A vrai dire, nous n’avons toujours pas commencé F&M, mais cela ne saurait tarder. Nous sommes certainement très avancé dans la démarche de parentalité positive mais je crois aussi que nous pouvons en apprendre tous les jours. Plus nous sommes informés, plus nous sommes capables de capter les différentes subtilités 😉

  4. bonjour,

    nous attendons actuellement un enfant, nous voulons se documenter sur les différents types d’éducations possibles. Pouvez vous nous communiquer certain titre de livre? vous êtes situé dans quelle régions? Peut être que les éducations sont différentes selon les régions?

    Je vous remercie pour votre réponse

    Cordialement

  5. Je nous reconnais complètement dans votre démarche ! Nous aussi sommes tombés dedans « par hasard », pour nous c’est avec le livre génialissime d’Isabelle Filliozat « j’ai tout essayé » puis « au coeur des émotions de l’enfant » (nous avons déjà acheté les suivants !)
    Nous avons pu trouver une assistante matrrnelle parfaite grâce à la page Facebook « assistantes maternelles pro allaitement et pro maternage » (qui m’a d’ailleurs fait connaître votre super blog !)
    Et Montessori a fait sin entrée dans notre vie, ainsi que la « diversification menée par l’enfant » (il existe un super site à ce sujet !)

    Merci pour vos articles, comme vous le dites c’est en partageant qu’on apprend ! (Je vais d’ailleurs me procurer en vitesse les livres de Catherine Dumontheil Kremer dont vous parlez !)

    • Quelle chance d’avoir trouvée une assistante maternelle pro maternage. Cela ne doit vraiment pas être facile et surtout près de chez soi. Les livres de Catherine Dumontheil Kremer sont vraiment excellents 😉

  6. Je me sens tellement proche de vous! super votre démarche! c’est aussi très difficile d’entendre de la part de mon entourage: « il va falloir qu’il prenne le pli » (6 mois) « ne le berce surtout pas! il va prendre l’habitude! » (1 mois et demi), « laisse le pleurer il fait un caprice » (5 mois) « laisse le pleurer, il va s’endormir en se berçant avec ses pleurs… » etc… Aussi je m’intéresse à Loczy… Là encore j’entends de » le mettre assis pour lui muscler le dos » etc…
    Pourquoi faisons-nous tout contre nature? depuis que je suis maman je me pose beaucoup de questions sur ma propre éducation, sur les paroles toutes faites, j’essaie de suivre mon instinct de mère mais c’est parfois difficile. Je rejoins Audrey: le livre d’I. Filliozat m’a ouvert les yeux!

  7. J’adhere completement, je suis maman de trois enfants, donc le plus petit va sur 9 mois….j’ai rencontrer beaucoup de dificulte avec ma premiere, j’etait tres perdue et j’ecoutais tout se que mon entourage me conseillais, c’etait completement fou car je ressentais au fond de moi que ce n’etait pas correct, certaine chose comme laisser pleurer bebe, allais contre mon instinct! J’ai decider alors de ne p!us ecouter personne sauf mon coeur, et je suis venue naturellement a votre methode, j’ecoute mes enfants avant tout et je repond a leur detresse, et depuis je me sent beaucoup mieux en tant que maman et mes enfants sont plus épanouis, et comunicatif. Le faite d’avoir fait aussi allaitement et cododo na pas empeche mes enfants d’avoir leur proche chambre et ce sans probleme ni cauchemard!!

  8. Stéphanie Thepot

    Je découvre votre blog. Bravo pour vos choix de vie et éducatifs! L'avenir vous montrera que vous avez raison, mais sans doute vous en êtes vous déjà rendus compte. 🙂

  9. On se sent moins seul… D’autres « illuminés » on choisit la même voie…et oui, 15 mois il tète encore… et non il ne dort pas dans une cage… et non il ne met pas de couches Pourquoi??? pour être propre plus vite??? non juste pour avoir une raison de plus de communiquer… Et la crèche s’est pour quand? il faut le sociabiliser… Heu, ben il dit bonjour et envoie des bisous, il joue avec des copains avec maman pas loin, non ce n’est pas un ours des caverne qui reste enfermé entre 4 mur en face à face avec sa mère…
    Dur dur d’échanger avec les gens, mais bon s’est comme ça, des fois c’est difficile le maternage proximal, des fois c’est juste du bonheur, mais ça passe tellement vite…
    Merci d’exister et de partager!

  10. Véronique Dhuyvetter

    Je suis très heureuse de la découverte de votre blog et des personnes qui connaissent la parentalité positive! Je voudrais le transmettre à tous les parents, je partagera le lien de ce blog avec plaisir

  11. Merci Véronique! C'est très gentil!

  12. Nous nous reconnaissons beaucoup dans votre blog. A la naissance d’Eleonore, en novembre 2012, nous sommes tombés grâce au livre Au cœur des émotions de l’enfant d’Isabelle Filliozat dans le monde la parentalité bienveillante, le maternage, et bien sûr Montessori. Cela nous a donné envie de créer un lieu idéal où d’autres enfants pourraient profiter de tout ce que nous avions découvert. En septembre 2015, nous avons donc ouvert sur Avignon, la micro-creche Baby Montessori dans laquelle nous avons mis en place ces valeurs et ces principes. (www.babymontessori.fr). Quel bonheur!

  13. Je suis ravie d’avoir découvert votre blog il y a quelques semaines. Je suis moi même en pleine période d’apprentissage de mon nouveau metier de maman. J’ai commencé par chercher tout ce qui pouvait créer et entretenir ce lien si particulier qui nous relie a notre enfant. Enceinte j’ai commencé l’haptonomie qui a été une révélation pour moi et mon conjoint. Pendant ma grossesse j’ai également commencé a participer aux réunions de La Leche League. A la naissance nous avons donc démarré notre aventure de maternage (je devrais plutôt dire de parentage car mon conjoint me soutient énormément dans cette démarche) : allaitement (que je ne compte pas arrêter tant que mon loulou ne l’aura pas décidé), cododo, portage…
    Je continue d’avancer au fil de mes lectures et grace a vous j’ai commencé il y a 3 semaines à signer avec mon fils qui a 7 mois. Il ne signe pas encore en retour mais a l’air de trouver cela très amusant !
    Je ne manquerai pas de compléter mes lectures par les livres de Catherine Dumonteil Kremer.
    Continuez a nous inspirer de bonnes idées, votre blog est hypermotivant pour de jeunes parents comme nous !

    • Bonjour Sandrine, Félicitations pour votre bébé.
      C’est super que vous commenciez la langue des signes avec votre tout petit, vous allez voir que lorsqu’il fera ses premiers signes vous serez toute émue !
      Je vous souhaite beaucoup de bonheur pour votre allaitement, c’est une expérience que je définis comme infiniment intense et magique. J’allaite toujours Arthur qui a 25 mois et c’est que du bonheur pour lui comme pour moi!
      Merci beaucoup pour vos encouragements qui nous vont droit au cœur 🙂
      A très bientôt,
      Amélie

  14. Magnifique et généreuse démarche qu’est la vôtre. Merci pour le téléchargement de votre livre que je m’empresse de faire passer à certaines jeunes familles qui sauront le lire avec intérêt.
    Il y a énormément à faire sur l’éducation bienveillante. Je viens de passer un bon moment sur un forum d’Assistantes Maternelles et c’est effrayant de voir à quel point elles n’ont aucune formation sur l’enfant, sa psychologie et les approches éducatives bienveillantes. Sur un post dédié aux punitions, à part peut être une ou deux AM, elles ont toutes recours à la punition de type isolement au coin, sur la chaise du vilain, (quel horrible expression), certaines ajoutent qu’elles grondent bien fort avant d’isoler l’enfant, deux ont parlé de petites tapes sur les fesses, punition systématique quand l’enfant « fait un caprice » etc….. qu’il ne faut pas se laisser faire par des petits capricieux et j’en passe………. ça fait froid dans le dos. Je trouve cela toute de même grave que des personnes qui s’occupent de garder, d’éduquer des petits de 0 à 3 ans n’aie pas une formation solide, un peu comme la très belle formation des éducateurs de jeunes enfants mais en plus « court »… Après il y a de supers AM qui ont la bienveillance dans le coeur, mais si peu…. Personnellement, je cherche à me reconvertir pour faire de l’accompagnement périnatal et parental. Bon chemin à vous et encore bravo!!

    • Bonjour Robert,

      Merci beaucoup pour votre commentaire.
      Vous avez un très beau projet, j’espère pour vous qu’il se concrétisera ! D’ici là, à très bientôt sur notre blog 😉
      Joyeuses fêtes de fin d’année,
      Amélie

  15. Je découvre votre site et le terme de « parentalité positive », qui visiblement est une sensibilité qui nous ressemble. Notre fille, Célestine, est née fin décembre 2012. Nous avons aussi découvert durant la grossesse les bienfaits de l’haptonomie.
    Malgré les peurs de notre entourage et les « conseils » des médecins et gynéco, nous avons décidé de mettre au monde notre fille, dans la douceur, à la maison, en étant accompagnés d’une sage femme spécialisée dans l’accouchement à domicile (AAD). J’ai donc eu la liberté de pouvoir me relaxer dans mon bain durant le travail, d’écouter de la musique classique pour me détendre, de manger et boire quand ça me chantait, de marcher (sans avoir un attirail d’appareils scotchés sur mon corps) pour l’aider à venir et surtout, j’ai pu accoucher dans la position qui m’était la plus naturelle. Pas de péridural, pas de « allez y Madame POUSSEZ!! », pas d’épisiotomie (souvent systématique en milieu hospitalier alors que pas forcément nécessaire, bref, c’était au rythme de l’enfant et de la manière que nous avions choisie. Ca a été une expérience fabuleuse autant pour le père que pour moi. Suite à ça il a été tout à fait naturel pour nous (je dis nous car chaque étape a également été vécu intensément par mon conjoint qui a été d’une incroyable complicité) de nous lancer dans l’expérience de l’allaitement. Après avoir lu « l’art de l’allaitement maternel » de la leche league, les raisons d’allaiter étaient parfaitement claires, évidentes. Je n’aurai tout de même jamais imaginé allaiter ma fille jusqu’à ses 22 mois! Peut-être même qu’elle serait encore allaitée si je n’étais pas de nouveau tombée enceinte (drôle de terme pour désigner ce petit miracle, cette état de bénédiction qui nous arrive). Le portage en écharpe et le cododo se sont également imposés à nous naturellement et dieu sait qu’on en a eu marre des réflexions du genre « Quoi elle dort encore avec vous? A plus d’un an? Mais c’est H-Y-P-E-R mauvais pour elle et pour votre couple! » Notre couple fonctionne très bien, merci du conseil. Sans parler des silences pesants ou des réflexions négatives qu’on reçoit lorsqu’on dit toujours allaiter son enfant (comme si à partir des 9mois/un an de l’enfant, pour certains, l’allaitement devenait quelque chose de ‘bizarre »). Un médecin (femme) homéopathe m’a même dit « non mais là faut arrêter l’allaitement! Il faut apprendre la séparation à votre enfant de 20 mois! ». C’est à ce moment que l’on comprend à quel point dans nos sociétés, le corps est uniquement perçu comme « objet sexuel » et comme nous sommes éloignés des choses les plus naturelles.
    Comme j’ai travaillé dans le domaine de la surdité, j’ai pu commencer à apprendre la langue des signes à Célestine qui signait avant même de parler, puis qui a mis de côté les signes lorsqu’elle s’est mise à parler (ce qui est tout à fait normal puisque la langue orale est sa langue maternelle). Aujourd’hui elle utilise quelques signes et surtout comprend quasi tout ce que je lui signe (très pratique lorsqu’on a envie d’avoir une discussion avec son enfant sans que des personnes extérieures viennent s’immiscer).
    En ce qui concerne les pleurs, là aussi, nous n’avons pas toujours été compris. Suite à la lecture du livre « mon bébé comprend tout », d’Aletha Solter, nous avons pris conscience de l’importance des pleurs pour un bébé et avons soutenu notre fille à s’exprimer ainsi, à extérioriser par les pleurs, en la prenant affectueusement dans nos bras. Lorsque j’abordais ce sujet avec d’autres parents ils me prenaient pour une parfaite illuminée..
    Nous aurions beaucoup aimé pouvoir inscrire notre fille dans une école dite alternative du type Montessori ou Dolto, nous regrettons devoir y renoncer pour des raisons matérielles. Ce type d’école devrait être accessible à tous..

    • Bonjour Marie,
      Je voulais commenter votre renonciation a une ecole type Montessori pour des raisons financiere. J’ai egalement eu cette reflexion…. Nous aurions pu scolariser un enfant dans une cole montessori mais nous en avons 3 !!! Donc impossible. Et la solution m’est venue durant mes lectures : l’IEF. Je me lance a la rentree 2016. Nous ferons de l’Instruction En Famille. Je ne cherche plus une ecole alternative, j’ai choisi une alternative a l’ecole ! Nous alisserons nos enfants apprendre naturellement en faisant la cuisine, en se baladant, en revant, en jouant etc. Fini les contraintes de type : apprendre a lire a 6 ans, savoir ses tables de multiplications a 8 ans etc.
      Personnellement j’ai ete dans les etudes jusqu’a 21 ans et je n’ai retenu que 10% de ce que j’ai appris, alors je ne pense pas qu’il soit necessaire au bon developpement des enfants qu’ils y aillent.

      C’est sur que cela demande un sacrifice financier aussi (je vais devoir arreter de travailler) mais on s’organisera autrement. C’est un style de vie different et nous consommerons differemment aussi.

      Voila mon partage. Juste pour dire que l’ecole n’est pas une voie obligatoire. L’instruction est obligatoire, mais pas l’ecole !

  16. Je viens de découvrir votre blog et je suis très heureuse de voir toutes ces jeunes mamans et papas se poser des questions et surtout de suivre leur instinct.

    Moi aussi, « dans mon temps » j’ai essuyé pas mal de moqueries. Mais mon instinct m’a guidée : j’ai écouté, j’ai lu, j’ai réfléchi et surtout j’ai observé mes enfants. J’ai aussi étudié les différentes façons d’élever son enfant dans les différents pays.

    Puis j’ai découvert F. Dolto ! Quelle revanche

  17. Mere de 3 enfants j ai également les mêmes idees en matières d éducation
    J ai lu filliozat , Gordon , Bacus et bien d autres

    Je suis instit et montessori et freinet ou toute forme de pédagogie ou l enfant est au cœur des apprentissage me passionnent

    Après il y a la théorie et la pratique parfois avec la fatigue et les soucis je suis loin d appliquer les principes d éducation qui me tiennent à coeur !

    Bravo pour votre blog

    • Bonjour Aurélie,
      Merci pour votre commentaire. En tant que parent et/ou éducateur, le but est d’essayer de faire coïncider au maximum théorie et pratique. Il est vrai que suivant son humeur, son état de fatigue et celui de l’enfant, cela peut parfois être difficile. Le principal étant de toujours reconnaitre ses erreurs auprès de l’enfant et de travailler sur soi afin de donner le meilleur !
      A très vite,
      Amélie

  18. laetitia moens

    bonjour,
    Tout d’abord merci pour votre blog que je viens de découvrir.

    « Maternage proximal » quand j’ai accouché de Lisa, je ne connaissait pas ce terme. A vrai dire je ne connaissais pas grand chose. J’avais des principes (pas d’enfant dans mon lit, allaitement exclusif jusqu’à 3 mois, …) qui se sont rapidement effondrés devant la réalité de la situation. Je nous ai donc écouté ma fille et moi, comme vous je me suis renseignée et maintenant, même si ce n’est pas facile tous les jours et que je dois encore faire face à des remarques, je suis fière et heureuse d’avoir pu lui donner ce que j’estime être le meilleur pour elle (j’ai même envie de dire ce qui EST le meilleur pour elle)

    • Bonjour Laetitia,
      Merci pour votre expérience et pour la force avec laquelle vous exprimer vos convictions 🙂
      Nous vous souhaitons de doux moments de bonheur avec votre fille.
      A très bientôt,
      Amélie

  19. Je suis tombée par hasard sur facebook sur votre blog et j’en suis heureuse car c’est aussi ma façon de voir les choses. Avant de lire cette page j’ai acheté 3livres « au coeur des émotions de l’enfant  » de Filliozat, la discipline positive dde Nelsen et « parents efficaces » de goldon. Je suis contente d’en voir certains cités !
    Maman d’une ptite Lison de 5mois, je sais maintenant où regarder et à qui écrire si jai besoin et pour etre soutenue car en effet ce n’est pas l’approche de nombreux parents et cela peut etre difficile à comprendre.
    Merci pour votre blog .

  20. Bonjour Arthur, bonjour Amélie, bonjour Fabien et tou-t-e-s les lecteurs !
    Ayant eu l’occasion de lire beaucoup, je vous conseille ma dernière découverte « aimer nos enfants inconditionnellement » d’Alfie Kohn. C’est génial ! Papa de Gabrielle (4 ans) et d’Axel (11 mois), j’ai trouvé très dur l’entrée de notre ainée à l’école publique, car au-delà de la sphère familiale et de la « nounou », cela devient compliqué… Car ce n’est plus seulement la famille qui s’en mêle… Et l’école n’est pas tendre avec nos bouts de choux (et leurs parents). Mais on garde la niac !

  21. Bonjour la petite famille,
    Tout d’ abord merci pour votre partage et vos bons conseils! Je suis vraiment ravie de vous lire.
    Je suis maman de 2 beaux garçons de 5 ans et demi et 2ans et demi et j’ avoue que ce n’ est pas toujours facile de trouver des solutions aux petits tracas de la vie;-)
    A bientôt et au plaisir de vous lire

    Fatiha

  22. Bonjour Amélie, Fabien et vos p’tits bouts, ce message juste pour exprimer un grand Merci ! Ce blog est génial, merci de l’avoir créé et de nous partager votre expérience. Comme beaucoup je m’y retrouve !
    Maman d’une petite fille de deux mois et demi, je suis ravie de vous lire car cela me conforte dans notre choix d’éducation…même si je n’aime pas trop ce mot. Cette première expérience me ramène à ma propre enfance et donc à l’éducation que j’ai reçu et qui ne me convient pas pour notre fille. Pour moi, éducation=respect, partage, accompagnement et surtout bcp d’amour ! L’éducation d’aujourd’hui ressemble plutôt à du dressage…hélas. En tous cas je remarque aujourd’hui à quel point l’éducation est un conditionnement et à quel point il peugt être difficile pour certains de s’en défaire…depuis la naissance d’Angeline, nous avons eu énormément de remarques sur notre façon de l’accueillir (maternage proximal, tetees, cododo et portage…) mais nous tenons bon et restons affirmés dans notre liberté de parents. Alors c’est bon de vous lire car on se sent moins seuls et moins « mauvais parents » car on ne fait pas comme tout le monde… Mille mercis !

  23. hihi je crois que cette présentation n’a pas été mise à jour 🙂 Pov’ Gaspar 😀

  24. HELP, conseil…
    Bonjour la famille, nous avons découvert votre blog tout récemment. Notre fille de 13 mois à jusqu’à présent eu ces endormissements plutôt facile et serein.
    Depuis une semaine, du jour au lendemain, elle ne veut plus de tout aller au lit…grosses crise de larmes à peine arrivée près de son lit. Comme nous ne sommes pas du tout partisans de la laisser pleurer, on a essayé chaque soir une autre solution: lui parler, l’écouter pleurer dans mes bras, la rassurer, la prendre dans notre lit, lui parler là journee aussi, rester dans sa chambre avec elle, mettre un Lumière douce ( elle n’en a jamais eu besoin jusqu’à présent), la on est au bout des idées de solution et surtout fatigué et ennuyé qu’elle n’arrive plus à dormir avec 22-34h le soir!!
    Si vous avez des suggestions, nous sommes à l’écoute . Merci

Laisser un commentaire