Stress : comment le gérer au quotidien?

Stress : comment le gérer au quotidien?

Les dernières actualités sur l’épidémie de coronavirus qui touche le monde entier sont peu rassurantes. Et chacun, à travers le monde, réagit plus ou moins fortement à cette situation de stress inédite que nous vivons. Les informations sont toujours plus stressantes sur cette épidémie et rien de positif ne semble en ressortir.

Et vous, comment vous sentez-vous en ce moment? Etes-vous stressée? 

Savez-vous à quoi sert le stress?

Et surtout savez-vous vous apaiser efficacement après un épisode stressant?

Pourquoi on stresse ?

Avant toute chose, il faut savoir que le stress est une réaction normale et naturelle de notre corps.

C’est en partie grâce au stress que notre espèce a survécu durant tous ces millénaires, et qu’il nous aide, aujourd’hui encore, dans certaines situations.

Pourquoi ?

Parce que lorsque nous vivons une situation stressante, notre cerveau reptilien envoie des informations bien précises à notre corps afin qu’il y réponde de manière automatique.

Il y a 20 000 ans, lorsqu’un homme se retrouvait face à un mammouth, sa survie dépendait d’une action rapide de sa part.

Comme notre cerveau est parfaitement conçu pour assurer notre survie, en cas de stress il nous envoie 3 options possibles : la tétanisation, l’attaque ou la fuite.

C’est ainsi que lorsqu’une menace est perçue, nos sens sont exacerbés, notre rythme cardiaque s’accélère et nos muscles se contractent.

De cette manière notre cerveau nous place dans des dispositions naturelles d’actions automatiques.

Le petit bémol, c’est que lorsque ton enfant dessine sur les murs, que tu subis les sautes d’humeur d’un collègue ou même que tu reçois une relance pour une facture impayée, ton cerveau va te faire réagir exactement de la même manière que si tu étais pourchassée par un mammouth !!

Au fil des millénaires, notre cerveau s’est développé et adapté pour nous permettre de ne pas bondir sur notre collègue lorsqu’il nous tape sur les nerfs, de ne pas fuir devant les ronds rouges que notre enfant a dessiné sur le mur blanc ou encore de ne pas rester tétanisée devant une facture impayée.

Et c’est donc grâce à l’évolution de notre cerveau et notamment la partie du cortex préfrontal que nous pouvons, dans la plupart des cas, engager une réaction non excessive…

Mais nous n’y parvenons pas toujours.

C’est pourquoi nos réactions restent malgré tout régies par nos émotions plus que par notre raison.

enfant en colère

un enfant en colère : une source de stress inévitable pour les parents

Le stress est une réaction de notre système nerveux

Chacune de nos réactions est régie par notre système nerveux. 

Il y a le système nerveux sympathique, qui n’a de sympathique que le nom puisque c’est justement lui qui nous amène à réagir par la lutte, la fuite ou l’attaque.

Et il y a notre système nerveux parasympathique qui engage des réactions plus apaisante comme se reposer, s’alimenter, digérer ou encore se reproduire.

Et toute la journée nos réactions fluctuent entre ces 2 systèmes. Par exemple, lorsque notre enfant écrit sur le mur, notre système nerveux sympathique impulse une réaction agressive jusqu’à ce que l’on se rende compte que le feutre est lavable et qu’un passage en machine suffira à tout laver. C’est alors que notre système nerveux parasympathique reprend le dessus et nous aide à relativiser.

Le problème, c’est que vivre ces montagnes russes émotionnelles tout au long de la journée est rapidement épuisant. 

Surtout que le monde d’aujourd’hui nous envoie tellement de stimulations visuelles, sonores et informationnelles que notre niveau de stress peut rapidement arriver à saturation.

Et c’est ainsi que nous arrivons en fin de journée chez nous avec ce besoin de repos. Mais au lieu de cela, il nous faut encore faire des courses, préparer le repas, plier le linge, gérer les chamailleries des enfants.

C’est “normal” de ne plus pouvoir continuer et d’avoir juste envie de hurler “STOP”

Parce que l’accumulation de tout ce que tu as vécu dans la journée te fait vivre un ascenseur émotionnel intense qui provoque un épuisement nerveux.

Pour canaliser ton stress, il y a 2 grandes pistes que tu peux explorer.

1ère piste pour gérer le stress : le repos

Le besoin physiologique sur lequel nous rognons le plus est le sommeil.

Le problème, c’est que notre sommeil réalise une fonction vitale fondamentale : il assure la régénération du corps et de l’esprit. 

C’est grâce au sommeil que nous allons relâcher les tensions accumulées dans notre corps.

Pour être pleine d’énergie et avoir les idées claires, il faut se reposer.

maman sereine

écouter ses besoins et prendre le temps de lire : un excellent moyen de canaliser son stress

2ème piste pour canaliser le stress : répondre à ses besoins

La réalisation de soi consiste à se connecter à ses besoins et à chercher à y répondre.

Il y a certains besoins que nous assouvissons naturellement et automatiquement comme le fait de s’hydrater.

Mais nous ne réagissons pas toujours aussi rapidement à chacun de nos besoins.

Comme nous l’avons vu avec le sommeil, nous décalons souvent dans le temps une réponse à un besoin. Parfois même, nous étouffons ce besoin.

On ne s’accorde pas de temps pour soi car nous n’imaginons pas qu’il est possible de “caser” cela dans des journées déjà bien (trop) chargées.

Peut-être que tu aimerais lire davantage, faire de la couture, du tricot, du dessin, de la peinture, du jardinage… Mais aujourd’hui tu fais passer tes besoins au second plan car tu penses (et tu te persuades) que tu n’as pas le temps. Mais il s’agit là simplement d’une croyance.

Il y a sûrement des choses que tu fais qui ne devraient pas être ta priorité et qui, en ne les faisant plus, te permettraient de “récupérer” du temps pour toi.

Nos enfants n’ont pas besoin d’une maman parfaite, ils ont besoin d’une maman qui soit en forme physiquement et psychiquement.

 

Pour résumer

Prenez le temps chaque jour de rééduquer votre système : 

  • Accorde-toi du repos quand tu en ressens pleinement le besoin
  • Réponds à tes besoins le plus tôt possible

C’est sans doute les 2 actions les plus accessibles et les plus importantes que tu puisses faire pour ta santé physique et mentale, et surtout pour ton bien-être.

Prends soin de toi, et de tes enfants

Amélie

Qu’est-ce qui fait le bonheur ?

Qu’est-ce qui fait le bonheur ?

Le monde dans lequel nos vivons est dense et intense. Les choses vont vite et les promesses de bonheur sont nombreuses.

On observe, on épie, on scrute ce qu’il se passe chez les autres, comme si c’était toujours la meilleure façon de trouver ce que l’on cherche.

Nous avons souvent tendance à nous raccrocher à des choses matérielles. Nous nous laissons happer par les sirènes de la consommation et nous arrivons même à nous persuader que nous serons plus heureux en possédant toujours plus de choses.

Avoir un “pourquoi” fort et puissant vous aide à passer à l’action
et vous reconnecte à ce qu’il y a d’important pour vous.

La question n’est pas de savoir quoi faire ni comment le faire.

Vous créez la différence lorsque
vous savez pourquoi vous le faites.

Les messages incitatifs comme la peur ou la pression sociale nous poussent à prendre une décision dans un sens ou dans un autre en aiguisant nos désirs irraisonnés ou en jouant sur nos peurs.

Mais c’est lorsque notre sentiment émotionnel dépasse l’insécurité, l’incertitude ou nos rêves, que la réaction émotionnelle s’aligne avec la manière dont nous nous percevons.

C’est à ce moment là que le comportement passe d’un état ou nous sommes motivés à un état où nous sommes inspirés.

Et lorsque nous sommes inspirés, nos décisions sont davantage alignées à la personne que nous sommes.

“Ce n’est pas parce qu’on est pas heureux
tout le temps qu’on doit être malheureux.”

Les gens “heureux” ne sont pas dans un “état de bonheur” permanent. Ils vivent aussi des tracas, du stress, des situations inconfortables. Ils ressentent aussi l’oppression et peuvent manquer de confiance en eux à certains moments.

Le bonheur ne dépend pas de ce que nous avons,
il dépend de ce que nous faisons.

1. Le lien social pour être heureux

Selon des recherches publiées dans le journal américain “The Journal of happiness Studies ”, le lien social est un facteur majeur de bonheur.

La gentillesse est un investissement très fructueux car elle favorise les rapports sociaux et les émotions positives.

Notre comportement à le pouvoir d’influencer celui des autres.

2. Définir ses priorités pour son propre bonheur

Le temps passe vite, et si nous n’y prenons pas garde, il nous filera entre les mains.

Voici l’histoire d’un expert qui tient une conférence sur la meilleure façon de planifier son temps. Il propose une expérience à son public :

Il prend un grand bocal de verre et le remplit à ras bord de gros cailloux de la taille d’une balle de tennis.

Puis il demande au public : « Est-ce que ce bocal est plein ? »

Tout le monde répond : « Oui ».

« Bien », répond-il « nous allons voir. »

C’est alors qu’il sort un sac contenant des graviers et le verse dans le bocal.  Les graviers se faufilent entre les cailloux et remplissent le bocal.

À nouveau, il pose la question : « Est-ce que le bocal est plein ? ».

Le public commence à comprendre et répond : « Non. »

Il prend ensuite un sac de sable qu’il verse dans le bocal.

Le sable, à son tour, se faufile entre les cailloux et les graviers jusqu’à remplir le bocal.

Il fait de même avec la bouteille d’eau posée sur sa table et remplit à nouveau le bocal.

« Quel enseignement pouvons-nous tirer de cette expérience ? » demande-t-il à son public.

Cette expérience montre que si l’on ne met pas les gros cailloux en premier dans le bocal, on ne pourra jamais tout mettre. Il faut donc commencer par les gros cailloux avant de s’attaquer aux petits.

Les gros cailloux sont nos priorités, les graviers, le sable et l’eau sont les tâches de moindre importance que nous avons tendance à faire passer en premier.

Une fois la journée bien remplie de graviers, de sable et d’eau, impossible de faire rentrer nos gros cailloux.

Si l’on se replace dans notre contexte, on peut se demander quels sont les gros cailloux de notre vie, ceux qui ont le pouvoir de nous rendre heureux. Et, bien sûr, on doit se poser la question de savoir si on les fait bien passer en premier dans nos vies.

3. Se reconnecter à son environnement

S’extraire des distractions et des abrutissements sonores et visuels pour se reconnecter aux mouvements lents de la nature.

Voici un poème que j’ai entendu dans les films “Sissi” qui ont bercé mon enfance. Rien qu’à la lecture de ces mots, je m’apaise.

“Si vous avez de la peine, si la vie est méchante avec vous, réfugiez-vous au cœur de la forêt, elle ne vous décevra jamais. Chaque plante, chaque fleur, chaque arbre, chaque animal, sont la preuve vivante de la toute puissance de Dieu et la forêt vous redonnera courage.”

Les enfants aiment être dehors, tout devient plus facile lorsqu’on se sert de leur enthousiasme naturel.

Le bonheur des enfants à la plage

Pour résumer sur le bonheur

Le bonheur s’acquiert avec ce que nous faisons chaque jour.

Plus nous savons pourquoi nous faisons les choses, plus nous serons alignés avec nous-mêmes.

Vous pouvez influencer positivement et simplement votre niveau de bonheur :

  • Soyez gentille avec les autres
Influencer le comportement des autres par le biais de son propre comportement.
  • Identifiez vos gros cailloux de bonheur
Les faire passer en priorité dans notre vie car ils vont avoir une influence directe sur notre niveau de bonheur.
  • Vivez en harmonie avec votre environnement

Pour faire entrer le calme et la sérénité dans votre vie.

“Le bonheur c’est vivre chaque jour toutes ces petites choses que l’on ne regrettera jamais.”

Prends soin de toi et de tes enfants

Amélie

Famille Monoparentale : 8 conseils pour gagner en sérénité et s’organiser

Famille Monoparentale : 8 conseils pour gagner en sérénité et s’organiser

Maman solo ou famille monoparentale, tu élèves peut-être tes enfants seule et tu aimerais retrouver un peu de souffle dans ta vie? Je te propose 8 idées clés pour gagner en sérénité lorsque l’on est seule à s’occuper des enfants et donc garder l’esprit clair pour s’organiser. Malgré la présence de Fabien à mes côtés la plupart du temps puisque nous travaillons tous les deux depuis la maison, il m’arrive d’être seule à gérer certains aspects de la charge mentale que représente la vie de famille.

Les conseils que je te donne dans cet article sont donc issus, à la fois de mon expérience personnelle, et  aussi des retours que j’ai pu recueillir des mamans solos du Programme Maman Épanouie ou des mamans qui me suivent et me partagent leur quotidien par messages privés.

1. S’entourer et rester connectée à l’extérieur est essentiel pour une famille monoparentale

Lorsque l’on est seule à s’occuper des enfants au quotidien, on peut rapidement et facilement se retrouver débordée, épuisée et à bout de souffle. Seule à gérer notre charge mentale, sans personne à qui en parler dans la course de tous les jours. Souvent, on préfère ne pas ennuyer notre famille ou nos amis avec notre vie de maman. Après tout, tout le monde a ses problèmes, non ?

Pourtant, il est primordial de conserver un lien avec le monde extérieur pour ne pas tomber dans l’isolement lorsqu’on est une famille monoparentale. Car il est beaucoup plus difficile de relativiser et de s’aérer l’esprit si on n’a pas contact avec l’extérieur. Alors, c’est vrai, on n’en a pas toujours envie, en plus de ne pas en avoir le temps…

Aujourd’hui, internet a beau avoir ses dérives, c’est une mine d’or pour s’informer et trouver du soutien, même en ligne! Le pourcentage de familles monoparentales dans notre société est en constante progression. Tu peux facilement échanger avec d’autres mamans, rejoindre des communautés qui te ressemblent, partager ton quotidien et les difficultés que tu rencontres en quelques clics sur les réseaux sociaux. Par exemple, tu peux rejoindre le groupe Facebook dédiées aux mamans épanouies que j’anime “Je mérite de devenir une Maman Épanouie”.

2. Faire preuve d’une grande bienveillance envers soi

Le maître mot lorsqu’on est seule, c’est la bienveillance, mais envers soi avant tout. Tu n’as pas besoin de te juger. Libère-toi de la culpabilité de n’être pas parfaite, car tu es humaine. Mais surtout, tu sais que ton coeur est rempli d’amour pour tes enfants et que ta seule volonté, c’est qu’ils soient heureux. Leur bonheur est ton moteur. La seule raison qui peut engendrer une perte de contrôle de ta part, c’est le fait que tes besoins primaires ne sont plus remplis. Ce n’est donc pas de colère envers toi-même dont tu as besoin dans ce cas, mais bien d’amour et de compassion. Quoi qu’il arrive, prends toujours soin de toi, sans culpabiliser, car de ton bien-être dépend celui de tes enfants.

3. Se coucher et se lever tôt

Maman solo

Le sommeil est l’un des besoins primaires auquel il faut accorder notre priorité. En effet, il s’agit de recharger les batteries de notre métabolisme de base. Sans cela, la pression ne peut pas redescendre, ton cerveau n’est pas assez reposé pour t’envoyer les bons signaux et opérer les bonnes connexions. En accumulant un manque de sommeil, tu risques d’être sujette à davantage de stress, d’irritabilité, donc moins de bienveillance envers tes enfants mais aussi envers toi.

La perte d’énergie engendrée peut entraîner un effet boule de neige menant tout droit à l’épuisement maternel. Tu l’auras compris, il va te falloir une bonne dose de lâcher prise pour prioriser ta récupération physique.

4. Avoir une soupape de sécurité en cas de pression trop importante

Mais que faire lorsque la fatigue est déjà là et que tu sens monter la pression? Tu peux choisir de mettre en place un “sas de sécurité”, un processus qui te permet de faire redescendre la pression, telle une soupape. C’est à toi de déterminer ce qui te convient le mieux et ce qui va être le plus efficace.

Qu’est-ce qui te fait le plus de bien? Qu’est-ce qui te détend le plus? Un bain, une douche, parler à quelqu’un, à un proche, lire un livre, faire du sport (improvise une session de squats ou de yoga dans ta chambre une fois les enfants couchés), dormir, prendre l’air, appeler du renfort pour prendre le relais pendant quelques heures…?

S’il le faut, combine 2 ou 3 de ces actions de décompression et identifie le signal d’alarme en toi qui te dit que c’est le moment d’actionner cette soupape.

Idéalement, il est préférable de ne pas arriver à ce stade. Mais prise dans le tourbillon du quotidien, on y arrive parfois plus vite qu’on ne l’aurait imaginé.

5. Penser à s’aérer l’esprit et le corps

Tu en as très probablement conscience, mais ce conseil n’est pas anodin. Prends ce conseil au sérieux et applique-le sincèrement, tu verras la différence. Si on ne donne pas un peu d’oxygène frais à notre cerveau, on se fatigue plus vite. C’est aujourd’hui prouvé, la connexion à la nature a des vertus apaisantes.

Si tu as la chance d’avoir un jardin, un extérieur, un parc ou une forêt près de chez toi, fais-en une mission que d’aller t’y promener aussi souvent que possible, avec ou sans tes enfants. Tu peux faire d’une pierre deux coups, et tes enfants t’en remercieront. Les laisser se dépenser te garantira aussi des soirées plus calmes et reposantes :)

6. Alléger sa charge mentale lorsqu’on est parent solo

Se faire aider de notre meilleure amie, j’ai nommé la To Do List! Préparer la journée du lendemain lorsque les enfants sont couchés. Anticiper la semaine pendant le week-end. Planifier voire préparer les repas et les goûters à l’avance.

Tu trouveras dans cet article une façon d’organiser la gestion des repas. Je te propose aussi des idées de goûters équilibrés pour l’école ou la maison dans cet autre article.

7. Pratiquer la parentalité positive

Prendre en compte le stade de développement de tes enfants et les besoins de chaque membre de la famille est possible en pratiquant la Communication Non Violente (CNV), l’une des bases de la parentalité positive. La CNV te guide pour gérer calmement les tempêtes émotionnelles de tes enfants, leur apprendre à accueillir leurs émotions, et les accompagner dans la bienveillance pour réduire les moments de stress ou leur durée.

Si tu veux en savoir plus sur les points essentiels qui constituent la pratique concrète de la parentalité positive, je t’en explique les bases dans cet article.

8. Autonomiser au maximum : indispensable pour la famille monoparentale

L’autonomisation est l’un des piliers fondamentaux de l’éducation positive et bienveillante. Elle est indispensable pour fluidifier le quotidien d’une famille monoparentale : encourager l’autonomie et le collectif. C’est aussi un travail qui portera ces fruits plus tard, même s’il peut demander de l’énergie sans retour immédiat.

Mais garde à l’esprit que responsabiliser tes enfants va te libérer du temps tôt ou tard. Laisse-les faire seuls, s’habiller, préparer leur goûter ou leur sac pour l’école, mettre leurs chaussures, se savonner, se sécher, se laver, etc. Toute action qui mène tes enfants vers l’autonomie va te libérer du temps pour mieux t’organiser.

Responsabiliser les aînés s’ils sont volontaires pour superviser l’apprentissage de leur petit frère ou de leur petite soeur représente aussi une aide précieuse. Jouer collectif et prôner l’entraide va créer une dynamique positive et efficiente dans la gestion du temps.

 

Voilà pour ces 8 idées clés qui peuvent tout changer dans un quotidien chargé! J’espère que cet article t’aura permis de refaire le point sur les essentiels d’une vie d’une famille monoparentale sereine. Si tu es maman solo ou papa solo dans la gestion du quotidien de tes enfants, j’aimerais beaucoup que tu puisses nous partager ton expérience et des conseils pour enrichir ce thème et aider encore davantage de parents à adoucir leur quotidien, préserver leur énergie et optimiser leur organisation.

Prends soin de toi et de tes enfants,

Amélie

Mère au Foyer : Comment trouver l’épanouissement personnel en assumant ce rôle familial ?

Mère au Foyer : Comment trouver l’épanouissement personnel en assumant ce rôle familial ?

Tu as fait le choix conscient, courageux et honorable d’être mère au foyer. Mais la réalité de ce qui vient avec ce statut n’est pas toujours facile à gérer. Premièrement, parce qu’on ne nous y prépare pas. Et deuxièmement, parce que l’on se retrouve face à soi-même, avec la responsabilité quotidienne d’un autre être vivant (ou plusieurs!), à vivre parfois l’impuissance sociale liée à notre statut et à l’absence de revenu direct ou encore la non-reconnaissance de cette mission.

Comment trouver des repères  dans cette nouvelle vie ? Comment être mère au foyer sans oublier l’importance d’y trouver l’épanouissement personnel auquel nous avons droit ? Je te donne dans ce nouvel article quelques conseils pour t’aider à trouver ton équilibre et vivre une vie de maman épanouie à la maison.

Être réaliste et connaître ses limites

Être femme au foyer ne veut pas dire être une maman parfaite, sans limite physique, au risque de ressentir la culpabilité de ne pas réussir à assumer ce rôle. La première chose à faire est d’être réaliste et identifier clairement la charge de travail qui nous incombe. Emmener et aller chercher les enfants à l’école, faire les courses, gérer les démarches administratives, faire le ménage, gérer les lessives, organiser et préparer les repas, etc. Selon la répartition des tâches au sein du foyer, il est important de quantifier le temps que l’on va y passer. Car ce n’est pas parce que nous sommes à la maison que notre journée s’en trouve rallongée! Au contraire :)

Il est également important de prendre en compte le fait que l’on ait un enfant avec nous pendant la journée ou non (s’ils sont tous à l’école ou en garderie pour une partie de la journée par exemple). En effet, notre temps disponible et productif n’est évidemment pas le même lorsque nous sommes seules, sans enfant. En prenant un papier ou ton agenda et un stylo, on pose tout ça par écrit et à partir de là, on peut réellement s’organiser. C’est un peu comme être travailleur indépendant et devoir organiser son temps de travail pour être suffisamment productif,  mais aussi connaître ses contraintes, ses limites physiques et de temps !

S’affranchir des préjugés sur la mère au foyer

Être femme au foyer dans notre société actuelle est loin d’être évident à assumer. Le mouvement féministe grandissant pour aller chercher plus de reconnaissance et d’égalité dans le milieu professionnel vient contredire le désir de certaines femmes à vouloir passer plus de temps auprès de leurs enfants. La valorisation croissante du travail vient décrédibiliser ce choix.

“Du coup, c’est ton mari qui paye tout? Ça ne te gêne pas? Tu n’es pas trop frustrée de ne pas gagner d’argent? Vous vous en sortez avec un seul salaire? Pas trop ennuyeux de rester à la maison? Ça ne te manque pas de voir du monde? Tu ne déprimes pas? Tu n’as pas peur de ne plus pouvoir retravailler?”

Sans rentrer dans un système de justification permanente, tu as le droit de remettre gentiment les gens à leur place si tu estimes que cela ne les regarde pas. Une femme au foyer aujourd’hui, c’est une femme qui choisit d’accorder du temps à ses enfants à un moment où elle en ressent l’envie et probablement à une période où ses enfants en ont besoin aussi.

Mais en fait, peu importe les raisons, elles peuvent être multiples, et c’est tout à ton honneur. Si tu es heureuse d’avoir fait ce choix, la meilleure réponse que tu puisses donner à ton entourage, c’est de leur montrer que ça te convient comme cela. Sinon, c’est un autre sujet, mais rien ne t’oblige, encore une fois à accorder de l’importance au regard extérieur.

Se donner de la valeur et ne pas s’oublier

Femme au foyer

Que cette décision soit financière, contrainte ou un choix éducatif, il est primordial de ne pas s’oublier dans l’équation. Investir du temps dans le projet éducatif que l’on a pour nos enfants demande une réelle énergie. Certains parents font le choix, comme nous, d’un projet d’Instruction en Famille (IEF). C’est donc un temps et un travail considérable qui nous est demandé en tant que femme au foyer. Reconnaître cette valeur et se féliciter pour ça est important. Cette mission est un travail précieux, tout aussi valorisant que n’importe quelle personne qui choisit, tout simplement, de s’investir dans un projet, quel qu’il soit. Il faut bien avoir conscience que l’extérieur est toujours notre miroir. En donnant de la valeur à ce que tu entreprends, les autres te reconnaîtront cette valeur parce que tu te seras donnée cette importance.

Ensuite, pour pouvoir donner autant d’énergie et de temps à tes enfants, tu auras besoin de pouvoir te recharger régulièrement. J’en parle dans cet article qui traite de “Comment être une bonne maman ?”. Et pour cela, ta journée ou ta semaine doit forcément inclure un temps pour toi. Sans ça, ce choix risque de devenir une source de burn-out maternel et un projet subit… Et bien sûr, il n’y a pas qu’un seul modèle de mère au foyer. Ce congé parental peut aussi être partiel et inclure une activité professionnelle. Le tout est d’être pleinement en accord avec cette décision.

Une décision qui doit se prendre ensemble

Si tu es en couple, il est préférable que ce choix soit accepté de vous deux. Il est important de discuter entre vous de vos raisons respectives avant de prendre cette décision. Au risque de créer un malentendu qui dure, communiquer sur des sujets comme la charge financière, la durée du congé parental, la reprise ou non d’un travail à l’issue du congé, ou encore la répartition des tâches, sera essentiel au bon déroulement du projet.

Si cette décision a été prise unilatéralement ou bien que tu as l’impression que tu n’avais pas le choix et qu’elle n’est pas bien vécue, tu peux peut-être commencer par te demander pourquoi tu l’as acceptée. Comment serait ta vie actuelle si cette décision n’avait pas été prise ? Est-ce insurmontable ? Y a t-il une autre option, même plus risquée, mais avec laquelle tu serais plus en phase, qui pourrait être envisagée ? Cette option a probablement le droit d’être au moins étudiée à fond. N’oublie pas que tes enfants ont besoin d’une maman heureuse, pas d’une maman parfaite. Dis-toi que l’exemple d’une maman qui fait des choix en conscience, qui se respecte et prend soin d’elle est celui qu’il auront naturellement envie de suivre pour eux.

J’espère que cet article t’aura aidée à construire ou améliorer ton projet pour être certaine d’être une femme au foyer sereine et épanouie, pleinement heureuse de ses choix.

Prends soin de toi et de tes enfants,

Amélie

Le Premier Jour du Reste de Ta Vie ou le Maman Epanouie Live 2019

Le Premier Jour du Reste de Ta Vie ou le Maman Epanouie Live 2019

Au début on s’est dit pourquoi pas ? Et puis très vite, c’est devenu une évidence ! Le Maman Epanouie Live devait avoir lieu. Rencontrer et vibrer physiquement avec les personnes qui nous suivent, pour certaines depuis des années, voire depuis le commencement du blog Famille Epanouie, était indispensable à ce stade de notre histoire. Cette semaine, je me nourris encore de toutes ces belles énergies et je tiens à vous partager mon retour d’expérience dans cet article.

 

Nous sommes sortis de notre zone de confort pour réaliser le Maman Epanouie Live

Maman Epanouie Live

Organiser un évènement comme celui-là était quelque chose que nous n’avions jamais fait. C’était un peu de stress mais surtout une grande excitation de vivre cette nouvelle étape. D’autant plus qu’après nous être entourés d’une équipe qui nous ressemble, tout a été fluide. Nous sommes fiers et reconnaissants de nous être laissés guider par l’objectif de transmettre toujours plus fort notre message à travers un week-end comme le Maman Epanouie Live. Et je sais qu’en choisissant d’organiser un tel évènement, certaines sont aussi sorties de leur zone de confort pour venir y assister et y déposer des choses intimes et intenses qui vont leur permettre d’avancer. Un immense merci pour votre présence et votre engagement. Notre coeur est boosté pour des mois de travail à de nouvelles surprises !

 

Ensemble pour connecter encore plus fort

Petit clin d’oeil à la musique de transition que j’ai choisie parce que je l’adore et que je trouvais qu’elle envoyait l’énergie que je voulais ressentir au Maman Epanouie Live : “Ensemble” de Jean-Jacques Goldman. Elle vous a bien plus aussi visiblement ! <3

Durant cette journée, nous avons été plus loin que de parler de “Comment être une bonne maman”. Nous avons surtout découvert comment être pleinement la femme sereine et épanouie que nous souhaitons être.
Au-delà de vous apporter le plus de valeur possible avec un autre type de contenu, l’objectif du Maman Epanouie Live était bien sûr de nous rencontrer et d’échanger. J’étais tellement heureuse à l’idée d’être près de vous ! Mais avant de le vivre, je n’avais pas réalisé combien l’énergie que vous aviez à partager avec nous était puissante. Nous recevons tous les jours vos témoignages et vos mots doux sur le blog et via les réseaux sociaux et nous sommes plein de gratitude pour cela. C’est ce qui nous fait déplacer des montagnes ! Mais là, c’était WOUAW ! On a vécu un tel moment de connexion. Toutes les mamans sont venues pleines d’amour et de gratitude pour ce que nous avions à leur livrer.

Grâce à cet évènement, nous avons pu prendre le temps d’échanger avec une majorité des mamans et papas présents. Mais j’aurais tellement voulu pouvoir discuter avec chacune et chacun d’entre vous individuellement ! C’est frustrant mais c’était déjà tellement riche en émotions et en partages.

Pour prolonger cette connexion, j’ai créé un groupe Whatsapp privé avec les plus fidèles ambassadrices de Famille Epanouie. Ce groupe restera ouvert car c’est un immense bonheur pour moi de me rapprocher ainsi de vous, au quotidien, pour vous accompagner avec toujours plus de proximité et d’intimité. 

 

Vous avez réussi à créer des liens puissants entre mamans

À travers cet évènement, nous espérions vous permettre d’y trouver du lien et du soutien. Et vous avez été extraordinaires les unes pour les autres. Grâce aux échanges que nous avons eus lors de cette journée, nous avons pu prolonger l’aventure par messages privés en petits comités. Certaines mamans sont déjà tellement soudées et pleines d’amour pour les autres mamans menant le beau combat de la Parentalité positive. Un grand merci, là aussi, pour votre grand coeur !

Fabien a même proposé lors de la conférence de pouvoir vous identifier par régions afin de vous organiser pour vous revoir. Vous avez joué le jeu et certaines mamans ont déjà planifié de se revoir. Je suis transportée par l’énergie qui circule entre vous. Vous êtes magnifiques…

 

Le pouvoir de la communauté du Maman Epanouie Live

MEL 2019

Le plaisir que j’ai eu à discuter avec vous était immense. On a tellement à s’apporter en s’unissant autour d’une même cause. On avance à pas de géants et avec tellement plus d’impact. Je suis consciente de la chance que l’on a d’avoir une communauté comme vous. Et je ne vous remercierai jamais assez d’être venus partager les valeurs qui nous sont importantes avec tant de force et de courage.

La journée a été ponctuée de temps d’échanges et de questions-réponses avec chaque intervenant. Et c’était d’une richesse incroyable. Vous avez partagé vos problématiques, vos combats, vos souffrances, vos victoires. Cela a pu aider et aidera des milliers d’autres mamans. Merci pour ça <3.

“Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin”.

 

J’ai reçu au moins 150 mercis lors de cette journée

Pour moi, c’était un véritable cadeau d’être à vos côtés. J’ai reçu au moins 150 mercis ! Mais sans vous, tout cela n’aurait pas été aussi intense et vibrant. Vous m’avez partagé vos prises de conscience, la valeur que vous avez trouvée à participer au Maman Epanouie Live. Vous m’avez signifié votre reconnaissance par ces mots magiques que vous m’avez distillés tout au long de la journée et encore aujourd’hui via le groupe privé. C’est un bonheur immense de recevoir autant de gratitude. Je suis complètement transportée par l’énergie transmise ce week-end.

 

Y aura t’il un Maman Epanouie Live 2020?

Une fois rentrés à la maison, nous nous sommes réunis avec la Team Famille Epanouie pour débriefer sur ce week-end incroyable. Nous avons échangé sur notre retour d’expérience, sur les échanges que nous avons eus avec les mamans et les papas. Nous avons énuméré ce qui a fonctionné et aussi ce qui aurait pu être amélioré.

Témoignage Maman Epanouie Live

Puis est venue la question fatidique : allons-nous reconduire l’expérience ? Y aura t’il un Maman Epanouie Live 2020 ? Évidemment !!! En fait, plus nous échangions sur la réussite de cet évènement, plus l’évidence était là. La question ne se posait plus. Nous travaillons déjà à l’organisation du prochain Maman Epanouie Live !!! Je pourrais presque y retourner tout de suite ! Mais mon corps ne suivrait peut-être pas haha. On va se laisser une petite année pour laisser reposer et infuser tout ça. Mais je ressens déjà un plaisir immense à l’idée de savoir que je vous retrouve l’année prochaine.

Pour finir, nous remercions encore une fois nos merveilleux speakers d’avoir apporté tant de valeur aux mamans et papas présents :

Chaque conférence était passionnante, juste et tellement complémentaire. J’ai moi-même encore appris de nouvelles choses sur moi-même. C’est dans la relation à l’autre que l’on grandit le plus.

Merci d’avoir été là.

Est-ce qu’on se dit à l’année prochaine ?!
Pour réserver ta place au Maman Epanouie Live 2020 en avant-première et au meilleur tarif, clique ici !

Prends soin de toi et de tes enfants,

Amélie

Gestion du Temps : 7 Astuces de Maman pour en Gagner

Gestion du Temps : 7 Astuces de Maman pour en Gagner

Préparer les repas, faire le ménage, plier le linge, ranger la maison, faire les courses, gérer les activités, gérer les imprévus, gérer les urgences… Toutes ces tâches de SuperMaman qui remplissent non seulement notre charge mentale mais surtout notre planning hebdomadaire ! Comme toutes les mamans, tu as de plus en plus besoin de retrouver de l’espace et du souffle dans tes journées. Tu aimerais simplement consolider ton organisation pour gagner du temps. Alors tu es au bon endroit, car je vais te présenter ici mes 7 astuces de Maman pour optimiser la gestion du temps à la maison!

Utiliser internet pour gagner du temps

Oui, à l’ère d’internet, il y a certaines courses que je ne vois pas l’intérêt de faire en se déplaçant, et encore moins accompagnée des enfants. Pour ce qui est de ma liste de produits de première nécessité comme le papier toilette, les produits ménagers ou les produits alimentaires de base, je profite de faire une liste de courses type sur internet que je récupère au Drive.
Cela m’évite le temps que j’aurais passé dans les rayons du supermarché, la file des caisses, les enfants à préparer, l’énergie dépensée à les gérer dans un espace de sur-stimulation, etc.

En revanche, je conserve mes courses de proximité que je fais à l’épicerie fraîche locale. Les enfants m’y accompagnent pour choisir les fruits et les légumes. C’est ludique et en plus, nous y allons à pieds ou en vélo pour passer par un bout de nature sur le chemin.

Utiliser la fonction Rappels de notre téléphone pour alléger sa charge mentale

Gérer la maison, l’école, les activités des enfants, ton boulot et ta vie privée sont autant de pans de ton quotidien qui prennent de la place dans ton esprit. Afin de libérer de l’espace aussi souvent que possible, use et abuse des To-Do-List, blocs notes, carnets de notes et applications de notes ou de rappels de ton téléphone.

Le cerveau n’est pas fait pour stocker des informations. C’est pourquoi, dans l’objectif d’être moins fatiguée, plus sereine et donc plus productive, je te suggère de noter chaque information qui te traverse l’esprit pour ne pas alourdir ta charge mentale. 5 secondes plus tard, la pensée qui t’a traversée est bien notée et peut sortir de ton esprit ! Tu conserves ainsi l’énergie que ton cerveau aurait dépensé pour te rappeler de toutes ces choses à faire (et qui, de surcroît, aurait pu être oubliées!)

Regrouper les petites tâches pour une meilleure gestion du temps

Nous mettons 33 minutes en moyenne pour retrouver notre concentration et nous focaliser sur une tâche après une interruption. Ainsi, le conseil ici, c’est de pouvoir regrouper toutes les petites tâches similaires ou d’un même thème ensemble. Par exemple, je regroupe les tâches du genre : répondre à mes emails, traiter les factures, classer mon courrier, ranger mon espace bureau…

De cette manière, je rassemble plusieurs petites tâches qui me demandent le même type de concentration. J’ai ainsi la satisfaction personnelle de pouvoir réduire ma To-Do-List rapidement. Et en prime, je bénéficie de cet élan de motivation consécutive à la réalisation de ces petites tâches pour faire autre chose ensuite.

Mon énergie et mon temps sont optimisés et ma motivation préservée. Souvent, cela me permet tout simplement d’être plus libérée mentalement. Je suis donc plus disponible pour démarrer une activité avec les enfants.

Savoir dire non pour ne pas trop se disperser

Tu reçois de la famille ce week-end et tu es invitée à un repas cette semaine mais ton énergie n’est pas à son meilleur niveau. Il est important de respecter son énergie vitale et de se préserver pour rester efficace. Si tu as besoin de te reposer, n’hésite pas à dire non aux sollicitations qui vont te demander trop d’énergie. En sachant définir tes priorités et dire non quand il le faut, tu te garantis de pouvoir faire honneur à tes objectifs tout en gardant une disponibilité mentale satisfaisante.

Rien ne t’empêche de reporter certaines obligations ou invitations en toute bienveillance. Cela te permettra de mieux profiter des moments de détente et de concilier la réalisation de ta To-Do-List avec ton niveau de forme physique et mentale.

Utiliser un panier ou un coffre de rangement

Coffre de rangement pour une meilleure organisation

Tu viens à peine de terminer de ranger la cuisine pour te retourner sur ton salon qui ressemble à un champ de bataille alors que cela fait 10 minutes que vous êtes rentrés de l’école XD. Le rangement d’un foyer avec enfants est chronophage. Ainsi, pour ne pas perdre un temps colossal, je place un panier à un endroit stratégique, toujours disponible, dans la pièce principale, pour pouvoir ranger en 2 étapes. 

Au moment de devoir replacer chaque chose à sa place, j’intègre l’étape du panier. Je place tout ce qui n’est pas rangé à sa place à l’instant T dans ce panier. Je laisse le panier à sa place jusqu’à la fin de la semaine ou jusqu’au moment où j’ai prévu de faire du rangement. De cette manière, je perds 2 fois moins de temps à replacer chaque chose à sa place à chaque fois. Je le fais une seule fois, quand je l’ai décidé.

Déléguer pour optimiser la répartition des tâches

Maman veut souvent dire dans l’imaginaire collectif : SuperMaman ou SuperWoman. Mais surtout, parce que l’on se pose ces exigences à soi-même. Perfectionnistes de l’organisation que nous sommes, nous apprécions les choses “bien” faites ou plutôt faites à notre manière. Mais le plus important n’est-il pas que ces choses soient faites ? 

Ici, c’est un beau travail de lâcher prise qu’il nous appartient de mener. Ensuite, il est temps de responsabiliser chaque membre de la famille à son niveau. C’est à vous de définir ensemble quelles sont les tâches que vous souhaitez répartir au sein de la famille, à qui et à quelle fréquence. L’important est d’établir des règles précises, fixes, choisies et acceptées par tous.

Organiser sa semaine pour gagner en productivité

Planifier n’est pas toujours choses aisée surtout lorsque l’on s’imagine que cela va nous prendre du temps à l’instant T. Mais c’est pour en gagner ensuite sur toute la semaine ! Et surtout gagner en liberté d’esprit. Anticiper la préparation des sacs d’école, des tenues, des goûters, organiser les repas et les courses. Quel stress en moins ! Tu peux d’ailleurs télécharger notre planning hebdomadaire des repas ici.

J’espère que cet article t’aura aidée à te rebooster et à gagner du temps dans ton quotidien de maman. N’hésite pas à nous partager tes astuces gain de temps en commentaire.

Prends soin de toi et de tes enfants,

Amélie