Culpabilité

La culpabilité

Peut-on être bienveillante avec ses enfants, sans l’être avec soi-même ?

Vous avez probablement la réponse à cette question, sans en être vraiment convaincue.

C’est un peu comme le fameux « on ne peut pas aimer quelqu’un avant de s’aimer soi », mille fois entendu.

Ohhh… Sur le principe, oui, on est toutes d’accord avec ça. C’est bien, de s’aimer.

Mais en pratique…

J’ai aimé mes enfants dès le premier instant, dès que j’ai su qu’ils allaient grandir en moi. Et je les aimerai plus que tout, jusqu’à ma dernière seconde sur terre (même s’ils m’ont parfois rendue dingue 😉).

Et pour autant, je ne me suis pas toujours aimée, moi. Et moins encore depuis que je suis maman.

Je n’ai pas toujours été une très bonne amie pour moi-même.

Je me suis souvent laissée happer par le « trou noir émotionnel » de la culpabilité.

(“Je ne fais pas assez bien, je suis une mauvaise maman, comment j’ai pu imaginer que ça irait avec trois enfants ??, je suis vraiment trop stupide… ”)

Aujourd’hui, j’ai des outils pour m’aider à sortir de ces émotions nuisibles.

Mais il m’arrive toujours d’être happée par la culpabilité.

Pas plus tard qu’hier, Constance a fait un dessin de moi (🥰🥰🥰)… représentée avec mon téléphone à la main (😱😱😱)

Je vous laisse imaginer le moment où je découvre cette image de moi, que je ne veux surtout pas renvoyer à mes enfants. Celle d’une maman surbookée et scotchée à ses écrans.

Pendant quelques secondes, mon champ de vision rétrécit, ma tête semble prise dans un étau et je me sens aspirée par cette impression d’avoir ÉCHOUÉ.

C’est le trou noir de la culpabilité qui absorbe toute la lumière.

Mais contrairement à ce que vivait “Amélie jeune maman” il y a 5 ou 6 ans, aujourd’hui je ressors bien plus vite de ce « trou noir émotionnel » qu’est la culpabilité.

Parfois même, je vois le trou noir de loin, sans me faire aspirer.

Je vous raconte un peu plus bas comment sortir de cet état d’autoflagellation, … mais d’abord, je voudrais vous expliquer pourquoi la culpabilité fait dramatiquement chuter notre réserve de bienveillance.

 

Penchons-nous sur le fonctionnement de la culpabilité…

Nous passons toutes beaucoup de temps à nous dire ce genre de choses :

  • « Je dois » … faire la lessive / me calmer / être plus disponible pour eux.
  • « Il faut que »… je mette les enfants au lit / je vérifie les devoirs / je prépare leurs sacs.
  • « Je suis censée » …partir à l’heure ce matin / faire un gâteau avant ce soir / les déposer à l’école, etc.

Ces pensées d’obligation engendrent de la culpabilité, parce qu’elles nous mettent dans un état insupportable de conflit intérieur.

Le fait est que vous, moi, toutes les mamans (et tous les gens)… nous ne sommes pas des êtres de nature soumise.

Nous ne sommes pas faites pour obéir aux ordres, même ceux que l’on se donne à nous-mêmes.

Et si nous obéissons tout de même à ces « obligations », alors notre inconscient se rebelle contre ce qu’il perçoit comme tyrannique et injuste.

J’ai ressenti tant de fois ce conflit intérieur entre « Je dois » et « Mais B**del,  B**del,  B**del, pourquoi je devrais faire tout ça ?? ».

Ce désaccord entre soi et soi-même… cela rend impossible le fait de s’aimer !

Ça crée juste de la culpabilité, de la déprime et de l’autopunition.

Ça nous prive de notre joie, de notre envie de faire des choses.

En plus de nous rendre fatiguées et tristes, tout cela “vide” notre source de bienveillance, même envers les personnes que nous aimons le plus au monde.

Nos enfants.

Culpabilité enfant

La bonne nouvelle, c’est qu’il y a une solution pour se défaire de la culpabilité… et qui ne demande PAS 10 ans de thérapie !

Vous n’allez peut-être pas me croire, mais la meilleure solution que j’aie trouvé, c’est de me débarrasser des obligations.

Là, vous auriez toutes les raisons de penser : “elle vit sur une autre planète que moi, ce n’est pas possible, elle délire ! Je ne peux pas juste arrêter d’emmener les enfants à l’école, de faire la vaisselle, des lessives, le ménage, le bain, etc.”

En effet.

En revanche, nous pouvons toutes changer en profondeur le regard porté sur ces actions quotidiennes.

Voilà comment.

Quand vous vous sentez vraiment « obligée » de faire quelque chose (pas d’échappatoire, impossible de déléguer ou d’annuler…), demandez-vous quel besoin vous essayez de remplir, avec cette action :

  • “Il faut que je fasse la vaisselle avant d’aller me coucher” (besoin de propreté ?)
  • “Je suis censée finir ce travail aujourd’hui” (besoin de sécurité ?)
  • “Je dois encore insister pour qu’il·elle mange une part de légumes” (besoin de préserver sa santé ?), etc.

Une fois que vous avez identifié votre besoin, vous pouvez vous réapproprier vos actions comme des choix :

  • J’aime mieux faire la vaisselle tout de suite, plutôt que demain matin.
  • Je veux que mes clients / mes responsables / mes collègues continuent à faire appel à moi.
  • Je veux prendre soin de la santé de mes enfants.

Moins que des obligations, ce sont surtout des actions qui révèlent vos valeurs, vos priorités et votre façon de voir le monde.

Alors que se passe-t-il concrètement, quand on se met à penser de cette manière ?

>>> Et bien il se passe exactement ce que j’ai vécu hier, après avoir vu Constance brandir un dessin de moi, représentée le téléphone à la main. <<<

Je suis passée par 4 étapes.

1. Je me suis sentie ultra-nulle…

2. Je me suis demandé : pourquoi j’utilise mon téléphone ?

Je m’en sers parce que j’ai besoin de liberté, de pouvoir travailler n’importe où dans le monde. Pour vivre la vie qui m’épanouit, voyager avec Fabien et les enfants, et pratiquer l’instruction en famille.

J’ai besoin d’un mode de vie dans lequel nos enfants font partie de tout ce qui est important, ou presque. (Notez bien que je parle de mes besoins à moi, ça ne veut pas dire que tout le monde a besoin ou envie de ça !😉)

Et pour faire ça, j’ai notamment besoin de mon téléphone, de mon ordinateur, et d’une connexion internet.

Alors c’est OK, si ça veut dire que je suis un peu plus souvent sur mon téléphone qu’une autre maman. Je suis d’accord avec cet équilibre-là.

3. Et là j’en ai pris conscience de plein fouet : ce dessin de moi avec un téléphone portable, ne représente pas une maman inattentive, bien au contraire.

La culpabilité retombe comme un soufflé.

4. J’ai pu observer ce dessin de moi avec bienveillance, demander à Constance de m’en raconter l’histoire, lui offrir un sourire sincère et plein d’amour, et l’écouter vraiment.

Et ça, c’est un cadeau merveilleux. Pour elle comme pour moi.

Si je vous fais part de tout cela, c’est pour vous rappeler qu’il est toujours possible de retrouver le chemin de la bienveillance envers vous-même.  

Cette stratégie en 4 étapes pour sortir de la culpabilité, je ne l’ai pas inventée ! C’est à force de lectures, d’expérimentations, de recherches… que j’ai identifié une manière de penser qui soit plus douce envers moi-même.

Une manière de penser qui me permet d’accompagner mes émotions, plutôt que de les combattre.

Et c’est l’une des choses que j’ai vraiment à cœur de vous partager, chaque jour !

J’ai d’ailleurs enregistré un podcast sur la culpabilité : Vaincre le sentiment de culpabilité

Prenez soin de vous et de vos enfants ❤️

Amélie.

About Amelie Blot

Je me rappelle étant petite que je disais à ma maman : "quand je serai grande je ne punirai pas mes enfants !". Les années ont passé, je suis devenue maman et ce principe qui "était" en moi est plus fort que jamais. Je me forme au quotidien, à travers mes lectures enrichissantes et auprès de mon petit Arthur, à une méthode d'éducation respectueuse et bienveillante. J'espère pouvoir vous transmettre le goût de vivre la fabuleuse aventure de la parentalité tout en préservant l'épanouissement familiale si nécessaire au bonheur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

C'est offert ! 

Le pack

Famille Epanouie

TRANSFORMEZ VOTRE VIE DE FAMILLE GRâCE A LA MAGIE DE LA PARENTALITé POSITIVE

  • * Le guide des 7 secrets de la parentalité positive
  • * Le planning des repas pour la famille
  • * Comment se faire obéir sans crier (vidéo)
  • * Garder une maison propre avec des enfants (vidéo)
  • * La pédagogie Montessori au quotidien (vidéo)

S'inscrire à la prochaine Conférence en ligne gratuite sur l'éducation positive