Mon enfant ne mange pas

Mon enfant ne mange pas. 5 choses à savoir !

« Mon enfant ne mange pas ».

Nous recevons régulièrement des messages de mamans qui intitulent leur email par ce titre : « Mon enfant ne mange pas« . Je pense que cela doit-être ce qui revient le plus lorsque l’on parle d’alimentation.

Certaines mamans sont totalement désemparés et semblent être dans l’impasse. Comme Sandra qui nous a écrit:

Malgré mes bons petits plats maison, avec des décorations rigolotes pour lui donner envie, mon fils ne veut pas goûter et ne mange pas. Comment faire quand un enfant ne veut pas manger, ni goûter car le gronder ne change rien. Il ne veut pas manger de fruit sauf en compote, ni crudité, ni glace, ni gâteau fait maison.

Sandra est loin d’être la seule dans ce cas-là. Tant de mamans souffrent et craignent vraiment l’heure des repas car ils se finissent toujours par des pleurs. Cela les rend triste, elles se sentent et ignorent où elles font des erreurs.

Elles se sentent obligés de rentrer en conflit avec leur enfant pour son bien. Elles se rendent bien compte que si elles ne le font pas, leur enfant ne mangera absolument rien.

A l’heure venue du repas, ces mamans font parfois preuve d’une ingéniosité redoutable.

Commence alors l’avion avec la cuillère, les danses du corps si l’humeur du jour le permet, l’hypnotisation par la télévision, le chantage au dessert ou encore les promesses de récompenses.

Il faut bien dire que toute bonne idée est bonne à prendre pour lui faire avaler une cuillère.

Si la nourriture ingérée est jugée satisfaisante, on se dit que le féliciter est une bonne idée: « c’est bien, tu as bien mangé ce midi, je suis content ». Au contraire, si l’enfant n’a rien mangé et qu’il veut aller jouer, on s’embarque sur une scène de cris et de pleurs. Et ça, c’est que tout parent redoute le plus.

Nous aussi, nous sommes parfois fatigués, et nous aimerions que tout cela se passe dans le calme. Ce n’est pas par plaisir que nous faisons cela.

Mon enfant ne mange pas. Faîtes-lui confiance!

Notre société de consommation nous oblige à manger beaucoup plus que nos propres besoins et truste notre relation à la nourriture.

Selon l’OMS, à l’échelle mondiale, 35% des adultes âgés de 20 ans et plus sont en surpoids et 11% sont obèses. 65% de la population mondiale habitent dans des pays où le surpoids et l’obésité tuent plus de gens que l’insuffisance pondérale. Le surpoids concerne près de 40 millions d’enfants de moins de cinq ans. A part les chiens et chats domestiques, sur lesquels l’homme reproduit le même mécanisme, il n’existe pas d’animaux en surpoids ou obèse. Les animaux mangent uniquement ce dont ils ont besoin.

Si votre enfant mange peu mais qu’il est en bonne santé, il n’y aucune raison de le forcer à manger plus. Il ne deviendra pas grand et fort en mangeant plus. Il deviendra simplement plus gros. Pensez-vous réellement que la quantité de nourriture ingérée influe sur la taille à l’âge adulte?
Votre enfant connait ses besoins, il mange selon sa faim et selon ce que lui demande son corps. Rassurez-vous, il ne se laissera pas mourir de faim car il a oublié de manger.

Mon enfant ne mange pas. N’insistez pas!

La plupart des parents rencontre des problèmes avec leur enfant pour qu’il mange, du moins c’est ce qu’ils pensent. Le fait que l’enfant ne veuille pas manger est simplement dû au fait qu’il n’a pas faim. Il est donc inutile d’insister.

En l’obligeant à manger, vous allez créer une tension entre lui et vous. A l’approche du repas, vous allez stresser et prier pour qu’il mange ce que vous allez lui servir. Avant même la première bouchée, vous saurez qu’il y a de gros risques pour cela se passe mal. J’ai une confidence à vous faire. Votre enfant pense exactement la même chose.

« Oh non! Voilà l’heure du repas, ils vont vouloir me forcer à manger alors que je n’ai pas encore faim. Déjà, hier je leur ai cédé quand ils ont fait l’avion, mais j’ai peur qu’il prenne ça pour une habitude. Le problème avec les parents, c’est que si tu leur cèdes une fois, c’est compliqué de rattraper le coup d’après »

Mon enfant ne mange pas. Ne le comparez pas!

La comparaison avec un autre enfant qui mange bien est à bannir. « Mon enfant ne mange pas, mais toi tu as de la chance, le tien mange de tout« . Ces comparaisons déplaisent aux deux enfants. Nul n’a envie d’être montré du doigt en tant que vilain petit canard, et nul n’a envie d’être mis sur un piédestal pour quelque chose qu’il juge de normal. Cette comparaison ne peut créer qu’animosité entre les enfants.
Imaginez votre conjoint vous comparer en permanence à votre meilleur(e) ami(e) en sa présence. « Regarde Nicolas, lui il sait bricoler, lui il ne passe pas son temps devant la télé, lui il aide sa femme à préparer à manger. Alors que toi, tu ne fais jamais rien, tu passes ton temps devant l’ordi ». Ou mieux encore: « Regarde Christine comme elle prend soin d’elle. Elle au moins, elle sait bien s’habiller. Alors que toi, tu te négliges tout le temps ». Ambiance garantie !!!

Mon enfant ne mange pas. Pas de récompenses, pas de punitions!

Votre enfant mange pour lui, pas pour vous. Pourquoi vouloir le récompenser pour quelque chose qui est normal ou au contraire vouloir le punir car il n’a pas faim. La faim est une sensation naturelle. Auriez-vous idée de le punir s’il est enrhumé?
Lors d’une étude, un nouvel aliment a été proposé à deux groupes d’enfants. Les enfants du premier groupe recevait une récompense s’ils essayaient ce nouvel aliment. Les enfants du deuxième groupe était libre de le manger ou non. Après quelques jours, les enfants du premier groupe avaient mangé ce nouvel aliment en plus petite quantité.

Laissez la courbe du carnet de santé dans le tiroir

La courbe de poids du carnet de santé est une moyenne des enfants. La courbe des petits Français est différentes de celles des Espagnols, des Anglais ou encore des Américains. Elle indique simplement le pourcentage d’enfants sous telle ou telle courbe. Elle ne distingue pas les enfants allaités et les enfants nourris au lait artificiel. Nous savons aujourd’hui qu’un enfant allaité prend plus rapidement du poids les premiers mois. Il y a ainsi de grande chance pour que sa courbe ralentisse progressivement par rapport aux autre enfants. Cela est donc tout à fait normal mais ne correspond pas toujours à la courbe du carnet de santé. Quand on sait qu’à l’échelle mondiale, le nombre de cas d’obésité a doublé depuis 1980, on peut être en droit de se demander si les courbes de poids des enfants sont bien naturelles.

Mon enfant ne mange pas. Vous êtes sûrs ?

Sachez que les besoins d’un enfant ne sont pas très élevés. Un enfant de deux ans et 10kg a besoin d’environ 800 kcal par jour. Faîtes le calcul des calories qu’il prend et vous verrez que vous ne pourrez plus dire: « mon enfant ne mange pas ».

Pour les abonnés qui n’ont pas encore valider leur place au programme Alimentation Saine de l’Enfant et de la Famille. Nous vous rappelons qu’il se termine ce dimanche à minuit.

Cliquez-ici pour valider votre place.

About Fabien Blot

Dès la naissance d'Arthur en octobre 2012, j'ai passé beaucoup de temps à lire et à m'informer sur tout ce qui se rapproche à la parentalité. Le fruit de tout ce travail m'a amené à choisir des valeurs de maternage maximal, d'écoute, d'empathie éducative et de négociation. Je pense que pour bien accompagner ses enfants, il faut connaître et respecter les étapes de son développement naturel. Je pense que l'éducation peut se faire sans récompense et sans punition.

26 26 commentaires

  1. C’est vrai que l’on a souvent tendance à trop vouloir donner à manger à nos enfants. Je crois moi aussi que eux seuls connaissent leurs besoins. Inutile donc de vouloir les gaver, ils ne se laisseront pas mourir de faim.

  2. Mon enfant ne mange pas les plats que je prépare. Avec mon mari, nous lui donnons ce que nous mangeons mais lui n’en veut pas. J’ai essayé de lui préparer des repas pour lui mais rien à faire. Je vais essayer de prendre du recul. On va voir…

  3. Je crois que si bcp de parents surestiment les besoins en nourriture de leurs enfants, c’est parce qu’ils ont été éduqués par des parents qui ont peut être eu faim pendant la guerre, ils se rappellent combien c’est pénible et ils veulent à tout prix éviter ça à leurs enfants … Comme quoi, les traumatismes peuvent se transmettre de façon inconsciente à travers les générations.

  4. Bonjour,
    J’ai lu ce livre un peu avant la diversification de ma fille. Je m’en félicite car ma fille, petit modèle est en bas des courbes de poids et la pédiatre de la pmi me dit de faire attention, de bien lui donner à manger! Elle est pourtant toute grassouillette, et tète (très souvent) à la demande. Peut-être que sans avoir lu ce livre, j’aurais été très inquiète et aurais eu tendance à essayer de la gaver. J’aurais peut-être été tentée d’introduire des biberons de complément (non, je crois pas , quand même :)).
    En matière de nourriture, je crois que les bébés et enfants mangent instinctivement la quantité dont ils ont besoin, qu’il faut leur faire confiance. C’est en les forçant qu’on peut induire un rapport faussé avec la nourriture…
    Bonne journée!

    • Il y a un point très important aussi sur lequel l’auteur met l’accent. Il s’agit de la qualité nutritionnelle des aliments. Certains adultes auraient tendance à leur donner à manger des gâteaux industriels afin que leurs enfants aient « quelque chose dans le vente ». En effet, ces gâteaux sont tellement sucrés que les enfants les mangent sans faim.
      Un enfant qui a vraiment faim mangera un fruit.

  5. Bonjour,
    Merci pour cet article.
    J’ai été une enfant forcée, mes parents ont tout essayé, j’ai développé persévérance pour refuser de manger et je souhaite vraiment ne pas reproduire cela, cependant je m’interroge sur une journée type, si mon enfant refuse de manger et que je lui propose plusieurs aliments et qu’il fait son choix ça me convient, mais s’il me réclame une heure après une collation est-ce raisonnable d’accepter, parce que comme vous dites il gère bien sa sensation de faim, mais alors à l’école il fera comment ? Je serais d’avis de dire non, je comprends que tu ais faim mais tu attendras le prochain repas, mais peut être que cela revient à une sorte de violence…

    • Bonjour Aurore,
      Il est toujours possible de proposer un fruit à un enfant qui a faim. Le principal étant de ne pas lui proposer de yaourts, de bonbons, de gâteaux, de brioches… etc. Se sont des aliments néfastes pour la santé, malheureusement les enfants (et aussi les adultes) en sont très friands et sont capables d’en manger par gourmandise plus que par faim.
      Faites confiance à votre enfant, si pendant le repas il refuse un aliment vous pouvez passer au plat suivant. S’il montre qu’il a faim 1 heure après la fin du repas, proposez lui un fruit, s’il n’en veut pas c’est que sa gourmandise passe au dessus de sa faim. Cette gymnastique peut être déroutante les quelques premiers jours mais vous verrez que votre enfant finira par manger à sa faim pendant les repas.
      Pour ce qui est de l’école, les enfants sont amenés à prendre 2 gouters par jour (un le matin et un l’après-midi), il y adonc de forte chance pour que le gouter le fasse patienter jusqu’au repas suivant.
      A très bientôt,
      Amélie

  6. Bonjour,
    Encore moi :)
    Voilà, mon fils de 10 mois n’a pas du tout de rythme régulier, il vit sa vie de bb et nous nous adaptons à lui
    Il est en DME
    Il veut goûter à tout et n’a donc pas d’heure fixe pour les repas
    Jamais de biscuits ni gâteaux ici ni yaourt mais fruits et tétée à la demande! Et pas de viande sauf poisson car nous sommes « végétariens »
    Ceci étant, il a du mal pour faire les selles et cela m’inquiète en plus du fait que des fois il réclame plus de poissons que 30 gr par jour par exemple et j’ai peur de le frustrer si je le lui refuse.
    Qu’en pensez vous?
    Et il veut boire tout ce que je bois ( même mon thé que je sucre) du coup, je me cache pour en boire! Comment faites vous?
    Merci

  7. Bonjour Rya,
    Je viens de découvrir ce terme de DME que je connaissais pas. C’est donc la Diversification Menée par l’Enfant.
    En fait, nous avons procédé de la sorte avec Arthur sans suivre cette « méthode ». Pour faire simple, dans son assiette il y avait entre 2 et 3 aliments différents proposés en même temps. Il choisissait ce qu’il voulait et en quantité qu’il avait décidé. Ne pas hésitez à mélanger une clémentine, du poisson et des courgettes par exemple. Vers 10 mois, c’est le début de la grande découverte, l’enfant veut tout découvrir et c’est une chance à ne pas manquer.
    Je ne vous conseillerai uniquement de lui donner tout ce qu’il veut. Il a besoin de découverte et va se réguler lui-même. Par contre, comme vous le dîtes, il ne doit y avoir que des aliments sains. Un bébé, et même un adulte, n’a pas besoin de manger de gâteaux, bonbons, yaourts ou autres produits industriels.

    S’il veut goûter votre thé, allez-y! Arthur a déjà goûté 3-4 fois de l’alcool. Un enfant qui est habitué à tester et à faire ses propres expériences va goûter avec précaution. Quand Arthur a compris que l’alcool était mauvais, il n’a plus voulu tester.
    Le problème avec votre thé est qu’il est sucré. C’est donc le bon moment pour stopper le sucre ;-) Si c’est mauvais pour bébé c’est mauvais pour maman :-)

  8. L’alimentation de ma fille de 15 mois est une source d’angoisse pour moi… Elle tète à la demande, mais au moment des repas c’est plus compliqué… Elle mange peu, en général pas les légumes, en ce moment pas de fruits non plus d’ailleurs… Elle refuse la nouveauté et se contenterai fort bien de coquillettes au jambon avec une compote de pommes ! Elle est d’un tout petit gabarit, bien en dessous des courbes, ce n’est malheureusement pas facile d’affronter les commentaires au quotidien, de l’entourage comme du monde médical: ton lait n’est pas assez nourrissant tu devrais lui donner des biberons pour la faire grossir, il faut arrêter de l’allaiter pour l’affamer et la forcer à manger, il faut la laisser à table tant qu’elle n’a pas mangé…
    Bref, c’est un sujet qui me tracasse beaucoup et les repas deviennent une source d’angoisse pour moi, et du coup pour elle je pense. Je vais essayer de trouver le livre Mon enfant ne mange pas pour essayer de me.détacher de ce problème.
    Merci pour votre article et votre blog

    • ma fille de 19 mois ne pèse même pas 8 kilos, comme vous le dites si bien le plus dur c’est la pression de l’entourage…. pour ma part cela est combiné à des soucis de santé mais je pense que le « problème » se serait produit même sans ces derniers…. Je vous conseille de bien boucher vos oreilles et de suivre votre instinct et ce que vous indique votre enfant… Pour ma part les choses se sont nettement arrangées depuis que je fais comme je le sens et ma pitchoune sait se faire comprendre…. Ma puce est pleine de vie et son développement est normal, elle a même beaucoup de caractère et sait se défendre malgré son format micro…. J’ai aussi du soutient avec une association d’allaitement et des mamans adeptes du parentage/maternage elles aussi et cela fait du bien… J’espère que ce petit mot vous aidera à reprendre confiance en vous.

  9. Bonjour,
    Je ne suis pas très exigeante sur les repas, mais de fait, lorsqu’ils ne mangent pas suffisamment le soir, mes garçons de presque 3 ans me demandent un biberon pendant la nuit. Sans penser à moi, je me dis que pour eux, il n’est pas non plus fantastique de se reveiller pour manger. Non?

    • Bonjour,
      Il est possible que le gouter soit pris trop tard dans la journée, c’est à dire trop proche de l’heure du repas. Ce qui peut traduire un petit appétit lors du repas puis une vraie faim la nuit. Au gouter, privilégiez les fruits frais coupés qui permettent d’arriver à satiété tout en conservant de l’appétit dans les heures qui suivent.
      Il est également possible que derrière cette envie de manger se cache le besoin d’attirer votre attention.
      Bon courage vous et à très bientôt,
      Amélie

  10. Bonjour
    ma fille qui a aujourd’hui 21 mois avait bien commencé sa diversification: allaité jusqu’à 6mois, puis decouverte des purées de saison faites maison, fruits,etc…puis vers 12 mois réduction voire arrêt de l’alimentation (tout: bib, purée, compote, yaourt). Au début, on ne s’est pas inquiété, mais globalement depuis (ça dure toujours et ça empire), elle ne finit jamais un bib, un yaourt, une purée (elle y touche à peine). On a tout essayé (ou tout): morceaux, pas morceaux, avec nous ou seule, verts (ce qu’elle préfère) ou pas, yaourt (nature, petit suisse, …), ça ne s’améliore pas. JE précise que nous mangeons à table en même temps, les m^mes repas, tout est cuisiné par nos soins (pas d’industriels chez nous, ou rarement), mais rien à faire. Elle ne mange pas, refuse de gouter (formage, legumes) je suis extremement decouragée…

  11. bonsoir fouqueray
    je me permet de vous écrire un petit mot, ma fille de 20 mois mange peu il y a eu des périodes ou c’était vraiment très peu, elle refuse tout laitage mais je l’allaite encore au besoin.
    comme vous, je me suis inquiétée et puis finalement moins car sa croissance est bonne, elle est en pleine forme du coup je me suis dit que je pouvais lui faire confiance.
    elle adore le cru, concombre, fenouil, carotte, pomme, peut être une piste pour votre fille.
    elle a souffert longtemps d’un RGO du coup je préfère ne pas la brusquer et la laisser faire.
    un peu a l’idée « Montéssorienne » je lui propose plusieurs aliments différents dans des petits plats et elle pioche. A la maison , donc légumes+++, fruits++,viande poisson – elle aime moyen
    pas de gluten un peu de légumineuse, lait d’amande froid car chaud c non!
    juste faire attention si il n’y a pas de problème physiologique et de croissance, développement.
    je lirai l’avis d’Amélie et Fabien.

    • bonjour cécile
      en fait je m’inquiète plus des carences diverses que de son appétit. Elle ne boit pas toujours son lait ( infantile), et certains jours n’a rien d’autre dans le ventre que 180ml de lait, 1 compote, et Trois gateaux secs (sur 24h). Je suis biologiste et je sais que ce n’est pas du tout suffisant pour un enfant en pleine croissance, d’où mon inquiétude.
      Alors oui elle grandi et grossi, mais c’est moyen-moyen comme régime alimentaire.
      Nous lui proposons toutes sortes d’aliments: légumes, viande, poissons, céréales, fruits, fromages, yaourts, cru , cuit, en morceaux, mixé….sans succès, et on réessait régulièrement, pas de résultats.
      Après le médecin ne voit pas le problème car elle grandi et la pédiatre alterne entre: « faut pas forcer », « faut forcer », « c’est la faute de la mère »(???)

      • Bonjour Manuela,
        Comme l’a dit Cécile, y a t’il eu un changement radical vers ses 1 an ? S’il n’y en a pas eu, sachez que 1 an marque souvent une grande étape pour l’enfant, il s’apprête à passer d’une posture à 4 pattes à une posture sur 2 jambes, il commence à être beaucoup plus autonome et sa soif de découvrir son environnement peut se révéler très forte. Et puis les besoins changent. L’enfant va voir son rythme de prise de poids considérablement réduire par rapport à celui de sa première année. La ou il faut être vigilent c’est d’éviter au maximum de lui donner des gâteaux, car ils sont bien souvent composés de beaucoup trop de sucres et ce gout sucré vient ensuite altérer le gout des fruits et des légumes que vous lui proposerez à table, elle n’en voudra pas préférant attendre sa « dose » de sucre qui viendra plus tard. Peut être que son petit estomac est d’ailleurs rassasié par ses 3 gâteaux que vous lui donnez ?
        Comme le dit Cécile, observez votre fille, réclame t’elle souvent à manger ? est-elle vive et réactive ? même très minime, observez vous une prise de poids ?
        Si vous voulez être réellement rassurée, vous pouvez toujours consulter votre médecin pour obtenir un avis médical, mais si votre fille se porte bien, il y a probablement aucune raison de s’inquiéter.
        Tenez nous au courant !
        A très vite,
        Amélie

  12. je comprend votre inquiétude car le risque de carence existe si la situation perdure.
    je travaille dans un magasin bio en tant que conseillère et du coup j’ai une autre idée de l’alimentation que la diététique « classique ». Vous lui proposez plein de chose et c’est très bien, avez vous essayé d’en parler calmement avec votre fille, y a t-il eu un évènement a ses 1 an?de notre coté la période du très peu a duré 6, 8 mois c’est vers la fin que j’ai décidé d’essayer les jus de légumes et de fruits avec ajout d’huile végétale riche en oméga 3 et huile d’olive elle a bien aimé.je ne suis pas pour le forcer l’enfant pour moi cela ne fait que rajouter du stress de l’anxiété et de la culpabilité pour les parents.mon homéopathe me dit souvent que le témoin que notre enfant va bien si votre fille est active, souriante et dans l’échange avec vous et l’extérieur rassurez vous elle va bien. il peut être difficile pour l’enfant d’accepter la dissociation avec la maman . les piques niques a l’extérieur nous ont, aussi, bien aidé…moment de détente pour toute les deux.

  13. N’allaite mes enfants plusieurs années. À 2ans1/2 mon aînée mangeait très peu mais tétait autant qu’un nouveau né, jour et nuit. Très bonne santé, bien potelée. Puis je suis tombée enceinte, et j’ai rapidement arrêté de produire du lait. J’ai vu alors augmenter par trois ou quatre les quantités de solides qu’elle mangeait !
    J’étais donc enceinte de jumeaux. Comme pour leur soeur je les allaite plusieurs années. Ils ont maintenant deux ans.. Et tètent encore beaucoup. Et donc mangent peu de solides. Ils n’ont pas faim ! Et si ils ont faim, ils veulent tétéééééééer.
    Mais si je peux suivre le rythme d’un bambin « lactolique », deux, c’est trop. Je sature. Le jour ça va, mais la nuit, je ne peux plus. Les co tétés nocturnes qui durent des heures m’insuportent. Depuis 1mois1/2 je tente, un peu à contre coeur, la méthode de sevrage nocturne de Gordon. Plus de tétés entre 1h et 6h du matin (avouez que je ne suis pas trop exigeante pour des bambins de plus de deux ans). Mais c’est dur. Ils pleurent, hurlent, dans mes bras, quand ils ne me repoussent pas… Bah oui, ils ont faim. Quand je finis par leur proposer du jambon, après 1h de cris à 5hdu mat’, ils de calment direct et dévorent leur tranche.
    Il y aurait bien une solution : qu’ils mangent de vrais diners le soir de façon à tenir au moins jusqu’à 6h ! Mais non, pas de vrais dîner, car ils n’ont pas faim, ils viennent de téter,’ou ont faim mais se  » réservent » pour la tété d’endormissement.
    Et comme je ne les force pas à manger, et que je ne vois pas comment on pourrait le faire de toute façon. Dès 3h, 5h dans le meileur des cas, ils crèvent la dalle.
    Alors comment je fais ?? Je n’ai pas envie d’attendre le sevrage pour qu’ils mangent, c’est dans trop longtemps !

    • Bonjour je me retrouve un peu dans votre récit..bravo des jumeaux allaites 2 ans c’est du boulot vous avez du mérite!
      j’allaite ma première fille de 25 mois a la demande aussi jour et nuit..et je me pose la question de quand va t-elle se détacher un peu de moi pour pouvoir dormir seule sans avoir besoin de mon sein comme doudou..!?
      j’ai constaté que les fois ou je l’a faisait garder la journée elle mangeait très bien..forcément elle ne c’était pas gavée de mon lait! donc peut etre pourriez vous petit a petit apprendre a vos petits qu’ils teteront après le repas..et plus avant.ils auront meilleurs appétit et les nuits moins faim s’ils mangent leur diner puis tétées du coucher..?
      moi aussi je ne sais pas comment la deshabituer de prendre le sein la nuit sans pleure! vu que même en dormant et sans faim elle se reveil desuite si elle ne l’a pas en bouche comme sucette..et elle caresse mon autre téton en même temps..C’est un tic.!
      J’ai une question est ce que les dents de vos enfants sont seines? car ma fille a des caries et je pense que c’est du au fait qu’elle est toujours du lait qui stagne en. bouche. Merci

    • Bonjour,
      Félicitations pour votre courage d’allaiter vos jumeaux, j’imagine que cela doit être prenant, mais l’investissement en vaut la peine à bien des niveaux (affectif, sécuritaire, nutritionnel…).
      Petit à petit, demandez leur de manger d’avantage lors des repas afin qu’ils prennent un peu moins de lait. Vous pouvez aussi leur préparer les repas qu’ils aiment ou du moins leur faire réellement apprécier ce qu’ils mangent (tout en restant dans le cadre d’une alimentation saine et équilibrée je m’entend bien ;-) )
      Il faudra probablement du temps pour que de nouvelles habitudes se créent, alors armez vous encore un peu de patience et de bonne volonté pour répondre pleinement à leurs besoins.
      A très vite,
      Amélie

  14. Bonjour Amélie, Bonjour fabien,

    Depuis notre projet d’avoir un enfant avec mon conjoint, nous avons entendu cette façon de penser autour de l’alimentation. Et notre fille, nous prouve chaque jour de la véracité de ces propos.

    Une question me taraude néanmoins; celle de goûter les aliments.
    Notre fille a 16 mois maintenant et alors même qu’elle demande à manger, elle refuse parfois de prendre même une cuiller de la purée par exemple. Je lui demande de gouter au moins une cuiller et lui explique que si elle n’en veut plus ou n’aime pas çà, je ne l’obligerai pas plus.
    Elle semble de plus en plus en opposition au fur et à mesure que j’insiste.

    Que dois-je faire; continuer à insister bien que je sois navrée d’avoir l’impression de la forcer?
    Quel est l’importance que je dois accorder au fait que ma fille goute à tout?

    J’ai vraiment l’impression de me tromper de voie sur cette question, un peu d’aide serait la bienvenue :)

    Encore merci pour tout à vous deux;
    Mélanie

  15. Bonjour à tous les deux, cela me rassure de lire ces commentaires car mon petit garçon de 18 mois ne veut presque plus goûter les plats que je lui propose et j’avoue que cela est assez angoissant pour moi.
    Il mangeait très bien jusqu’à ses 1 ans mais je n’ai jamais réussi à lui faire goûter du cru (que ce soir fruit ou légume) et je n’y parviens tjs pas… Pourtant nous mangeons énormément de fruits et légumes il nous voit donc faire… A la Creche ils m’ont conseillé de proposer le plat maison et s’il n’en. Veut pas ne pas insister et passer au reste cest à dire un petit suisse nature et une compote sans sucre ajouté. Mais est ce vraiment la solution ? Car actuellement ses repas se résument à je prends une cuillère de légume puis je n’en veux plus par contre je mange petit suisse et compote…
    Pour les goûter après un laitage ou une compote il mange des petits gâteaux (madeleines, galette) pensez vous qu’il faut retirer cet apport sucré pour lui donner rellement goût au produit meilleurs pour sa santé ? J’aimerais apprendre à mon fils à manger et aimer les bonnes choses mais comment réussir sans cris, pleurs,…
    Merci d’avance
    Audrey

  16. Bonjour Amelie et Fabien, pouvez vous svp me dire de quelle livre votre article est tiré? Je souhaiterai me le procurer.
    Merci à bientôt
    Adriana

  17. Bonjour a toute la famille!
    Nous vous lisons depuis quelques mois avec l’arrivée de notre petit Arzhur (16 mois). Quelle grande source d’information et de réconfort aussi nous avons trouvé chez vous! Un grand bravo pour ce beau travail ne peut suivre que d’un grand MERCI!
    Puis on vient de lire ce article sur l’alimentation (il nous reste encore beaucoup d’articles à lire chez vous!) et cela nous interpelle car nous sommes d’accord sur le fait de faire confiance à ce qu’il exprime et au fait de qu’il sache ce qu’il a besoin. Nous avons commencé à avoir de soucis vers ses 12 mois. Arzhur étant un petit gabarit, il a toujours pris très peu de poids et nous avons vite laissé le carnet de santé ailleurs. Il allait à son rythme mais surtout il était en bonne santé. Mais vers 12 mois il a réduit la quantité mangée, nous lui avons fait confiance et le résultat nous a bien effrayé… 800 grammes perdus en 1 mois, ce quoi équivaut à 10% de son poids! Cela était énorme et même si ailleurs chez lui tout allé bien on s’est senti dans le besoin de lui faire manger plus, via le jeu, l’occupation du esprit tout en restant positifs… et depuis on fait ainsi et depuis il a beaucoup beaucoup du mal à prendre du poids surtout si on lâche un peu… voilà. Nous sommes arrivés à nous demander s’il n’y aurait pas un problème d’assimilation de sa part, mais aucun autre signe nous indique cela (il grandit, très lentement biensur, mais il le fait) . Des avis ou conseils??
    Encore grand merci!
    David, Yaiza et Arzhur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.