Allaitement maternel d'un bambin | une durée maximum pour allaiter ?

Il est maintenant largement admis que l’allaitement maternel exclusif est conseillé dès la naissance. Nous savons aussi qu’allaiter exclusivement jusqu’à la diversification alimentaire est la durée minimum conseillée pour un bénéfice optimal (encore faut-il admettre qu’un bébé ne devrait pas être diversifié avant 6 mois sauf pathologie particulière). Mais y-a t’il une durée maximum au-delà de laquelle il serait inutile voire néfaste de donner le sein ? Je te réponds tout de suite en 3 points, afin que tu puisses décider, de manière éclairée, du moment idéal pour sevrer ton enfant.

Les recommandations officielles sur la durée de l’allaitement maternel

L’OMS (Organisme Mondial de la Santé) recommande officiellement un allaitement exclusif au sein jusqu’à 6 mois. Et ce, dès la première heure suivant la naissance, à la demande de jour comme de nuit, sans aucun complément alimentaire ou liquide (même de l’eau!). Ensuite, le lait devrait encore constituer l’aliment principal de l’enfant jusqu’à 1 an. Les recommandations précisent également, pour garantir la réussite d’un allaitement, de ne pas introduire de biberon, tétine ou sucette. Ce dernier conseil permet d’éviter ce que l’on appelle la confusion sein-tétine. Le bébé pouvant perdre la technique particulière de succion au sein au profit du biberon (ou de la tétine). Il peut aussi finir par préférer le biberon au sein par facilité.

Mais cela ne s’arrête pas là. L’OMS précise que l’allaitement maternel devrait se poursuivre jusqu’à au moins 2 ans en l’associant à une alimentation diversifiée. En effet, selon les dernières recherches anthropologiques, la durée “normale” de l’allaitement d’un humain se situerait entre 2 ans et demi et 7 ans. Sur le plan biologique, nous sommes prévus pour pouvoir téter jusqu’à environ 7 ans. À cet âge, les premières dents de lait sont progressivement remplacées par une dentition définitive. La durée minimale de l’allaitement prévue par notre espèce serait donc de 2 ans et demi.

Retrouve les recommandations de l’OMS dans cet article. Je t’explique ci-après, au-delà des données officielles, quels sont les avantages et bienfaits d’un allaitement après 6 mois.

Avantages et bienfaits de l’allaitement longBesoins nutritionnels et allaitement maternel

Santé et nutrition

Concernant la santé de l’enfant de manière générale, l’OMS affirme aujourd’hui, avec certitude, que l’allaitement diminue le taux de mortalité de l’enfant. On peut même attester que l’allaitement maternel a des répercussions positives jusqu’à l’âge adulte.

Sur le plan nutritionnel, le lait maternel fournit toutes les calories et nutriments nécessaires à la croissance. Il continue de couvrir 50% ou plus des besoins nutritionnels de l’enfant pendant le second semestre de sa vie (soit entre 6 mois et 1 an). Il couvre ensuite jusqu’à 1/3 de ses besoins pendant la seconde année.

Le lait maternel offre une protection renforcée contre les maladies infectieuses et chroniques puisque le bébé profite des anticorps produits par l’organisme de la maman. Anticorps qu’un lait de croissance ne peut malheureusement pas apporter.
La Leche League – association internationale référente de soutien et d’information à l’allaitement maternel – rapporte d’ailleurs une déclaration de l’OMS affirmant que les laits de croissance ne sont pas indispensables à une alimentation diversifiée. Ils n’apportent pas de valeur supplémentaire. De plus, selon les marques, ils contiennent bien trop souvent des sucres ajoutés.

Aussi, la succion au sein demande un effort important. L’enfant développe considérablement les muscles de sa mâchoire. Il est ainsi bien préparé à pouvoir mâcher de façon tonique. C’est un avantage pour aborder la diversification alimentaire, notamment si l’on fait le choix de la DME (Diversification Menée par l’Enfant) ou Alimentation autonome. Des études rapportées par la Leche League montrent également que donner le sein permettrait de réduire les risques d’otites à répétition de manière significative. Cela abaisse le nombre d’infections respiratoires de manière générale.

L’équilibre affectif

Sur le plan affectif, il est indéniable que l’allaitement maternel participe à l’établissement d’un lien d’attachement très fort avec son enfant. On sait maintenant, grâce aux neurosciences, que ce lien avec la figure d’attachement est primordial à la construction d’un sentiment de sécurité chez l’enfant. Ce sentiment participe à construire un état de confiance chez lui. Cela l’accompagnera dans son autonomie et la prise de son indépendance lorsqu’il sera prêt.
Enfin, c’est pour lui, une expérience sensorielle et cognitive extraordinaire. C’est aussi un réconfort immense que de vivre cette connexion physiologique avec sa maman.

Ayant fait le choix d’un allaitement prolongé pour mes 3 enfants, je ne peux que t’encourager à vivre cette expérience, si c’est ton choix, et en dépit du regard des autres… C’est un tel bonheur et une source de joie et de douceur infinie à partager. Lorsqu’il est fatigué, énervé, triste, le temps d’un câlin, après une chute ou quand il est malade pour le réconforter. C’est aussi une solution à des centaines de situations du quotidien. Et cette simplicité est bienvenue aussi quand la maman est épuisée. On n’a pas toujours les ressources pour établir un dialogue bienveillant sur l’instant. Parfois, une tétée vaut mieux que mille mots.

Quand et comment décider du sevrage d’un enfant allaité ?Un allaitement maternel prolongé favorise le lien d'attachement.

Données officielles et scientifiques

L’Académie américaine de pédiatrie recommande un sevrage à 1 an. En France, les professionnels de santé encouragent rarement un allaitement après 6 mois de façon spontanée.
Le primate, mammifère le plus proche de l’homme en termes de patrimoine génétique, sèvre ses petits lorsqu’ils atteignent 4 fois leur poids de naissance. Un enfant moyen atteint ce poids autour de 27 mois pour un garçon et 30 mois pour une fille.

Mon expérience de maman allaitante

Jusqu’à présent c’est Arthur qui détient le record de l’allaitement le plus long : 27 mois de tétées à la demande avec un sevrage naturel. C’est-à-dire qu’il a progressivement arrêté de téter naturellement. J’espère que cela ira bien au-delà avec ma Constance <3

Si tu as choisis l’allaitement mixte ou que tu reprends le travail bientôt, mon article sur le choix du tire-lait (manuel, électrique, simple ou double pompage, pour quelle utilisation, etc.) va probablement t’intéresser.

Les principaux obstacles que tu peux rencontrer dans la poursuite d’un allaitement après 1 an, ce sont, selon moi : la fatigue (notamment si les tétées nocturnes perdurent) et le regard extérieur. Sur ce sujet, il est facile d’être heurté par le jugement des autres. Notre société occidentale n’admet pas encore l’allaitement prolongé comme la norme actuelle de notre espèce, malgré qu’elle le soit dans bon nombre d’autres pays.

L’épuisement physique ou mental

Le sevrage “induit”, c’est-à-dire provoqué volontairement par la maman, pourra donc être décidé dans ces cas-là. En effet, si la fatigue est trop forte. Si tu n’as pas les moyens d’adapter ton environnement pour aménager davantage de repos, ce sera probablement le moment pour toi de sevrer ton enfant. Tu pourras être fière d’avoir mené ton allaitement jusqu’ici !

La pression extérieure

Si la pression de ton entourage, de ta famille ou le regard de la société pèse trop lourd, tu préfèreras sevrer ton enfant. Et c’est ok, si tu es en accord avec ce choix. Dans le cas contraire, entoure-toi de personnes bienveillantes et qui respectent tes choix. Discute et rencontre des mamans qui pratiquent un allaitement prolongé. Sur le net, lors de réunions d’allaitement de ta commune, dans des associations, via des blogs sur l’allaitement, trouve du soutien et de l’information. Rien ne sert de chercher à convaincre mais informe-toi pour savoir répondre aux principales interrogations de tes proches comme le fait que l’allaitement serait un frein à la parole par exemple.

S’écouter

Quoi qu’il en soit, l’allaitement maternel ne doit jamais devenir une source d’angoisse ou de contrainte trop forte pour l’enfant ou la maman. Le meilleur conseil que je puisse te donner, c’est de t’écouter avec bienveillance et indulgence. Ton parcours sera le meilleur pour toi, dans ta situation et avec ton cadre de référence, tant que tu es en accord avec toi-même.


EN BREF :

  • La durée recommandée par l’OMS pour un allaitement prolongé après diversification alimentaire est de 2 ans minimum.
  • Des recherches anthropologiques montreraient que l’allaitement serait prévu pour perdurer jusqu’au remplacement des dents de lait par une dentition définitive, soit vers 7 ans.
  • Ses bienfaits sur les plans nutritionnel et affectif sont clairement admis jusqu’à l’âge adulte : 50% ou plus des besoins nutritionnels couverts par l’allaitement le second semestre de vie et jusqu’à 1/3 la seconde année.
  • L’allaitement offre une protection renforcée contre les maladies infectieuses et chroniques, accélère la guérison et réduit les infections respiratoires à répétition telles que les rhumes et les otites.
  • Il représente une solution à des centaines de situations du quotidien : colères, fatigue, maladie, chute, câlin…
  • Le moment idéal du sevrage n’obtient pas de consensus, si ce n’est le bon moment pour la maman et l’enfant. S’écouter est le maître mot pour un allaitement long serein.
  • Si la fatigue ou la pression sociale est trop forte, entoure-toi de personnes informées et bienveillantes, qui respectent tes choix. Si tu vis des moments de doute, je t’invite à consulter cet article dans lequel je te rappelle les points essentiels pour être une bonne maman.

Partage ton expérience en commentaire pour aider le plus de mamans dans la poursuite de leur allaitement.

Prends soin de toi et de tes enfants.

Amélie.

Amelie Blot
À propos de Amelie Blot

Je me rappelle étant petite que je disais à ma maman : “quand je serai grande je ne punirai pas mes enfants !”. Les années ont passé, je suis devenue maman et ce principe qui “était” en moi est plus fort que jamais. Je me forme au quotidien, à travers mes lectures enrichissantes et auprès de mon petit Arthur, à une méthode d’éducation respectueuse et bienveillante. J’espère pouvoir vous transmettre le goût de vivre la fabuleuse aventure de la parentalité tout en préservant l’épanouissement familiale si nécessaire au bonheur.

PROMOTION SUR LE PROGRAMME MAMAN EPANOUIE JUSQU'À DIMANCHE SOIR MINUIT