Si votre enfant a entre 18 et 30 mois vous avez probablement entendu les remarques suivantes concernant son apprentissage de la propreté : “L’année prochaine il/elle va faire sa rentrée. Est-ce qu’il/elle est propre ?” ou encore “vous avez commencé à lui proposer le pot”.

C’est stressant vous ne trouvez pas ?

Que se soit de la part du milieu médical ou de l’entourage plus ou moins proche, vous allez commencer à entendre ces questions, sur la propreté de votre enfant, et vous allez voir qu’elles vont devenir de plus en plus récurrentes. Et pourtant, cela ne regarde que vous et votre enfant! Dans la plupart des cas, il s’agit non pas de malveillance, mais plutôt de maladresses dues à un manque d’informations.

Nous avons étudié le sujet et nous allons vous faire découvrir :

  • Pourquoi votre enfant ne pourra pas être propre avant 2 ans ?
  • En quoi il est mauvais de vouloir rendre son enfant propre alors qu’il n’est pas encore prêt
  • La méthode naturelle pour apprendre à être propre

Ce que nous vous proposons dans cet article est le résultat de nos recherches à travers des blogs, des études scientifiques et des ouvrages tel que le fameux “L’éveil de votre enfant” de Chantal de Truchis.

Pourquoi l’enfant ne peut être propre avant 2 ans ?

Pour faire ses besoins aux toilettes ou sur le pot, l’enfant doit maîtriser ses sphincters, c’est à dire les muscles en forme d’anneaux qui permettent l’ouverture et la fermeture de l’anus et de l’urètre. Ce contrôle n’est possible qu’à partir du moment où les terminaisons nerveuses de la moelle épinière sont efficientes. C’est en moyenne vers deux ans que l’enfant commence à acquérir cette capacité physiologique.

Nous avons vu que d’un point de vue physiologique, l’enfant ne pouvait être propre avant ses deux ans. Lorsque vous voulez commencer l’apprentissage de la propreté avec votre enfant, demandez vous si votre enfant est prêt psychologiquement. Ce n’est pas rien pour un enfant de faire “caca” dans un pot. Il comprend, visuellement parlant, que quelque chose est sorti de son corps et cela peut l’inquiéter (comme s’il perdait quelque chose). Il faut éviter les remarques telles que “ça sent mauvais!”, “c’est sale !” qui peuvent venir affecter l’image que l’enfant se renvoie de son corps. Je vous invite d’ailleurs à consulter notre article les douces violences.

Les conséquences d’un apprentissage de la propreté trop précoce

Une étude américaine publiée sur le site Science Daily montre que les enfants qui commencent l’apprentissage de la propreté avant leur deux ans auraient trois fois plus de risques de développer de l’incontinence urinaire. Cela s’explique par le fait que la vessie est un organe qui continue de grandir jusqu’aux deux ans de l’enfant et le fait de se retenir provoque des contractions de la vessie pouvant entraîner un dysfonctionnement. Au contraire, le fait de pouvoir uriner dès que l’envie s’en présente (donc dans une couche) favoriserait son bon développement.

Cette même étude nous apprend que les enfants ayant été soumis à un apprentissage de la propreté trop précoce seraient également plus sujet à la constipation du fait qu’ils se retiennent d’aller sur le pot.

Cette étude parle des conséquences physiologique, mais n’oublions pas les conséquences psychologiques pour l’enfant. Françoise Dolto à évoqué dans son livre “La difficulté de vivre”, les conséquences de l’apprentissage de la propreté lorsqu’il était réalisé trop tôt, et dès fois par des parents se montrant un peu trop exigeants:

L’enfant ainsi contrarié, dérythmé, […] ne saura jamais ce qu’il veut faire : c’est maman qui savait tout pour le caca et le pipi […], et c’est malheureusement une métaphore de cet état qui se réalisera ensuite avec les mains, avec le corps, avec l’intelligence, pendant toute sa vie. Il aura toujours besoin d’une loi extérieure, d’appels et d’injonctions extérieures, pour lui dire ce qu’il doit faire. Car il a commencé dans la vie par ne rien savoir de lui-même: c’est sa mère qui savait pour lui.

La méthode naturelle pour apprendre à être propre

L’enfant est capable d’apprendre à être propre de manière autonome et en suivant son propre rythme. Le bébé apprend beaucoup par lui-même, notamment par mimétisme. N’a t-il pas appris à marcher ? à manger ? à parler ? Vous n’avez pas été moteur de ces apprentissages, il devrait en être de même pour celui de la propreté.

Cependant, étant donné que l’école impose aux enfants d’être propre pour l’entrée en petite section de maternelle, soit environ aux trois ans de l’enfant. Il peut s’avérer que le rythme de l’enfant soit légèrement bousculé. Nous vous proposons donc une méthode d’accompagnement juste et bienveillante pour “apprendre” à votre enfant à faire ses besoins dans un pot ou aux toilettes.

– La sensation d’avoir des selles dans la couche : Lorsque votre enfant vous dit qu’il a fait pipi ou caca dans sa couche cela veut dire qu’il a pris conscience de la sensation d’avoir fait ses besoins. C’est un très bon point de départ pour lui. Car c’est à partir de ces sensations que la suite va découler.

– Le mimétisme : Laisser votre enfant vous regarder lorsque vous êtes aux toilettes. N’oubliez pas que c’est un acte naturel. En tant qu’adulte nous avons mis de la pudeur et de l’intimité à faire nos besoins, mais pour l’enfant cela reste un acte banal. Expliquez lui votre envie d’aller aux toilettes et le côté naturel de la chose, la nécessité de vous essuyer et le fait de tirer la chasse d’eau. Vous pouvez même laisser votre enfant tirer la chasse d’eau lui même.

Les deux points ci-dessous ont pour but de démocratiser le fait d’aller aux toilettes ou sur le pot, le fait d’en parler rassure l’enfant. Donnez-lui ensuite le temps de traiter l’information pour que par la suite il reproduise cette action.

Laissez la possibilité à votre enfant de faire ses besoins à tout moment et de façon autonome. Que vous ayez opté pour un pot (le plus simple étant l’idéal. Il faut évitez le pot musical ou avec des jouets qui s’avère être inapproprié) ou pour un réducteur de toilette, votre enfant doit pouvoir venir faire ses besoins au moment qui lui semble opportun. Il ne faut jamais décider de ce moment à la place de l’enfant. Les toilettes doivent donc être accessibles et l’enfant doit pouvoir se déshabiller seul.

Votre enfant va commencer par se montrer capable de se retenir pour aller faire ses besoins aux toilettes. Peut-être vous demandera t-il de l’aide dans un premier temps pour enlever son pantalon, s’essuyer… Répondez toujours favorablement à ces sollicitations, le parent doit faciliter l’apprentissage de l’enfant et non pas lui mettre des barrières.

Par la suite, il va se montrer prêt à aller aux toilettes lui même et faire ses besoins de manière complètement autonome.

Cet apprentissage prend environ une année à l’enfant (généralement entre deux et trois ans). Ne soyez pas inquiet(e) si votre enfant n’est pas tout à fait propre à trois ans, cela arrivera de toute façon à un moment ou un autre. Mettre une pression à l’enfant ne pourra avoir un effet que néfaste sur la construction de son propre développement. Chaque enfant à son rythme propre, l’écouter et le respecter sont les meilleurs choses à faire pour que l’enfant se développe en toute confiance et dans un climat de sérénité.

Faut-il récompenser son enfant dans son apprentissage de la propreté ?

Pour encourager les progrès de son enfants, bon nombre de parents aiment le féliciter et le récompenser. Il s’agit là d’avoir un dosage adapté à la situation. Votre enfant apprend à être propre pour son propre intérêt à lui. Il ne s’agit en aucun cas d’une compétition avec le fils de la voisine ou de réussir à être propre pour le 5 septembre, date de la rentrée.
L’enfant doit donc être le principal artisan de sa propre réussite. Il doit ainsi apprendre par plaisir et pour lui même et non pas pour avoir le droit à un chocolat ou à une sorte de diplôme “Je suis une princesse Disney du pot“. Voici ce que nous avons trouvé sur le site apprentissagedelapropreté.fr :

 

diplôme disney apprentissage de la propreté Dipleme Disney apprendre à être propre

Ce site est administré les couches Huggies, donc c’est à se demander s’ils ne font pas tout pour vendre des couches plus longtemps. Bref, quoi qu’il en soit, retenez que votre enfant apprend pour lui. Il voudra tôt ou tard faire comme papa et maman et allez aux toilettes comme un grand.
Vous pouvez bien entendu le féliciter au cours de son apprentissage mais veillez surtout à ne pas trop en faire. Ayez bien à l’esprit qu’il n’apprend pas pour vous faire plaisir. Et bien évidemment, inutile de le punir ou le sanctionner s’il fait des erreurs. Cela lui ferait perdre sa confiance en vous et en lui-même et retarderait le bon déroulement de son apprentissage.

Et vous, comment gérez-vous l’apprentissage de la propreté ?

Amelie Blot
À propos de Amelie Blot

Je me rappelle étant petite que je disais à ma maman : “quand je serai grande je ne punirai pas mes enfants !”. Les années ont passé, je suis devenue maman et ce principe qui “était” en moi est plus fort que jamais. Je me forme au quotidien, à travers mes lectures enrichissantes et auprès de mon petit Arthur, à une méthode d’éducation respectueuse et bienveillante. J’espère pouvoir vous transmettre le goût de vivre la fabuleuse aventure de la parentalité tout en préservant l’épanouissement familiale si nécessaire au bonheur.

PROMOTION SUR LE PROGRAMME MAMAN EPANOUIE JUSQU'À DIMANCHE SOIR MINUIT