Le sujet est plus que redondant en cette période de fin d’année : Noël, les cadeaux et le fameux Père Noël ! Arthur a 3 ans, c’est son quatrième Noël (il est né en octobre). Le fait qu’il puisse croire au Père Noël ou au contraire qu’on lui explique la vérité est un sujet dont nous avons longuement discuté et sur lequel nous avons poussé les recherches. Nous nous sommes laissés le temps de la réflexion et nous avons choisi de jouer la carte de la transparence en lui disant la vérité.

A travers cet article, nous allons vous expliquer les raisons de ce choix bien particulier, mais surtout ce qui se cache derrière le mythe du Père Noël.

L’an dernier nous sommes tombés sur un article du blog “Alternative Montessori”. Ce blog reprend une phrase écrite par Maria Montessori à propos du Père Noël. Sa position sur le sujet a plus que jamais renforcé et confirmé notre conviction dans le choix que nous avons fait.

“Dans les pays anglo-saxons, Noël est un vieillard caduc, couvert de neige, qui porte dans un panier énorme les jouets aux enfants, en entrant réellement la nuit dans leur maison. Mais comment ce qui est le fruit de notre imagination pourrait-il développer l’imagination des enfants ? Nous seuls imaginons et non eux, ils croient, ils n’imaginent pas. […] Est-ce la crédulité que nous voulons développer chez nos enfants ? […] C’est nous qui nous divertissons de la fête de Noël et de la crédulité de l’enfant.” (Maria Montessori)

Le mythe du Père Noël

Je ne vais pas vous refaire l’historique de l’histoire du Père Noël. Qu’il descende de Saint-Nicolas, qu’il ait été recoloré par Coca-Cola ou qu’il soit aidé dans sa tache par une armée de petits lutins… j’ai envie de dire : peu importe.

Le Père Noël du point de vue des enfants

Après avoir observé un bon nombre d’enfants face à un Père Noël, le constat est sans équivoque : la majorité ont peur, surtout les plus jeunes d’entre eux (car lorsqu’ils grandissent certains enfants “prennent sur eux” pour faire plaisir aux parents le temps d’une photo!)

Peut-on leur en vouloir d’avoir peur de ce grand et gros monsieur habillé tout en rouge avec une grosse barbe qui lui cache la moitié du visage, de grosses lunettes qui lui cachent l’autre moitié, dont la tête et les longs cheveux sont recouverts par un impressionnant bonnet rouge et qui s’introduit la nuit dans leur maison?

De plus, on ne peut pas dire que les parents lui facilitent la tâche. Peut-être avez vous déjà entendu, vécu ou vous-même tenu les propos suivants :

  • Si tu n’es pas gentil(le) le Père Noël ne passera pas !
  • Attention, le Père Noël voit et entend tout ce que tu fais !
  • Est-ce que tu as été sage cette année pour mériter tes cadeaux ?

Le Père Noël serait donc une sorte de grand juge suprême sachant mieux que les autres ce dont l’enfant mérite ou non ?

Pas très rassurant du point de vue de l’enfant, n’est-ce pas ?

Pere noel juge suprême

Ce que développe le mythe du Père Noël chez l’enfant

Lors de mes recherches sur le sujet, je suis tombée sur une vidéo postée par le site “20 minutes” et dont le journaliste dit à propos du Père Noël : ” […] il apporte magie et féerie, surtout, il nourrit l’imaginaire des enfants dont le rapport à la réalité n’est pas encore formé”.

De nombreux psychologue ont en effet établit le fait qu’avant 4 à 5 ans l’enfant ne fait pas la différence entre le réel et l’imaginaire.

La question que l’on est en droit de se poser est donc la suivante : Est-ce le rôle des parents de nourrir l’imaginaire de l’enfant en lui faisant croire à n’importe quoi ? Nos enfants ne sont-ils pas capables, passé cet âge, de s’inventer leurs propres histoires ?

Le Père Noël pose plusieurs autres problèmes, la psychologue Anne Bacus en a soulevé quelques-uns qui ont retenu mon attention :

  • La confiance de l’enfant pour ses parents : Puisque cette histoire est racontée par papa et maman, elle est forcément vraie. N’oublions pas que l’enfant porte une confiance sans limite à ses parents.
  • Ne pas assumer ses choix : Avoir tendance à se décharger sur le Père Noël pour justifier le fait que l’enfant n’ait pas tous les cadeaux préalablement commandé.
  • La découverte de la vérité : Lorsque ce moment arrive à l’école l’enfant peut subir des moqueries et penser que ses parents l’ont trahi et peut même aller jusqu’à leur en vouloir.

Le mythe du Père Noël pose aussi le problème de la crédulité. On apprend à son enfant à croire en n’importe quoi en trouvant des réponses plus ou moins loufoques aux vraies questions qu’il se pose, et qu’il est en droit de se poser.

Notre choix sur la croyance au Père Noël et nos raisons

Nous avons donc pris la décision de ne pas faire croire Arthur et nos futurs enfants au mythe du Père Noël. C’est un choix personnel et réfléchit.

S’amuser de la naïveté et de la crédulité d’Arthur est un point sur lequel nous sommes complètement d’accord : il n’en sera pas question.

Nous voulons à tout prix développer la confiance qu’Arthur nous porte, cette confiance est le moteur de sa construction personnelle.

Nous lui expliquerons que d’autres parents, par choix ou par coutume, font croire à leurs enfants que le Père Noël existe. Nous lui raconterons l’histoire imaginée autour du Père Noël en insistant bien sur le fait que se soit une histoire.

Et puis surtout nous mettrons en avant les valeurs historiques et biblique de l’histoire de Noël, car c’est avant tout pour ces raisons que l’on célèbre cette fête. Je vous invite d’ailleurs à lire l’article sur les vendredis intellos “La grande préparation des cadeaux de Noël” dans lequel je propose des pistes pour parler de Noël a ses enfants et dans lequel je propose des activités occupant l’esprit et les mains de l’enfant.

Ce choix personnel ne nous fait bien entendu porter aucun jugement négatif sur les parents qui, par choix ou par tradition, font croire au Père Noël à leurs enfants.

C’est avec beaucoup de plaisir que nous lirons vos commentaires à ce sujet!

Nous vous souhaitons à tous de belles fêtes de fin d’année !

Amelie Blot
À propos de Amelie Blot

Je me rappelle étant petite que je disais à ma maman : “quand je serai grande je ne punirai pas mes enfants !”. Les années ont passé, je suis devenue maman et ce principe qui “était” en moi est plus fort que jamais. Je me forme au quotidien, à travers mes lectures enrichissantes et auprès de mon petit Arthur, à une méthode d’éducation respectueuse et bienveillante. J’espère pouvoir vous transmettre le goût de vivre la fabuleuse aventure de la parentalité tout en préservant l’épanouissement familiale si nécessaire au bonheur.

Articles similaires
Je ne passerai plus après mon bébé

Lorsque je suis devenue maman, la chose qui a été la plus dure pour moi, au delà de mes difficultés à Lire plus

Qu’est-ce que l’Éducation Positive en 7 Points Clés ?

On entend beaucoup parler ces derniers temps d'éducation positive et bienveillante. Ces grands concepts se font de plus en plus Lire plus

Communication Non Violente (CNV) : Les Bases

Combien de fois, suite à un comportement que l'on juge indésirable de la part de son enfant ou d'un autre Lire plus

Mes 5 meilleurs livres pour adultes

Aujourd'hui, j'aimerais te présenter les livres pour adultes que j'ai lus et que j'ai aimés cette année. Lorsque nous offrons Lire plus

Comment Être une Bonne Maman ?

C'est quoi être une bonne maman ? Et selon qui, quelles normes ou quelles valeurs ? Est-ce que l'éducation que Lire plus

10 Conseils Pour Voyager Avec Des Enfants

Tu envisages de partir en voyage avec tes enfants. On aimerait tous vivre un trajet et un séjour sereins malgré Lire plus