Apprendre à lire
Apprendre à lire avant le CP

7 raisons d’apprendre à lire avant 6 ans

Chère lectrice, cher lecteur,

Selon Maria Montessori, la période sensible du langage se situe entre 0 et 6 ans. C’est pendant cette période que l’enfant apprend simplement et naturellement à parler une langue, voire plusieurs langues mais également à apprendre à lire. Passé l’âge de 6 ans, les efforts à fournir pour apprendre à lire seront plus important de la part de l’enfant.

Fabien et moi sommes de grands lecteurs. Selon nous, les livres sont une ouverture sur le monde et des moyens d’apprendre extraordinaire. Maria Montessori, à travers sa pédagogie, préconise d’éveiller les enfants à la lecture dès leur plus jeune âge pour la simple et bonne raison que c’est entre 0 et 6 ans qu’ils en montrent pleinement l’intérêt et que c’est lors de cette période que l’apprentissage se fait le mieux.

“La capacité d’apprendre diminue considérablement après l’âge de six ans. Cette diminution s’accentue de plus en plus en vieillissant. La capacité d’apprendre est inversement proportionnelle à l’âge d’une personne” (Glenn Doman)

Nous avons donc multiplié les lectures sur le sujet afin de connaître les différentes approches existantes. Si vous souhaitez en savoir plus, parmi nos nombreuses lectures, voici 3 ouvrages très bien conçus qui ont vraiment retenu notre attention :

Glenn Doman dit la chose suivante à propos de l’apprentissage des bébés :

“Dès le jour de ma naissance, moi, bébé, je commence à apprendre et j’apprends vite. Apprendre est instinctif et naturel. L’apprentissage se fait sans aucun effort. Je n’ai jamais de doute quant à ma capacité d’apprendre. J’apprends, un point c’est tout. Avant l’âge de 6 ans, j’aurai probablement appris plus que je n’apprendrai pendant le reste de ma vie. Du jour de ma naissance, jusqu’à l’âge de six ans, j’apprendrai à marcher, à manger, j’apprendrai la propreté, les comportements sociaux adéquats et inadéquats. Je ferai aussi l’apprentissage du langage.”

Vous souhaitez aider votre enfant à acquérir l’un des plus grands savoir qu’est la lecture de manière naturelle et spontanée et vous voulez savoir ce que cela va lui apporter ?

A travers ce post je vais partager avec vous les 7 bénéfices que peuvent retirer les enfants qui sont stimulés à la lecture avant l’âge de 6 ans. Je vous donnerai également des pistes pour commencer à donner à votre enfant le goût de la lecture et décupler son envie d’apprendre à lire.

Apprendre à lire avant 6 ans : 7 bénéfices

Apprendre à lire à un enfant de moins de 6 ans va se faire différemment que les méthodes connues au CP. L’apprentissage va être beaucoup plus long mais moins fastidieux, récurent mais moins astreignant. L’idée étant de lui faire découvrir un nouveau moyen d’expression sans qu’il s’en rende compte. Dans son livre, Françoise Boulanger raconte à ce sujet une anecdote amusante à propos d’une bibliothécaire qui demande un jour à l’un de ses fils “qui t’as appris à lire ?” et l’enfant de répondre “Je savais dans ma tête !”

C’est cette idée d’apprendre sans efforts et le plus naturellement possible qui pousse les enfants à toujours vouloir aller plus loin dans leur démarche, d’approfondir les choses avec envie et motivation. C’est la réussite qui entraîne la motivation.

Voici donc 7 bénéfices que peut retirer un enfant lorsqu’il apprend à lire avant 6 ans :

1 . Une lecture plus rapide et une meilleure compréhension

Cette affirmation se repose sur des expérimentations dans lesquelles l’apprentissage précoce de la lecture a été menée sur des enfants. Il a été constaté que les enfants ayant appris à lire avant 6 ans lisaient plus rapidement et comprenaient plus rapidement le texte lu.

2 . Un vocabulaire plus riche

L’enfant qui a accès à la lecture de manière autonome déchiffre naturellement les mots qu’il rencontre. L’enfant va être amené à rencontrer plusieurs fois le même mot mais dans des contextes différents. Il va alors en comprendre le sens et le garder en mémoire. De cette manière, son vocabulaire s’enrichit considérablement et très rapidement.

3 . Une orthographe excellente

L’enfant fait appel à sa mémoire visuelle pour identifier un mot. Pour Françoise Boulanger, “Ce n’est pas en recopiant dix fois un mot qu’on améliore son orthographe“. Donc plus l’enfant voit le mot, plus il le mémorise.

4 . Un facteur de réussite scolaire

De nombreux enfants sortent du CP en ayant une lecture approximative. Certains redoublent même cette classe si le niveau de lecture et d’écriture est jugé trop insuffisant. L’enfant en difficulté est donc mis en échec par un système qui dicte à l’enfant d’apprendre à lire en 1 an. Au contraire, l’enfant ayant appréhendé la lecture avant 6 ans se trouvera plus détendu par rapport à sa scolarité, sera plus confiant en lui et éloignera de nombreux facteurs d’échec.

5 . Un lien entre parent-enfant

Plus les parents font d’activités avec leur enfant, plus l’enfant deviendra autonome tout en créant un lien très fort avec ses parents. Un sentiment de sécurité affective va s’instaurer et l’enfant pourra se concentrer sereinement sur ses apprentissages.

6 . Une soif de découverte assouvie

L’enfant est naturellement un explorateur. Il aime apprendre et retient très facilement tout ce qu’il voit. La lecture ouvre un univers infini de connaissance à l’enfant qui va pouvoir approfondir les sujets qui lui tiennent à cœur.

7 . Un plaisir de lire instauré

L’enfant qui lit naturellement, rapidement et ne montre aucun problème de compréhension gardera tout au long de sa vie le plaisir des livres et de la lecture.

Aider un enfant à apprendre à lire

Apprendre à lire doit être un moment de plaisir partagé entre l’enfant et le parent. Il faut bien prendre en compte le plaisir que l’enfant montre pour cet apprentissage. C’est également un moyen idéal pour instaurer une relation forte entre l’enfant et le parent.

Voici 3 pistes qui susciteront le plaisir d’apprendre à lire chez l’enfant:

1 . Parler à l’enfant

Dès le plus jeune âge il est important de parler à son bébé. L’importance est de lui donner envie d’interagir. Le bébé que l’on encourage à parler sera plus serein dans la construction de son langage.

2 . Les livres

Certains livres comportent beaucoup d’images. Ces livres sont très intéressant car ils permettent de nommer les objets/choses sur les images et d’enrichir par la même occasion le vocabulaire du bébé.

3 . Les histoires

Lire une histoire dans un livre dès le plus jeune va instaurer à l’enfant le reflex de prendre un livre pour le lire. C’est aussi un moyen pour l’enfant de visualiser des mots et d’en apprendre des nouveaux.

 A bientôt

Amélie


Si vous avez aimé le contenu de cette page et que vous souhaitez allez plus loin, j'ai posté plus de 250 vidéos sur YouTube sur la parentalité positive et bienveillante, le maternage proximal, le cododo, l'allaitement, la communication non-violente, l'éducation positive, l'écoute active, la pédagogie Montessori, l'accouchement naturel ou encore l'alimentation saine de l'enfant et de la famille.

J'ai certainement déjà répondu aux questions que vous vous posez dans une vidéo: Cliquez ici pour voir toutes les vidéos.


Si jamais, vous ne trouvez pas votre réponse dans l'une de mes vidéos, vous pouvez me prévenir dans les commentaires ici.
Opt In Image
Es-tu abonné à la lettre Famille Epanouie ?

Si tu n'es pas abonné à La Lettre, je t'invite à faire l’essai ci-dessous en inscrivant ton prénom et ton email. Pour démarrer, tu vas recevoir mon guide des 8 idées reçus sur l'éducation de nos enfants.

Chaque semaine, je partage mes réflexions sur la parentalité positive, le maternage proximal ou encore la pédagogie Montessori.
Je partage également les activités pédagogiques que nous réalisons à la maison 🙂

About Amelie Blot

Je me rappelle étant petite que je disais à ma maman : "quand je serai grande je ne punirai pas mes enfants !". Les années ont passé, je suis devenue maman et ce principe qui "était" en moi est plus fort que jamais. Je me forme au quotidien, à travers mes lectures enrichissantes et auprès de mon petit Arthur, à une méthode d'éducation respectueuse et bienveillante. J'espère pouvoir vous transmettre le goût de vivre la fabuleuse aventure de la parentalité tout en préservant l'épanouissement familiale si nécessaire au bonheur.

13 13 commentaires

  1. Grande impatience pour les enfants et grand doute pour les parents que la lecture. Dans les ouvrages cites, je ne connais que celui de Francoise Boulanger, qui ne nous a pas convenu. Il me semble qu’il faut vraiment trouver ce qui convient pour tous les membres de la famille. Pour mon fils dyslexique, nous avons alors utilise la planete des Alphas. Ses soeurs, agees alors de 3 et 5 ans ont voulu aussi “jouer”. Un succes chez nous. Maintenant qu’ils savent tous lire, nous apprecions les temps de lecture a plusieurs voix et l’histoire du soir avant de dormir reste lue par maman… Bonne lecture.

  2. C’est un fait que l’enfant apprend beaucoup plus facilement avant 6 ans. Mais l’apprentissage par le plaisir se fait toute la vie, et je trouve dommage de devoir cloisonner un apprentissage selon une tranche d’âge.

    Personnellement, je pense que chaque enfant est différent, et que chaque enfant évolue différemment. Les cerveaux des enfants ne sont pas “prêts” en même temps pour les mêmes apprentissages. Alors oui, il est très facile de donner envie à un petit d’apprendre à lire avant 6 ans (ma fille a 3 ans et demie et sait déjà déchiffrer les mots faciles, et pour elle ce n’est rien de plus qu’un jeu). En revanche, ce n’est pas anormal un enfant qui apprend à lire à 8 ans. Il n’était juste pas prêt avant.

    L’essentiel, finalement, ce n’est pas l’âge. C’est son plaisir et son enthousiasme dans l’apprentissage :-)

    • Bonjour Anne-Estelle,
      Je suis tout à fait d’accord avec toi sur le fait que cela doit toujours rester un plaisir d’apprendre et que l’apprentissage de la lecture peut se faire après 6 ans. Cependant, des études scientifiques ont démontré que le cerveau de l’être humain était très réceptif aux nouvelles informations pendant les 6 premières années. C’est une période ou l’apprentissage se fait fluidement et sans problèmes récurrents. Selon l’Agence Nationale de Lutte Contre l’Illettrisme, 7% des 18-65 ans sont en situation illettrisme. Cet article est simplement destiné à donner des pistes aux parents qui souhaitent accompagner leurs enfants à faire leur premier pas dans la lecture, sans pression et toujours en suivant le rythme de l’enfant, afin de maximiser les chances de réussites de l’enfant par la suite.
      Je précise toutefois que le cas contraire ne sera en rien un facteur d’échec :-)
      A très bientôt,
      Amélie

      • Oui, je comprends très bien le fait que le cerveau a plus de facilité à apprendre avant 6 ans. Ce que je voulais souligner, c’est que selon les enfants, les domaines d’apprentissages qu’ils auront envie d’approfondir seront différents. Et pour certains, l’apprentissage de la lecture se fera bien après 6 ans parce qu’ils auront consacré leur énergie à apprendre autre chose (d’aussi important, voir encore plus important à leurs yeux)
        Disons qu’en fait, avant 6 ans, c’est la période idéale pour proposer plein de sujets d’apprentissages à l’enfant, et l’accompagner dans ce qui l’intéresse le plus. Après 6 ans, il aura pris la bonne habitude d’apprendre avec plaisir et sans contrainte, et alors, ses possibilités d’apprentissage restent énormes même si ça décroit avec l’âge.

        Mais sinon, le contenu de l’article est top, et les ouvrages que tu conseilles sont effectivement très bien pour accompagner l’enfant dès son plus jeune âge dans l’apprentissage de la lecture. Mais si l’enfant ne veut pas apprendre, il ne faut pas le forcer, il est concentré sur autre chose et apprendra à lire plus tard :-)

    • J’adore votre commentaire!

  3. Je partage entièrement cet article. Ma fille a maintenant 6 ans et débute son CP sachant déjà lire. Elle a appris sans effort avec diverses méthodes présentées de façon ludique dès l’âge de 3 ans: méthode Montessorie, méthode d’Alain Dorville qui se fait en chantant (“Le roi des vents”). Lire et écrire sont pour elle un plaisir. Quand ses camarades découvrent les sons , elle en est au livres de la bibliothèque rose et à son petit carnet secret ( pas vraiment secret). Malgré cela, il n’y a pas de sentiment d’ennui à l’école, tout se passe bien. Lire avant 6 ans et sans effort, OUI c’est possible et je le recommande. N’enfermons pas nos enfants dans des casiers, faisons leur confiance, ils savent nous dire quand ils sont prêts à faire les choses, à nous adultes à trouver les bonnes méthodes.

    • Bonjour, j’ai cherché à acheter les cd d’Alain DORVILLE suite à votre commentaire mais introuvable. Un lien peut être?
      Merci

  4. Bonjour,
    Merci pour cet article qui me semble très pertinent.
    Une question simplement au sujet du troisième livre que vous recommandez : le seul commentaire dont il bénéficie sur Amazon est désastreux, qu’en pensez-vous ?

    • Bonjour Claire,
      En effet, le seul commentaire d’Amazon est négatif. Pour nous, ce livre est intéressant car il est très court et va vraiment à l’essentiel. La plupart des livres font des centaines de pages alors qu’ils ne contiennent qu’une ou deux vraies idées fortes. Le client en veut parfois pour son argent donc les auteurs peuvent avoir tendance à broder et à se répéter pour faire du volume.

  5. Aline flicoteaux

    Bonjour il est intéressant votre article mais ne donne pas la façon d apprendre à lire à l enfant. Comment faut il procéder an sachant que mes enfants adorent les livres et que je ne les force pas.

  6. Bonjour, dans le prolongement de cet article, que penses tu de la méthode des alphas? Je pense m’orienter vers ce « jeu » avec ma fille!merci

  7. Il faut faire attention parce qu’un enfant qui arrive à l’école et qui sait lire va s’ennuyer! À l’âge de 3 ans, je savais lire. À 4 ans, j’écrivais en lettres attachées et je multipliais.
    À 5 ans, au lieu d’aller à la maternelle, on m’a placé en première année. Je m’ennuyais tellement que je dérangeais la classe, j’étais impatiente envers les autres enfants parce que pour moi, c’était tellement facile! La prof a vite compris que ça ne changerait pas et elle m’utilisait comme mini-prof, tout en m’expliquant que les autres élèves avaient de la difficulté et que, moi aussi, j’avais dû apprendre en faisant des erreurs. J’ai travaillé ma patience. À ce jour, c’est la seule enseignante qui a su me calmer.
    Au milieu de la 2e année, juste après les vacances de Noël, j’ai changé de niveau pour aller en 3e. J’étais constamment en pénitence, au bureau du directeur. Je mangeais seule pour ne pas déranger les autres élèves…. Bref, j’avais de l’énergie et l’école n’était aucunement stimulante pour moi !
    Les élèves avaient tous 2 ou 3 ans de plus que moi dans ma nouvelle classe, mais je m’ennuyais encore et je dérangeais. La direction voulait que ma mère me donne du Ritalin pour mes troubles de comportement.

    Je ne dis pas que si votre enfant sait lire avant l’entrée à l’école, il aura des troubles de comportement. Il aura peut-être des profs qui lui donnera des responsabilités et des livres à lire, etc.
    Par contre, je vous suggère de ne pas trop l’avancer pour sa vie sociale. Un enfant qui s’est fait raconté beaucoup d’histoires et qui a un vocabulaire riche, c’est génial. Un enfant qui sait déjà lire, écrire et compter à sa rentrée en maternelle ou en 1ère, c’est autre chose….

    Je suis maintenant enseignante et je vois les enfants qui viennent d’un milieu plus stimulant. Ils ont des connaissances générales vastes, des intérêts précis que les autres n’ont pas nécessairement, car ils n’ont pas été exposés à autant d’éléments culturels. Bref, je suggère à tous les parents d’encourager leurs enfants vers la lecture et à les faire découvrir plusieurs types de lecture (contes, bandes dessinées, petits romans, livres muets, magazines, livres de recettes, liste d’épicerie, note du médecin, etc.). Ils verront vite l’importance de l’écriture et de la lecture et ils s’y intéresseront probablement davantage.

    Pour favoriser leur réussite sociale et leur socialisation en général, ne leur apprenez pas tout, laissez-les expérimenter l’école et enrichissez leurs connaissances à la maison plutôt que de leur enseigner les compétences qui seront apprises à l’école !

    J’ai beaucoup trop écrit… oups! Et je ne me relirai pas, excusez les erreurs….

    • Je ne dis pas que si votre enfant sait lire avant l’entrée à l’école, il aura des troubles de comportement. Il aura peut-être des profs qui lui donneront****** des responsabilités et des livres à lire, etc.

      Ça m’a sauté aux yeux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.