La discipline… ou l’art et la manière de laisser son enfant « être un enfant », tout en obtenant de lui le meilleur…

La discipline est un vaste sujet au sein duquel on trouve beaucoup de choses.

Nous sommes certains que vous vous êtes déjà posé des questions sur vos façons de faire… ET C’EST NORMAL !

La parentalité est un apprentissage quotidien : on ne naît pas parents, on le devient.

Nous pouvons presque affirmer que tout le monde à un avis sur la discipline à inculquer à vos enfants (parents comme non parents). Dans beaucoup de cas, les personnes de « bons conseils » ne se préoccupent ni de l’âge, ni du stade de développement de votre enfant.

Leur jugement est alors implacable lorsque vous leur racontez que lors du dernier repas familial votre petit dernier de 10 mois n’a pas voulu toucher à son plat de légume et que vous lui avez quand même donné un dessert… En un éclair vous voyez apparaître sur le visage de votre interlocuteur une sorte de mépris justifié par une réponse dans laquelle vous entendez invariablement qu’il ne faut pas céder et que si votre enfant ne veut pas finir son plat il ne doit pas sortir de table ou qu’il ne doit pas passer au dessert, quitte à le punir ou l’envoyer dans sa chambre.

Vous êtes alors plongé dans le doute d’avoir bien ou mal fait, avec en bonus l’étiquette de « parent permissif » ou « parent faible » avec un « enfant-roi » à charge… Très réjouissant comme tableau !

Il faut toujours avoir en tête le fait qu’un même comportement ne peut pas être traité de la même manière suivant l’âge de l’enfant.

A travers cet article, nous résumons l’un des chapitres portant sur la discipline du livre « Tout se joue avant 6 ans » du Docteur Fitzhugh Dodson. Le but est de vous aider à ne pas tomber dans les pièges les plus répandus en vous exposant les 5 points essentiels pour que votre enfant apprenne à se maîtriser et se conduire de manière positive à la maison comme à l’extérieur.

1. Soyez écouté
Il est inutile de vouloir enseigner quelque chose à un enfant qui n’est pas en condition de recevoir et d’intégrer. Si l’enfant pleure, qu’il boude ou qu’il est en colère, votre message n’aura aucun effet positif sur lui.
S’il a fait une mauvaise action et que vous lui faite la morale en le rabaissant, en le grondant ou en le punissant, il y a de forte chance pour qu’il recommence car au final il n’a pas compris son erreur.
Au contraire, faites passer votre message dans le calme, responsabilisez votre enfant, expliquez lui pourquoi il peut faire certaines choses et pas d’autres.

2. Assurez vous que votre enfant soit capable de faire ce que vous lui demandez
Sachez que votre enfant est dans un développement perpétuel dès lors ou il sort du ventre de sa maman. Tous les enfants n’ont pas le même rythme, il faut donc faire attention de ne pas comparer les enfants entre eux et ce dire que si votre aîné faisait telle chose à un certain âge là le deuxième peut très bien le faire également.
Par exemple, il est inutile de vouloir rendre son enfant propre avant deux ans, car avant cet âge, la plupart des enfants n’ont tout simplement pas la faculté de contrôler ni leur sphincter, ni leur vessie.
Observez votre enfant afin de lui enseigner les choses au bon moment par rapport à son propre stade de développement.

3. Évitez les punitions
Il est tout à fait possible d’apprendre ce que nous voulons aux enfants sans avoir recours aux punitions. Le tout est  de comprendre pourquoi l’enfant à fait quelque chose que nous, parents, ne jugeons pas bonne.
Par exemple, un enfant de 2 ans qui crayonne les murs est en train de découvrir son environnement. Si vous ne voulez pas qu’il recommence laissez lui un espace ou il peut crayonner à sa guise et veillez à ne pas lui laisser les crayons en permanence à disposition (vous pouvez lui proposer de dessiner lorsque vous êtes à proximité). A contrario, un enfant de 5 ans sait qu’en crayonnant les murs il fait quelques choses qui va vous vexer, il exprime très certainement une colère ou une frustration. Au lieu de le punir faites le parler pour connaître la raison de sa colère, ensuite, expliquez lui qu’il doit respecter l’environnement familiale et combien ce qu’il a fait est embêtant. Ce comportement incitera votre enfant à aller vous parler lorsque quelque chose le gênera à l’avenir.
Privilégiez toujours le dialogue positif à la sanction, votre enfant verra sa confiance en vous renforcé et l’envie de vous obéir se fera d’autant plus naturellement.

4. Offrez lui du temps
Les enfants, d’une manière générale, recherchent l’attention de leurs parents. Lorsque votre enfant fait quelque chose d’agréable et de gentil, consacrez lui du temps pour vous amuser avec lui. Votre enfant sera très heureux de pouvoir jouer avec vous et il comprendra très vite que votre amour et votre affection sont des « récompenses » à tout ce qu’il fait de bien.
Au fil du temps, les « jeux en famille » deviendront de vrais moments de complicité qui vous uniront très fortement à vos enfants.

5. Encouragez ces efforts
Il est très fréquent de voir les comportements négatifs des enfants, tel que cris, colères, coups… immédiatement réprimandés par les parents, or, lorsque votre enfant s’applique à faire un joli dessin ou lorsqu’il joue tranquillement avec l’un de ses jouets, est ce que vous allez le voir pour lui dire que vous appréciez ce moment de calme et que vous aimez le voir se comporter de cette manière ? Souvent la réponse est NON.
Essayez d’ignorer les comportements déplaisants de votre enfant et complimentez les comportements agréables.
Attention cependant à ne pas mélanger « encouragements » avec « félicitations démesurées ». Par exemples, lorsque votre enfant ramène de bonnes notes à l’école vous pouvez lui dire que c’est bien pour lui car de cette manière il pourra choisir entre différentes orientations qui lui donneront accès au métier qu’il voudra. A aucun moment l’enfant ne doit sentir qu’il ramène de bonnes notes pour vous, car dans ce cas, dès qu’il voudra vous montrer son mécontentement il ne travaillera plus, or c’est lui qui en sera pénalisé… mais ça votre enfant n’a pas forcément la capacité de le comprendre.

Maintenant que nous vous avons exposé les points principaux du Docteur Fitzhugh Dodson pour que votre enfant ait un comportement agréable tout en préservant l’équilibre et l’harmonie dans votre foyer, sachez que les changements n’apparaissent pas du jour au lendemain (cela serait trop facile).

C’est un nouveau mode de réflexion à instaurer. Les premiers jours seront les plus difficiles car vous passerez sûrement beaucoup de temps à expliquer, écouter et répéter. Par contre, une fois le contact réinstauré entre vous et vos enfants, vous verrez que tout sera beaucoup plus naturel et fluide. Vos enfants vont très vite se montrer très reconnaissant envers vous pour votre  nouvelle façon d’être avec eux. Et leur coopération facile sera votre plus belle récompense.

Alors persévérez et tenez bon!
N’hésitez pas à réagir à cet article, et si vous avez besoin de soutient ou d’être conforté, nous sommes à votre écoute.

A très bientôt
Amélie et Fabien

Opt In Image
Es-tu abonné à la lettre Famille Epanouie ?

Si tu n'es pas abonné à La Lettre, je t'invite à faire l’essai ci-dessous en inscrivant ton prénom et ton email. Pour démarrer, tu vas recevoir mon guide des 8 idées reçus sur l'éducation de nos enfants.

Chaque semaine, je partage mes réflexions sur la parentalité positive, le maternage proximal ou encore la pédagogie Montessori.
Je partage également les activités pédagogiques que nous réalisons à la maison 🙂

About Amelie Blot

Je me rappelle étant petite que je disais à ma maman : "quand je serai grande je ne punirai pas mes enfants !". Les années ont passé, je suis devenue maman et ce principe qui "était" en moi est plus fort que jamais. Je me forme au quotidien, à travers mes lectures enrichissantes et auprès de mon petit Arthur, à une méthode d'éducation respectueuse et bienveillante. J'espère pouvoir vous transmettre le goût de vivre la fabuleuse aventure de la parentalité tout en préservant l'épanouissement familiale si nécessaire au bonheur.

4 4 commentaires

  1. Bonjour Amélie, merci pour le partage laissé sur mon blog (blog.delphinebardon;com)!
    C’est une chance que nous avons de pouvoir se faire confiance, suivre nos intuitions, prendre du recul par rapport à ce que nous disent nos proches et relativiser. C’est tellement d’énergie économisée et de moments de partage et de sérénité gagnés avec nos enfants ! quelques semaines après l’écriture de cet article je peux témoigner que ma fille peut maintenant s’endormir sans moi. Elle est prête ! et tout s’est fait dans la confiance et la patience…
    J’ai parcouru votre blog et lu quelques-uns de vos supers articles. Encore une chouette ressource de plus pour les parents, merci à vous :-)

  2. merci je viens de découvrir votre blog

  3. Bonjour, j’ai parcouru quelques articles et j’aime beaucoup votre blog. Mais parlons de cet article en particulier ;) j’adhère aux principes exposés : donner du temps, éviter la punition, respecter le développement de l’enfant, ne pas toujours focaliser sur le négatif etc. Cependant je suis en total désaccord avec la phrase « il comprendra très vite que votre amour et votre affection sont des « récompenses » à tout ce qu’il fait de bien », même si je comprends l’idée du paragraphe! Notre amour est le carburant pas une récompense! D’ailleurs la récompense n’est que l’autre pendant de la punition… Après je comprends que vous puissiez me prendre pour une « chicaneuse » comme on dit sachant qu’il n’y a qu’une phrase sur tout l’article avec laquelle je suis en désaccord. Il me semblait cependant très important de le soulever car vous l’avez compris ce n’est pas qu’une simple phrase pour moi car j’y mets beaucoup de choses derrières, interprétations que vous ne partagez peut-être pas, je serai donc ravie d’avoir votre avis et d’échanger sur ce sujet! Une citation me revient en tête, je ne sais plus où je l’ai lue ni de qui elle vient, elle disait en substance « c’est lorsqu’ils semble le moins en « mériter » que les enfants ont le plus besoin de notre amour »… Au plaisir de vous lire en retour!

    • Bonjour Jesslln,
      Merci pour votre commentaire constructif qui permet en effet d’apporter plus de clarté à cette phrase. Comme vous l’avez dit, il s’agit du sens du paragraphe dans sa globalité qu’il faut prendre. En fait, l’enfant comprend que par son comportement, il peut agir sur celui de ses parents. Lorsque son comportement est positif, celui de ses parents l’est aussi. Cela, l’enfant le comprend assez vite et assez tôt. Il va donc rechercher à vivre de telles situations avec ses parents. Il s’agit plus d’une « récompense » familiale car tout le monde en profite. C’est le cercle vertueux de la positivité : le positif engendre le positif. C’est l’idée que nous voulions faire passer dans ce paragraphe et au travers de cette phrase (peut être maladroitement formulée…).
      Nous sommes clairement d’accord avec vous pour dire que l’amour et l’affection sont à caractère inconditionnels.
      A très bientôt,
      Amélie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.