bonne-mere

Mère au Foyer : Comment trouver l’épanouissement personnel en assumant ce rôle familial ?

Tu as fait le choix conscient, courageux et honorable d’être mère au foyer. Mais la réalité de ce qui vient avec ce statut n’est pas toujours facile à gérer. Premièrement, parce qu’on ne nous y prépare pas. Et deuxièmement, parce que l’on se retrouve face à soi-même, avec la responsabilité quotidienne d’un autre être vivant (ou plusieurs!), à vivre parfois l’impuissance sociale liée à notre statut et à l’absence de revenu direct ou encore la non-reconnaissance de cette mission.

Comment trouver des repères  dans cette nouvelle vie ? Comment être mère au foyer sans oublier l’importance d’y trouver l’épanouissement personnel auquel nous avons droit ? Je te donne dans ce nouvel article quelques conseils pour t’aider à trouver ton équilibre et vivre une vie de maman épanouie à la maison.

Être réaliste et connaître ses limites

Être femme au foyer ne veut pas dire être une maman parfaite, sans limite physique, au risque de ressentir la culpabilité de ne pas réussir à assumer ce rôle. La première chose à faire est d’être réaliste et identifier clairement la charge de travail qui nous incombe. Emmener et aller chercher les enfants à l’école, faire les courses, gérer les démarches administratives, faire le ménage, gérer les lessives, organiser et préparer les repas, etc. Selon la répartition des tâches au sein du foyer, il est important de quantifier le temps que l’on va y passer. Car ce n’est pas parce que nous sommes à la maison que notre journée s’en trouve rallongée! Au contraire :)

Il est également important de prendre en compte le fait que l’on ait un enfant avec nous pendant la journée ou non (s’ils sont tous à l’école ou en garderie pour une partie de la journée par exemple). En effet, notre temps disponible et productif n’est évidemment pas le même lorsque nous sommes seules, sans enfant. En prenant un papier ou ton agenda et un stylo, on pose tout ça par écrit et à partir de là, on peut réellement s’organiser. C’est un peu comme être travailleur indépendant et devoir organiser son temps de travail pour être suffisamment productif,  mais aussi connaître ses contraintes, ses limites physiques et de temps !

S’affranchir des préjugés sur la mère au foyer

Être femme au foyer dans notre société actuelle est loin d’être évident à assumer. Le mouvement féministe grandissant pour aller chercher plus de reconnaissance et d’égalité dans le milieu professionnel vient contredire le désir de certaines femmes à vouloir passer plus de temps auprès de leurs enfants. La valorisation croissante du travail vient décrédibiliser ce choix.

“Du coup, c’est ton mari qui paye tout? Ça ne te gêne pas? Tu n’es pas trop frustrée de ne pas gagner d’argent? Vous vous en sortez avec un seul salaire? Pas trop ennuyeux de rester à la maison? Ça ne te manque pas de voir du monde? Tu ne déprimes pas? Tu n’as pas peur de ne plus pouvoir retravailler?”

Sans rentrer dans un système de justification permanente, tu as le droit de remettre gentiment les gens à leur place si tu estimes que cela ne les regarde pas. Une femme au foyer aujourd’hui, c’est une femme qui choisit d’accorder du temps à ses enfants à un moment où elle en ressent l’envie et probablement à une période où ses enfants en ont besoin aussi.

Mais en fait, peu importe les raisons, elles peuvent être multiples, et c’est tout à ton honneur. Si tu es heureuse d’avoir fait ce choix, la meilleure réponse que tu puisses donner à ton entourage, c’est de leur montrer que ça te convient comme cela. Sinon, c’est un autre sujet, mais rien ne t’oblige, encore une fois à accorder de l’importance au regard extérieur.

Se donner de la valeur et ne pas s’oublier

Femme au foyer

Que cette décision soit financière, contrainte ou un choix éducatif, il est primordial de ne pas s’oublier dans l’équation. Investir du temps dans le projet éducatif que l’on a pour nos enfants demande une réelle énergie. Certains parents font le choix, comme nous, d’un projet d’Instruction en Famille (IEF). C’est donc un temps et un travail considérable qui nous est demandé en tant que femme au foyer. Reconnaître cette valeur et se féliciter pour ça est important. Cette mission est un travail précieux, tout aussi valorisant que n’importe quelle personne qui choisit, tout simplement, de s’investir dans un projet, quel qu’il soit. Il faut bien avoir conscience que l’extérieur est toujours notre miroir. En donnant de la valeur à ce que tu entreprends, les autres te reconnaîtront cette valeur parce que tu te seras donnée cette importance.

Ensuite, pour pouvoir donner autant d’énergie et de temps à tes enfants, tu auras besoin de pouvoir te recharger régulièrement. J’en parle dans cet article qui traite de “Comment être une bonne maman ?”. Et pour cela, ta journée ou ta semaine doit forcément inclure un temps pour toi. Sans ça, ce choix risque de devenir une source de burn-out maternel et un projet subit… Et bien sûr, il n’y a pas qu’un seul modèle de mère au foyer. Ce congé parental peut aussi être partiel et inclure une activité professionnelle. Le tout est d’être pleinement en accord avec cette décision.

Une décision qui doit se prendre ensemble

Si tu es en couple, il est préférable que ce choix soit accepté de vous deux. Il est important de discuter entre vous de vos raisons respectives avant de prendre cette décision. Au risque de créer un malentendu qui dure, communiquer sur des sujets comme la charge financière, la durée du congé parental, la reprise ou non d’un travail à l’issue du congé, ou encore la répartition des tâches, sera essentiel au bon déroulement du projet.

Si cette décision a été prise unilatéralement ou bien que tu as l’impression que tu n’avais pas le choix et qu’elle n’est pas bien vécue, tu peux peut-être commencer par te demander pourquoi tu l’as acceptée. Comment serait ta vie actuelle si cette décision n’avait pas été prise ? Est-ce insurmontable ? Y a t-il une autre option, même plus risquée, mais avec laquelle tu serais plus en phase, qui pourrait être envisagée ? Cette option a probablement le droit d’être au moins étudiée à fond. N’oublie pas que tes enfants ont besoin d’une maman heureuse, pas d’une maman parfaite. Dis-toi que l’exemple d’une maman qui fait des choix en conscience, qui se respecte et prend soin d’elle est celui qu’il auront naturellement envie de suivre pour eux.

J’espère que cet article t’aura aidée à construire ou améliorer ton projet pour être certaine d’être une femme au foyer sereine et épanouie, pleinement heureuse de ses choix.

Prends soin de toi et de tes enfants,

Amélie


Si vous avez aimé le contenu de cette page et que vous souhaitez allez plus loin, j'ai posté plus de 250 vidéos sur YouTube sur la parentalité positive et bienveillante, le maternage proximal, le cododo, l'allaitement, la communication non-violente, l'éducation positive, l'écoute active, la pédagogie Montessori, l'accouchement naturel ou encore l'alimentation saine de l'enfant et de la famille.

J'ai certainement déjà répondu aux questions que vous vous posez dans une vidéo: Cliquez ici pour voir toutes les vidéos.


Si jamais, vous ne trouvez pas votre réponse dans l'une de mes vidéos, vous pouvez me prévenir dans les commentaires ici.
Opt In Image
Es-tu abonné à la lettre Famille Epanouie ?

Si tu n'es pas abonné à La Lettre, je t'invite à faire l’essai ci-dessous en inscrivant ton prénom et ton email. Pour démarrer, tu vas recevoir mon guide des 8 idées reçus sur l'éducation de nos enfants.

Chaque semaine, je partage mes réflexions sur la parentalité positive, le maternage proximal ou encore la pédagogie Montessori.
Je partage également les activités pédagogiques que nous réalisons à la maison 🙂

About Amélie Blot

Je me rappelle étant petite que je disais à ma maman : "Quand je serai grande, je ne punirai pas mes enfants !". Les années ont passé, je suis devenue Maman et ce principe ,qui "était" en moi est plus fort que jamais. Je me forme au quotidien, à travers mes lectures enrichissantes et auprès de mon petit Arthur, à une méthode d'éducation respectueuse et bienveillante. J'espère pouvoir vous transmettre le goût de vivre la fabuleuse aventure de la parentalité tout en préservant l'épanouissement familiale si nécessaire au bonheur.

2 2 commentaires

  1. Bonjour, moi je suis père au foyer, à mi temps une semaine sur deux je suis super content mais ce n’est pas toujours facile, heureusement qu’il y a les copains et copines pour ne pas me sentir isoler. Bref pour dire que vous avez oublié les hommes dans votre article. Ça fera plaisir à vos amis féministe et peut être encore plus peur à celles.eux qui ne valorise que le travail rémunéré :)

  2. Bonjour,

    Article intéressant ! En revanche, je trouve dommage de ne pas du tout évoquer le rôle des pères au foyer. Je sais bien qu’ils ne sont pas nombreux, mais en les excluant systématiquement de ce genre d’article, ils ne seront pas plus nombreux demain ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.