Comment les pédagogies alternatives inspirent notre quotidien ?

Comment les pédagogies alternatives inspirent notre quotidien ?

Chères lectrices, chers lecteurs,

Arthur, notre premier enfant né fin 2012, a fait de nous des parents. Mais être parent, est-ce facile au quotidien ? Comment gérer les émotions d’un si petit être ? Comment aider son enfant à se développer harmonieusement ? Comment le guider chaque jour avec humilité et sans prétention afin qu’il se construise de manière saine et équilibrée ?

Nous sommes passés par ces questionnements. Une vocation s’est alors inscrite en nous, celle de toujours considérer nos enfants comme des personnes à part entière, de leur offrir la sécurité affective dont ils ont tant besoin pour se construire, de répondre à leurs besoins, de procéder à une approche empathique et bienveillante, de favoriser leur autonomie et leurs approches expérimentales.

Pour cela, nous avons nous même besoin de nous nourrir d’enseignements, de nous former à ces approches. Depuis 3 ans et demi, nous sommes immergés au quotidien dans cet élan bienveillant, il prend racine en nous, nos réflexes ont changé, notre façon de vivre aussi. Nous voyons de nouveaux automatismes se mettre en place et le naturel de nos actions en est le symbole le plus fort.

A travers cet article je souhaite vous présenter ce que nous “prenons” de chaque pédagogies, approches et autres alternatives. L’idée n’est pas de faire des présentations théoriques de ces pédagogies mais plutôt de vous indiquer ce que nous apprécions, ce que nous retenons, ce que nous mettons en place et comment ces pédagogies alternatives inspirent notre quotidien, le tout dans une démarche globale et harmonieuse.

Ces approches sont appelées “pédagogies alternatives“, c’est à dire qui diffèrent de la pédagogie traditionnelle. D’un point de vue tout à fait personnel je trouve cela dommage que ces pédagogies restent perçues comme des courants alternatifs. Une généralisation et une banalisation de ces pédagogies au sein des foyers et dans les écoles serait un avantage considérable pour les générations actuelles et celles à venir. J’aime penser que “la machine” est en route, et qu’avec le temps, le changement s’inscrira efficacement et durablement.

L’ordre de présentation de ces pédagogies est fait de manière aléatoire. Je commence cependant en toute courtoisie par les femmes (et par la pédagogie Montessori car c’est avec elle que nous avons commencé ce beau voyage… ;-) ).

La pédagogie Montessori

Maria Montessori a été notre première référence à la naissance d’Arthur. L’enfant a été notre premier livre en matière d’accompagnement de l’enfant, et quel livre ! Il nous a ouvert les yeux, il nous a permis de croire qu’il était possible de faire autrement, il nous a donné assez d’énergie pour passer de l’envie à la pratique, et surtout il a ouvert notre appétit littéraire dans le domaine de la parentalité.

Cette pédagogie repose sur un apprentissage expérimental et concret mené par l’enfant selon ses goûts et ses aspirations. L’autonomie de l’enfant est favorisée et motivée par la préparation d’espaces adaptés aux besoins et à la physiologie de l’enfant et par la présentation d’outils de travail spécifiques aux caractéristiques bien particulières. C’est que nous appelons le matériel Montessori.

Nous avons donc crée nos différents espaces et réaménagé notre intérieur pour favoriser l’autonomie de nos enfants. Nous proposons un matériel adaptés à leur stade de développement. Ce matériel favorise leur autonomie, développe leur curiosité et leur permet de prendre confiance en eux et en leurs capacités.

Cette pédagogie influence également nos comportements d’adultes. Nous attachons beaucoup d’importance à l’harmonie, nous soignons les détails afin de susciter l’intérêt. Nous fabriquons beaucoup de choses par nous-mêmes, autant dans une finalité pédagogique que dans un but économique. Nous achetons peu mais nous achetons mieux !

Pour en savoir plus, vous trouverez sur le blog une rubrique consacrée à la pédagogie Montessori.

l-enfant-maria-montessori

La pédagogie Charlotte Mason

Cette pédagogie nous mène dehors par tous les temps :-)

Lorsque le matériel coûte trop cher ou ne peut être fabriqué par nos soins, nous utilisons ce que nous avons dans nos placards et surtout : ce que nous offre la nature. Nous sortons chaque jour et 90% de nos sorties sont consacrées à des ballades dans la nature (en forêt et dans les parcs). La nature nous offre tellement de cadeaux. C’est une source intarissable de créativité, chaque saison permet de planter un décor différent et le renouvellement des saisons offre une diversité et une richesse incroyable.

Comme dans la pédagogie Charlotte Mason, nous consignons chacune de nos observations dans un cahier, cela nous permet d’en faire des descriptions plus abouties et de conserver une trace de notre “travail”. Cela nous permet également de porter un regard global sur le chemin parcouru (regard apprécié tant par l’enfant que par le parent).

cahier-charlotte-mason

charlotte-mason

La pédagogie Célestin Freinet

Nous empruntons à la pédagogie Freinet l’apprentissage concret par le tâtonnement expérimental.

“Il s’agit de laisser les enfants émettre leurs propres hypothèses, faire leurs propres découvertes, éventuellement constater et admettre leurs échecs mais aussi parvenir à de belles réussites dont ils peuvent se sentir les vrais auteurs.” (Célestin Freinet)

A 3 ans et demi, Arthur n’est capable de se concentrer pleinement que sur une durée limitée. Nous cherchons donc toujours à provoquer une implication rapide de sa part dans une tâche. Par le tâtonnement, il essaie, produit, crée. Certaines fois nous voyons un résultat concret se former, mais quoi qu’il arrive, le goût de l’entreprise est toujours présent. Avoir l’esprit d’initiative, l’envie de se mettre à l’ouvrage et vivre un apprentissage concret, avec ou sans résultat “palpable”, sont des notions qui nous séduisent et que nous cherchons pleinement à exploiter. Notre rôle est alors de laisser faire l’enfant et de n’intervenir que s’il en fait  la demande, mais toujours le plus discrètement possible afin de ne pas interférer sur ses idées.

arthur-argile

La pédagogie Steiner-Waldorf

Le développement du côté artistique qui  ressort d’une activité manuelle est l’un des points qui nous semble le plus séduisant dans la pédagogie Steiner-Waldorf. Chercher à obtenir une cohérence, faire ressortir une harmonie, laisser une empreinte visuelle, développer la créativité. Nous considérons l’art comme une véritable forme d’expression que nous encourageons.

A travers cette pédagogie, nous apprécions également le fait d’apprendre par l’imitation et le jeu. Nous espérons apporter à nos enfants des repères simples et concret qui stimuleront leur esprit d’initiative. Par le jeu libre, nous les laissons explorer, découvrir, sentir, ressentir, découvrir, comprendre, raisonner afin qu’ils se forgent leurs opinions, leurs convictions et leur liberté de penser.

arthur-dessin

L’approche Reggio

Ce qui nous séduit dans cette approche, c’est le fait de laisser l’enfant entreprendre par lui-même, de le laisser seul face à un “matériel” afin qu’il s’en imprègne et se mette à créer. Je trouve beaucoup de similitudes entre l’approche Reggio et la pédagogie Montessori à la différence que la pédagogie Montessori propose un matériel spécifique à l’enfant alors que l’approche Reggio favorise l’esprit de créativité avec toutes sortes de choses (fleurs, perles, bouts de bois, herbes… etc)

arthur-bourboule

Ces différentes pédagogies nous inspirent chaque jour. Il ne s’agit pas d’une liste exhaustive, mais plutôt de nos sources d’inspirations pour le moment. Ce que nous retenons de ces pédagogies n’est pas non plus exhaustif, chacun peut y voir des intérêts différents et piocher diverses idées. D’ailleurs, selon les âges de l’enfant, les intérêts au sein même de ces pédagogies peuvent être différents. J’aime l’idée de partir d’une idée, d’un principe puis d’inviter la créativité et le libre arbitre sur son chemin. J’aime aussi me laisser guider par mes enfants, ils savent tellement bien me montrer ce dont ils ont envie. Et c’est aussi ce que j’aime à travers ces pédagogies alternatives qui ont ce point commun : celui de laisser l’enfant acteur de ses apprentissages.

Prenez soin de votre famille

A très bientôt

Amélie

Les écoles Montessori sont-elles réservées aux riches ?

Les écoles Montessori sont-elles réservées aux riches ?

L’école Montessori est-elle LA solution pour l’école de demain ? Alors que le ministère de l’éducation nationale est en “crise” depuis de très nombreuses années entre les réformes pour les changements de rythme scolaire, le système de notation ou encore la question des devoirs à la maison. On a dû mal à s’y retrouver, et surtout, nous avons l’impression que rien nos changes pour nos petits écoliers !

Alors que les enfants passent une bonne partie de leur temps à l’école, nous sommes en mesure de se poser qui nous paraît essentielle : les petits Français d’aujourd’hui aiment-ils l’école ? Après diverses recherches sur internet, j’avoue ne pas avoir trouvé la réponse via une enquête sérieuse. Cependant, vous pouvez toujours effectuer un petit sondage auprès de vos propres enfants et ceux de votre entourage !

La France, qui est la 6ème puissance économique mondiale, n’est classée qu’au 25e rang du dernier classement Pisa (Programme for International Student Assessment qui évalue tous les trois ans les élèves de 15 ans dans les pays de l’OCDE). Le bat blesse notamment en mathématiques et les écarts se creusent de plus en plus entre les “bons” élèves et les “mauvais” élèves.

Il existe pourtant des solutions qui font leur preuve et qui permettent aux enfants de trouver naturellement l’envie d’apprendre, d’aller à l’école et de faire de nouvelles découvertes. Ces solutions, on les retrouve dans “les méthodes alternatives”. Il s’agit des pédagogies Montessori, Freinet ou encore Steiner.

Les principes de bases d’une école Montessori

Une école Montessori s’appuie sur les principes suivants :
– Développement de l’autonomie
– Développement de l’esprit critique
– Apprendre en faisant
– Esprit d’entraide, de coopération, et de respect mutuel

Enfants dans une école Montessori

Enfants dans une école Montessori

Une école Montessori est bien souvent hors de prix pour la majorité des parents. Hormis les écoles Freinet qui sont très souvent publiques, les écoles Montessori sont complètement privées.

Ce sont même, dans la plupart des cas, des écoles entièrement financées par les parents. Les frais de scolarité, alors trop souvent exorbitants, rendent ces écoles presque uniquement réservées aux classes sociales privilégiées.

C’est d’ailleurs un argument que nous entendons parfois afin de justifier que peu importe le système d’apprentissage, ces enfants des “classes plus aisées” auront de bons résultats. Comprenez par là que ce n’est pas le système d’apprentissage qui donne de bons résultats mais plutôt le fait que les parents encadrent bien leurs enfants.

Si l’argument peut-être recevable (mais non généralisable), il serait ainsi intéressant de tester ces méthodes alternatives dans des écoles plus défavorisées. Et cela tombe bien car une institutrice a réalisé ce travail :-)

C’est donc avec beaucoup d’intérêt que nous suivons le travail de Céline Alvarez. Une institutrice qui a mis en place, pendant 3 ans, la pédagogie Montessori dans une classe maternelle de ZEP de Gennevilliers. Les résultats qu’elle a obtenu avec ses élèves et la méthode utilisée méritent que l’on s’y intéresse de près.

L’école Montessori à l’essai dans une école publique

celine-alvarez

Celine Alvarez a transforme une classe maternelle en école Montessori

Céline Alvarez, formée à la pédagogie Montessori, diplômée d’un master en sciences du langage et ayant passé avec succès le concours de l’IUFM, propose, en 2011, d’expérimenter la mise en place de la pédagogie Montessori dans une maternelle de l’école publique de Gennevilliers.

Les enfants de cette classe, âgés de 3 à 5 ans, ont préalablement effectués des tests dans un laboratoire du CNRS qui ont révélé qu’ils étaient sous les “normes nationales” en terme de mémoire, de raisonnement conceptuel et d’arithmétique.

La mise en place

Le matériel que l’on trouve traditionnellement dans une classe de maternelle a été enlevé au profit du matériel spécifique que l’on retrouve dans la pédagogie Montessori.

25 enfants des 3 “niveaux” de maternelles (petite, moyenne et grande section) sont regroupés dans une seule et même “classe”.

2 règles ont été fixé :
– Chaque enfant doit respecter les autres enfants
– Un enfant peut passer autant de temps qu’il le souhaite sur l’activité de son choix

Les observations réalisées

Un an après : la classe avait rattrapé le “retard” accumulé et les enfants avaient même développé des connaissances et des facultés supérieures aux moyennes nationales.

Deux ans après : les enfants de grandes sections ainsi que 90% de ceux de moyenne section pouvaient déchiffrer des textes simples. Par la même occasion, ces enfants étaient très demandeur de livres.

Trois ans après : des chercheurs se sont penchés sur ces enfants et leur ont refait passer des tests IRM. Ils se sont rendus compte que ces enfants avaient un niveau supérieur à celui requis normalement par le système “classique”. Il a aussi été constaté que ces enfants faisaient preuve d’une grande coopération et que l’ambiance générale de la classe était calme et paisible.

Si vous voulez en savoir plus sur l’expérience réalisée à Gennevilliers, vous pouvez vous rendre sur le blog de “Classe Maternelle, Gennevilliers“.

Et pour les parents les plus sceptiques, je vous invite à visionner ces témoignages des parents dont les enfants étaient en classe avec Céline Alvarez. Peu convaincu voire réticent au départ, leur avis a changé:

Pour ou contre les écoles Montessori

Comme nous l’avons vu un peu plus haut, une école Montessori ne sont pas accessibles à tous financièrement. Le “test” mis en place dans l’école de Gennevilliers s’est arrêté au bout de 3 ans et n’a été reconduit dans aucune autre école. Ce qui pourra aider un grand nombre d’enfants en difficulté scolaire a été balayé d’un revers par l’éducation nationale. C’est d’ailleurs ce qui a, entre autre, poussée Celine Alvarez a démissionné de son poste d’enseignante.

Il faut ainsi se rendre à l’évidence que pour le moment, seuls les enfants des classes privilégiés continuerons à avoir accès à ces méthodes d’apprentissage à l’école. Ou du moins, les familles sont contraintes de concevoir d’énormes sacrifices financiers car l’Etat ne les aide pas ! Et puis tout le monde ne peut pas ouvrir une école Montessori.

Cependant, il y a tout de même une bonne nouvelle ! C’est que chacun de nous, en tant que parent, peut utiliser ces pédagogies alternatives au quotidien avec ses enfants. Vivre le quotidien en appliquant les grands principes de ces pédagogies est bénéfique pour l’enfant. Cela lui insuffle le goût d’apprendre, la gestion de l’autodiscipline et l’envie d’être autonome.

Faire l’école Montessori “à la maison”

Les enfants n’apprennent pas uniquement à l’école, ils sont également très sensibles à tout ce qui se passe “à la maison”.

Voici 4 points clés pour mettre en place les grandes lignes de la pédagogie montessori à la maison.

Laisser faire votre enfant. Pour l’enfant très jeune, cela commence par la motricité libre. Puis pour l’enfant qui grandit, c’est le laisser faire ses propres expériences.

– Accompagner l’enfant dans son autonomie. Être présent pour l’enfant, tout en le laissant autonome dans ses entreprises. Il s’agit de doser cette présence afin que l’enfant se sente assez en confiance pour agir en toute autonomie.

– Fixer des règles simples. Il est important de définir un cadre simple et compréhensible par l’enfant. Les règles doivent être adaptées aux capacités que l’enfant aura à les respecter. Elles peuvent ensuite évoluer en même temps que l’enfant.

– Adapter l’environnement de l’enfant. L’enfant a besoin d’un environnement pleinement adapté à ces capacités. Il est important de lui fournir la matière dont il a besoin pour se développer. Cela passe, par exemple, par la manipulation des objets du quotidien.

enfant-lave-salade

A partir de 2 ans, un enfant peut aider en cuisine

Et s’il vous reste une part de doute sur ces méthodes alternatives, je vous invite à consulter notre article sur les idées reçues de la pédagogie Montessori.

6 idées reçues sur la pédagogie Montessori

6 idées reçues sur la pédagogie Montessori

Vous entendez certainement de plus en plus souvent parler de Maria Montessori et de sa fameuse pédagogie : la pédagogie Montessori. Vous avez peut-être votre propre avis sur la question grâce à vos recherches, aux informations que vous trouvez et donc suite à votre propre analyse.

Le problème est que les parents qui essaient de se rapprocher de cette pédagogie se sentent parfois isolés dans leur démarche éducative. Même si cette pédagogie a environ une centaine d’année, une étiquette de “parents différents” peut leur être apposée et une compréhension de la part d’autres parents peut même être ressentie. La réalité est que la pédagogie Montessori est très différente de ce que nous pouvons connaître ou ce que nous avons connu quand nous étions enfants et notamment à l’école. Comme toute chose différente, elle peut susciter des questionnements, des extrapolations; véhiculée des idées reçues voire même un possible rejet par manque de connaissance du sujet.

Nous vous proposons ainsi de faire le point sur “6 idées reçues” autour de la pédagogie Montessori. Nous allons voir ensemble en quoi ces “idées reçues” ne doivent en aucun cas être un frein à la possible mise en place d’une pédagogie Montessori dans votre propre foyer.

6 idées reçues sur la pédagogie Montessori

1. La pédagogie Montessori s’apparente à du laxisme

En réalité, la pédagogie Montessori incite l’enfant à faire preuve d’autonomie pour entreprendre les actions et les activités qu’il souhaite, au moment où il le souhaite. L’enfant doit être moteur de sa propre entreprise, il doit avoir envie de faire les choses pour parvenir à des résultats concrets et positifs.

La pédagogie Montessori favorise donc l’autonomie et la prise d’initiative, mais toujours dans un cadre bien précis. La liberté des enfants s’accompagne donc de règles clairement définies comme le respect des autres et de l’ambiance crée, l’importance de ranger chaque chose à sa place et celle d’être à l’écoute des autres.

Le fait de ne pas imposer sa volonté à tout prix à l’enfant n’est pas du laxisme, bien au contraire. Il s’agit de le laisser faire ses propres choix dans un cadre défini. Dans la pédagogie Montessori, l’adulte n’est pas tout-puissant et ne détient en aucun cas le savoir universel. Il guide et accompagne l’enfant dans ses propres initiatives.

2. C’est pour en faire des enfants supérieurs aux autres

A la base, Maria Montessori s’est intéressée aux enfants souffrant d’un retard mental puis à développer sa pédagogie auprès d’enfants défavorisés. Nous sommes donc bien loin d’une méthode pour créer des élites. Nous retrouvons néanmoins de grands créateurs qui ont suivi la pédagogie Montessori tel que les fondateurs de Google (Larry Page et Sergei Brin), d’Amazon (Jeff Bezos), du créateur des jeux vidéos “Les Sims” (Will Wright) ou encore du fondateur de Wikipédia (Jimmy Wales).

fondateurs-google

En fait, la pédagogie Montessori laisse une part très importante à la coordination du travail de la main avec l’esprit. L’esprit de créativité est largement mis à l’honneur et les encouragements sont constants. L’enfant se sent alors considéré dans ses entreprises et l’envie de faire par lui-même et de persévérer dans ses efforts devient naturelle.

Toute cette ambiance de travail encourage les enfants à développer leur concentration, leur réflexion, leur prise d’autonomie et leur confiance en eux.

3. Ne pas suivre la pédagogie Montessori n’empêche pas d’être normal

En effet, la pédagogie Montessori n’est pas un gage de “normalité”.

D’ailleurs c’est quoi être normal ? C’est faire et penser comme tout le monde ? Entrer dans un moule universel en faisant abstraction de sa propre personnalité ?

En fait, la pédagogie Montessori encourage la pensée individuelle, l’esprit d’initiative et l’entrepreneuriat.

A la place de la normalité, pouvant s’apparenter à la standardisation de la pensée commune, la pédagogie Montessori offre à l’enfant tout l’espace dont il a besoin pour s’exprimer, et ce, dans le respect et l’écoute des autres.

4. Après avoir été dans une école Montessori, il est difficile de réintégrer le système scolaire classique

Les enfants sortant des classes Montessori ont des facilités à s’adapter face aux nouvelles situations et ce parce qu’ils ont confiance en eux et en leur capacité.

Ils n’auront donc aucun problème à rentrer dans le modèle classique de l’éducation nationale français. Cependant, certains enfants peuvent être déroutés par le fait que les libertés et l’esprit d’initiative soit restreint voir inexistant et qu’un cadre lourd et contraignant leur soit imposé sans raisons particulières.

5. Cela coûte cher

Les écoles Montessori sont onéreuses, c’est vrai. La raison tient dans le fait que ce sont des écoles entièrement financées par les parents. L’éducation nationale ne reconnaissant pas cette pédagogie, l’État ne soutient donc pas le financement de ces écoles.

Cependant, sans parler de scolarité, il est possible de mettre en place la pédagogie Montessori à la maison facilement et à moindre frais. Car la pédagogie Montessori repose sur la création d’une ambiance propice au développement de l’enfant et la mise en situation de beaucoup d’objet du quotidien.

6. C’est une pédagogie adaptée aux enfants déficients

A l’origine, Maria Montessori a organisé ses travaux de recherches sur les enfants ayant des retards mentaux. Mais elle s’est très vite intéressée aux enfants dits “normaux”, et c’est donc pour ces enfants qu’elle a mis en place sa fameuse méthode. Peu importe le niveau de développement de l’enfant, la pédagogie Montessori met l’enfant au centre de son propre apprentissage.

maria montessori

Si vous aussi, vous voulez mettre en place facilement et rapidement les principes clés de cette pédagogie, je vous invite à télécharger notre livre :

Quel est l’intérêt d’un mobile Montessori ?

Quel est l’intérêt d’un mobile Montessori ?

Quel est l’intérêt d’un mobile Montessori ?

La pédagogie Montessori est très axée sur l’observation faite par l’enfant. Maria Montessori partait du principe que le petit homme était un observateur persévérant et que ce don lui permettait de comprendre et d’acquérir bien des savoirs et des connaissances.

Lorsqu’il naît, le nourrisson ne peut pas encore attraper d’objets. La seule chose qui est à sa portée pour étancher sa soif (déjà présente) de découverte est l’observation. A la naissance, le champ de vision est assez limité puisque l’on parle d’une vision à 20-30 cm. Cependant, dès la fin du premier mois, sa vision s’améliore considérablement. L’enfant est alors capable d’observer des objets placés à sa portée.

Bien entendu, il ne s’agit pas de sur-stimuler un bébé mais simplement de lui offrir de quoi assouvir sa curiosité. Pour cela, les mobiles Montessori répondent en tout point aux besoins et aux capacités visuelles du bébé.

A travers cet article vous allez :

Comprendre l’intérêt des mobiles Montessori. Nous allons vous en expliquer les bienfaits.
– Comprendre en quoi certains mobiles sont “abrutissants” pour l’enfant.

Les mobiles Montessori

Maria Montessori a développé toutes sortes de jeux et de matériels sensoriels et éducatifs en s’inspirant des travaux de médecins, d’artistes et autres éducateurs ayant mené leurs recherches et leurs travaux vers une finalité pédagogique.

Les mobiles Montessori sont adaptés aux capacités cognitives des bébés. Un ordre a été établi dans la présentation des mobiles à l’enfant. Cet ordre respecte le rythme de développement du bébé.

Le mobile Montessori de Munari

C’est le premier mobile que l’on présente au nourrisson. On peut lui proposer ce mobile dès trois semaines après sa naissance.

mobile de munari

Le mobile de Munari

La vue du nourrisson est encore instable et un peu trouble. Il distingue cependant très bien les contrastes. Ce mobile, qui apporte le plus grand des contrastes avec le noir et le blanc, va lui permettre de fixer sa vue sur un point bien précis et d’en suivre les mouvements lorsque les mouvements naturels d’air le font bouger.

Au fur et à mesure, le nourrisson portera son intérêt sur les différentes formes et proportions des éléments, puis sur la façon dont s’équilibrent les éléments.

Le mobile Montessori des octaèdres

Vous pourrez commencer à proposer ce mobile à partir des six semaines de votre bébé.

mobile des octaedres

Le mobile des octaèdres

La vue du nourrisson continue de s’améliorer, vers 6 semaines il lui est encore difficile d’identifier des teintes proches, cependant il fait très bien la différence lorsqu’il voit des couleurs vives et bien distinctes. Ce mobile va donc attiser sa curiosité et l’amener à observer avec attention les différentes couleurs et les volumes de ce mobile.

Le mobile de Gobbi

Ce mobile est adapté aux bébés à partir de deux – trois mois.

gobbi

Le mobile de Gobbi

A partir de ces deux mois, la vue du bébé s’affine. Il va commencer à pouvoir déceler les nuances, même les plus proches. Le mobile Montessori de Gobbi apporte deux intérêts bien particulier à l’enfant, la distinction des teintes rapprochées et l’appréciation de la profondeur de champ créée par la disposition des boules.

Le mobile des danseurs

Vous pouvez proposer ce mobile vers les trois – quatre mois de bébé.

mobile des danseurs

Le mobile des danseurs

Ce mobile montessori est réalisé à partir d’un papier irisé qui va renvoyer naturellement la lumière. Ce nouvel effet va être très intéressant à observer pour l’enfant. De conception très légère, les mouvements de bras du bébé vont faire “danser” les danseurs. L’enfant va donc s’amuser de cette interaction entre lui et le mobile et va chercher à reproduire les mouvements. Au fil du temps, il fera le lien entre ses propres mouvements de bras et les mouvements que cela provoque sur le mobile des danseurs.

Afin que l’effet recherché fonctionne, placez ce mobile assez proche de bébé sans toutefois qu’il ne puisse l’attraper.

Pourquoi certains mobiles sont “abrutissants” pour nos enfants ?

Dans les commerces classiques, vous ne trouverez pas de mobile montessori. Par contre vous trouverez très facilement toute une panoplie d’autres mobiles.

Les pires étant ceux tournant de manière automatisée, produisant une musique nasillarde et émettant de la lumière. Avec cela on tient le trio gagnant ;-)

Pourquoi une telle critique ?

Pour commencer, le tournoiement automatique du mobile n’apporte aucun intérêt pour l’enfant. Les touts petits bébés n’ont pas les capacités intellectuelles pour faire le lien entre les mouvements réguliers et le fait qu’ils soient produit artificiellement. Résultat, bébé peut se mettre à pleurer à chaque arrêt du mobile pour exprimer son insatisfaction de voir le mobile s’arrêter de bouger.

Ensuite, le son “électrique” de ce type de mobile est bien souvent nasillard, et honnêtement, pas très agréable à écouter. Cela apporte une source de bruit parasite pour le bébé. Les sons intéressants sont émis de manière naturelle et découlent d’actions bien précise. Il est important d’habituer son bébé à ce principe dès les premières semaines.

Enfin, la lumière apporte une source de distraction supplémentaire pour l’enfant. Comment l’enfant peut se concentrer sur quelque chose alors qu’il a trois sources de distractions simultanées : le mouvement, le bruit et la lumière. L’effet est donc nul et non appréciable sur le bébé qui va se fatiguer et ne retirera rien de l’observation de ce type de mobile.

mobile musical

Le mobile musical, sonore et lumineux !

Vous l’aurez donc compris, les mobiles les plus simples sont les plus adaptés au développement de votre petit bébé.

Si vous souhaitez aller encore plus loin, nous vous recommandons chaudement de lire notre article sur les activités montessori à présenter entre 0 et 6 mois.

Fabriquer son globe Montessori facilement

Fabriquer son globe Montessori facilement

Globe Montessori : Comment le fabriquer facilement ?

Dans sa pédagogie, Maria Montessori préconise un apprentissage qui met en éveil les sens de l’enfant. C’est pourquoi toute activité sensorielle apporte un grand intérêt. Concevoir et visualiser le monde dans lequel nous vivons me parait essentiel.

C’est pourquoi j’ai voulu acheter un globe Montessori. Je le voulais sensoriel et visuel.

Il est possible d’en trouver sur quelques sites web dédiés au matériel Montessori mais ils ne sont pas à la portée de toutes les bourses.

En ce qui concerne les globes Montessori, vous en trouverez deux types différents sur les sites web spécialisés en matériel Montessori. Il y a ceux qui sont rugueux et dont tous les continents sont de la même couleur.

L’intérêt de ce globe est de visualiser uniquement les aspects terres/continents et mers/océans. C’est le premier globe que l’on propose à l’enfant.

Ensuite, lorsque l’enfant a bien acquis ces deux notions, on passe au globe où chaque continent est représenté par une couleur bien distincte.

Ces globes Montessori peuvent être rugueux ou lisse. C’est ce type globe qui m’a inspiré pour réaliser le mien.

J’ai choisi un aspect rugueux pour les continents afin de bien avoir le côté sensoriel du globe.

Globe Montessori : la géographie pour les petits

Avant l’âge de 6 ans, il n’est pas nécessaire de rentrer dans des notions trop complexes en géographie. L’importance est de s’attacher à ce que l’enfant sache se repérer sur un globe.

C’est pourquoi le matériel doit pouvoir se manipuler facilement et laisser une empreinte visuelle à l’enfant.

Le globe Montessori est très visuel car on y repère immédiatement la grandeur et l’importance des océans, et on identifie immédiatement chaque continent grâce au code couleur très visuel et facilement appréciable même chez un tout petit.

Le travail sur le globe Montessori permet d’apporter de nouvelles notions à l’enfant et de lui offrir une vision globale très intéressante :

  • eau, océans, mers
  • terre, continents, pays

Plus l’enfant grandit et plus le travail s’affine. Vous pourrez donc ainsi, par la suite:

  • nommer les continents
  • identifier des pays propres à chaque continent
  • identifier la faune et la flore propres à chaque continent
  • analyser les différences climatiques
  • discuter des coutumes et des traditions

Les possibilités de jeux avec le matériel Montessori sont aussi grandes que votre imagination et sauront répondre exactement à la curiosité et à la soif de découverte de votre enfant.

Fabriquer son globe Montessori

Pour fabriquer un globe Montessori qui soit bon marché et robuste, voici ce dont vous aurez besoin :

  • un globe terrestre “standard”
  • du papier calque
  • du papier aluminium
  • un crayon de bois
  • une paire de ciseaux
  • du vernis colle
  • du sable de couleur (orange, rose, rouge, jaune, vert, marron et blanc)
  • une bombe de peinture bleu

1. Le globe

J’ai acheté mon globe terrestre sur “le bon coin” pour 5€.

Il s’agit d’un globe lumineux. J’ai conservé la lumière pour faciliter le décalquage de chaque continent, puis j’ai coupé le fil car l’utilité est inexistante pour ce type de matériel.

globe terrestre

Globe terrestre

2. Entourer les éléments externe du globe avec du papier aluminium

Il faut ensuite protéger la base du globe ainsi que la monture arrondie avec du papier aluminium afin de ne pas mettre de bombe bleu sur ces éléments.

globe montesori avec alu

Protection de la base et de la monture

 

3. Décalquer les continents

Vient ensuite l’opération délicate du décalquage. Je dis bien délicate, car ce n’est pas évident de décalquer sur une surface ronde.

Il faut cependant s’appliquer à rester fidèle aux contours des continents afin que ceux ci respectent les formes originales.

Ensuite, collez vos calques sur les continents correspondants (de la simple colle en stick suffit). Il ne faut d’ailleurs pas trop coller sinon vous risquez d’avoir du mal à les décoller 😊

décalquer globe montessori

Décalquer les contours des continents

4. Bomber le globe

Après cela, vous pouvez passer votre globe à la bombe bleue.

J’ai préféré la bombe à la peinture pour obtenir un résultat plus uniforme et aussi pour que cela soit plus simple et plus rapide.

Je vous conseille de vous mettre à l’extérieur ou dans un garage en protégeant bien les meubles se trouvant à côté car l’odeur est très forte et les particules de peinture volent un peu partout !

globe montessori bleu

Bomber le globe en bleu

5. Retrait des calques

Ôtez ensuite le papier aluminium et chaque calques.

ocean bleu sur le globe montessori

Les océans du globe sont tous bleus

6. Pose du sable de couleur

Vient alors l’étape de la pose des sables de différentes couleurs. Enduisez bien le continent de vernis colle en respectant vraiment au maximum la forme de son contour.

Ensuite, versez le sable sur le continent et laissez sécher 1/2 journée (ou une nuit).

Une fois sec, réitérez l’opération afin de mettre la deuxième couche. Remettez donc une couche bien épaisse de vernis colle sur la première couche de sable puis versez à nouveau du sable et laissez sécher 1/2 journée.

Je préconise deux couches à chaque fois pour une plus grande qualité et une plus jolie finition.

Finissez toujours par une couche extrêmement généreuse de vernis colle. Cette dernière couche viendra solidifier l’ensemble et permettra aux grains de sable de ne pas “s’effriter” lorsque le globe sera manipulé.

Et autant dire qu’il faut que la robustesse soit à l’épreuve des petites mains qui vont s’affairer dessus !

pose de la colle sur les continents du globe montessori

pose de la colle sur les continents

pose du sable sur le globe montessori

pose du sable de couleur

Je vous suggère de ne travailler qu’une seule couleur à la fois, car sinon vous risquez d’avoir quelques grains de sable d’autres couleurs qui viendront se poser sur les continents non appropriés et il sera alors fastidieux d’enlever chaque petits grain de sable.

7. Finition du globe

Finissez par dépoussiérer le tout et lavez à l’eau (sans frotter!) les éventuelles traces de colle. Et voilà votre globe Montessori terminé 😊

globe montessori amérique

Amérique

globe montessori asie et océanie

Asie et Océanie

globe montessori europe afrique

Europe, Afrique et Asie

A vous de jouer 😁

Et profitez de moments de plaisir et de jeux autour de ce globe Montessori avec vos enfants !

Prends soin de toi et de tes enfants

Amélie

Pédagogie Montessori : 3 choses à savoir pour choisir un livre pour enfant

Pédagogie Montessori : 3 choses à savoir pour choisir un livre pour enfant

Les rayons des librairies regorgent de livres pour enfants. On en trouve de toutes les tailles, de toutes les formes, de toutes les couleurs, racontant tout et n’importe quoi…mais la première question que nous devons nous poser est:  tous ces livres sont-ils adaptés à nos enfants ?

La pédagogie Montessori amène un axe de réflexion globale sur la façon de faire avec son enfant, sur les choses qu’on lui propose et sur son environnement. C’est donc en toute logique que nous prenons un grand soin à choisir les livres que nous proposons à Arthur.

Fabien et moi sommes passionnés par les livres et la lecture. Nous avons toujours un livre d’ouvert sur notre table de chevet et nous souhaitons de toutes nos forces transmettre ce goût des livres à Arthur et nos futurs enfants. Depuis sa naissance, nous cherchons donc des livres adaptés à ses besoins et en cohérence avec le monde dans lequel nous vivons, et à dire vrai, ce n’est pas toujours facile !

A travers cet article, nous allons répondre aux questions suivantes :

  • Pourquoi il est nécessaire de s’appliquer dans le choix d’un livre pour enfant ?
  • Qu’est-ce que la lecture apporte à l’enfant ?

Enfin, nous vous proposerons une liste (non exhaustive) de livres que nous trouvons très intéressants pour les enfants de moins de 3 ans.

livre enfant

Arthur et Fabien en pleine lecture d’un livre de la collection “mes ptits docs” sur les camions.

Quels sont les 3 critères primordiaux dans le choix d’un livre pour enfant ?

Jusqu’à 6 ans, la plupart des enfants ne font pas la différence entre le réel et l’imaginaire. Ils n’ont tout simplement pas les capacités ni le recul pour faire la distinction entre quelque chose qui existe réellement et quelque chose que l’adulte a inventé.

C’est pourtant une période clé dans l’enfance car c’est à ce moment là que l’enfant construit sa propre vision du monde. Maria Montessori parle très souvent de “l’esprit absorbant” de l’enfant, et à juste titre, l’enfant entre 0 et 6 ans enregistre toutes sortes d’informations qui vont lui permettre de se faire une représentation du monde qui l’entoure et de son fonctionnement.

Apporter des livres montessori aux apprentissages concrets et comprenant des images/photos/dessins représentatifs de la réalité c’est respecter le rythme de construction de l’imaginaire chez l’enfant de moins de 6 ans.

Pourquoi choisir un livre racontant l’histoire d’un animal qui s’habille, qui parle et qui semble vivre d’une façon humaine alors que l’on peut choisir exactement le même livre montessori racontant l’histoire d’un petit garçon ou d’une petite fille ?

Ce genre de livre aura d’autant plus d’impact sur l’enfant que ce dernier pourra s’identifier aux situations vécues par le personnage de son livre. Il lui sera facile de faire des parallèles entre sa vie et celle du héros de son livre. Pour la petite anecdote, il y a quelques semaines en sortant de la ludothèque, Arthur est tombé et c’est fait mal au genou. Le soir, alors que nous prenions la douche, il a vu l’égratignure sur son genou et nous a dit : “Tombé, comme Lola”. Dans l’un de ses livres racontant le quotidien d’une petite fille qui s’appelle Lola, cette dernière tombe de vélo et saigne du genou. Arthur avait complètement assimilé le lien de cause à effet et nous en à fait part lorsqu’il a visualisé son égratignure.

Voici les 3 qualités qu’un livre pour enfant doit posséder

  • L’enfant peut s’identifier aux personnages : Les personnages qui parlent et qui vivent comme des humains doivent être des humains, et les situations vécues par ces personnages doivent rappeler le quotidien de l’enfant.
  • L’enfant peut visualiser et comprendre l’environnement représenté : les dessins, images ou photos doivent être explicites et représentatifs de l’environnement de l’enfant.
  • L’enfant peut apprendre quelque chose : vers les 18 mois de l’enfant, vous pouvez agrémenter sa bibliothèque de livres documentaires. Ces livres sont intéressants car ils permettent de découvrir de nouvelles choses et apportent un vocabulaire riche et varié.

Suivant ces 3 critères, vous comprendre que les types de livre ci-dessous sont à éviter dans la bibliothèque de votre enfant :

  • les livres comprenant des animaux qui parlent, qui s’habillent et/ou qui vivent sensiblement comme les humains
  • les livres racontant des histoires impossible (avec des pouvoirs magiques, des fées, des sorcières, des dragons…etc)
  • les livres racontant des histoires qui font peur comme “le petit chaperon rouge”, “le petit Poucet”, “Peau d’Âne”…etc
  • les livres sonores qui détournent l’attention de l’enfant.

Les bienfaits de la lecture chez les enfants

Inculquer le goût de la lecture à ses enfants est une tâche merveilleuse et un cadeau inestimable que vous leur faites. Les livres ouvrent les portes d’un enseignement illimité dans tous les domaines possible et imaginable.

Avec votre enfant de moins de 6 ans, la lecture va être l’occasion de vivre un moment spécial et unique chaque jour. C’est une occasion en or de créer un lien particulier et intime avec l’enfant. Ce moment peut entrer dans le rituel du coucher et peut déboucher sur une petite conversation qui permettra à l’enfant de se rassurer sur la disponibilité que vous lui consacrez. Votre enfant, par le biais de ce moment, rempli également son réservoir affectif de votre présence.

Pour que l’enfant s’approprie bien ses livres, il doit pouvoir :

  • les attraper de manière autonome : il faut les mettre à sa disposition de manière bien accessible. Chez nous, les livres d’Arthur sont dans un petit meuble à sa hauteur tout près de son lit, plutôt de son matelas posé au sol :-)
  • les toucher à sa guise : il faut qu’il puisse les porter, tourner les pages, pointer du doigt ce qu’il montre et/ou décrit. Il doit pouvoir sentir que ses livres lui appartiennent. Peut être qu’une page se retrouvera pliée ou un peu déchirée, ça sera alors l’occasion de la réparer ensemble et de lui faire prendre conscience de la fragilité du livre et donc de la vocation qu’il doit avoir à en prendre soin.

Il n’est pas nécessaire d’avoir des dizaines de livres différents, au début, 2 ou 3 livres suffisent amplement. Les enfants aiment qu’on leur lise toujours les mêmes livres. Puis au fil du temps, vous pourrez enrichir sa bibliothèque lors d’occasions comme son anniversaire et Noël, et puis vous pouvez aussi en emprunter à la bibliothèque de votre ville.

livre enfant

Arthur a eu plusieurs livres des “histoires de Lola” à Noël.

Quelques idées de livres que nous aimons beaucoup

Nous avons toujours lu des livres à Arthur.

Sa première collection a été constitué de 4 livres en tissus. Il n’y avait pas d’histoires, l’intérêt était de toucher les matières et les textures, de parler des couleurs, des formes et des animaux. Nous les avons utilisés de 0 à 6-9 mois.livre-enfant-5Dès qu’il a commencé à tenir des livres rigides (entre son 6ème et son 9ème mois) nous sommes passés sur des livres cartonnés.

Nous avons adoré la collection “Les P’tibouts” aux éditions Cerf Volant.

livre enfantNous avions aussi quelques imagiers à thèmes. Ceux de la collection “Mon mini imagier” aux éditions Larousse des petits sont super car ils sont illustrés avec des photos. Il y a plus de 250 pages, ce qui en fait un imagier très complet pour un prix mini (moins de 7€).

livre enfantPuis vers 16 mois, nous avons introduit des livres plus développé et plus long. Arthur étant alors capable d’écouter une histoire et d’être attentif sur une période plus longue. Nous avons commencé la collection des livres “Mes Ptits Docs” aux éditions Milan. Nous trouvons ces livres complètement adaptés aux petits enfants car les pages sont plastifiées donc indéchirables, les dessins très représentatifs et les textes assez courts. Ils ont l’avantage d’être thématiques, d’apporter une vision d’ensemble, des connaissances nouvelles et d’enrichir le vocabulaire de l’enfant sur un thème précis.livre enfantEnfin, depuis les 2 ans d’Arthur, nous avons trouvé une collection de livre “Les histoires de Lola” et “Les histoires d’Enzo” aux éditions Piccolia. Ces livres sont très bien construits et l’histoire bien amenée. Ces livres racontent des situations du quotidien vécue soit par une petite fille : Lola, soit par un petit garçon : Enzo.

livre enfant

Nous allons également à la bibliothèque afin de diversifier un peu les lectures.

Bien évidemment il existe de nombreuses autres collections très intéressantes comme ceux de Jeanne Ashbé, Catherine Dolto, mais également les anciennes collections de Coralie, Martine, Jean-lou et Sophie, Heidi… la liste est encore longue ! Vous pouvez également consulter le site du Nido Montessori d’Angers qui répertorie une liste de livre montessori pour bébé et enfants dans sa bibliothèque des enfants.

N’hésitez pas à nous faire partager vos lectures afin que l’on continue de diversifier la petite bibliothèque d’Arthur :-)